BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

samedi 18 mars 2017

LOUP, GRANDS PRÉDATEURS, LA DÉSERTIFICATION RURALE COMMENCE A PAYER

"ça y est, le gaz de schiste fait son entrée en France. En douce, par la porte du Béarn, une région acquise à l'industrie gazière et pétrolière depuis un demi siècle, depuis l'exploitation du gaz de Lacq, via la SNPA (société nationale des pétroles d'Aquitaine) puis Elf, puis Total. " Françoise D.
bientôt les derricks dans le Bearn? http://www.france-voyage.com/photos/paysages-bearn-2595.htm

À y bien réfléchir, plus les écologistes emmerderont les éleveurs  traditionnels avec leurs "Grands Prédateurs", moins il y aura de monde pour défendre les territoires les plus riches en  biodiversité.

Après le Rewilding Europe qui se concentre en particulier sur la transformation des problèmes causés par l'actuel abandon des terres à grande échelle en opportunités pour l'homme (citadins ndlr) et la nature (gling gling le tiroir caisse ndlr). À côté de nombreuses autres façons de rentabiliser l'état sauvage (1) : " plusieurs régions ont le potentiel pour proposer à partir de la faune des attractions touristiques de classe internationale."

Après la finance qui lorgne sur les terres pour en faire des "actions de compensations environnementales" et des "actions de compensations carbone"   (gling gling le tiroir caisse)

Voici les multinationales du pétrole qui entrent en jeu. (gling gling le tiroir caisse)  http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2016/11/18/gaz-de-schiste-le-petrolier-pourra-forer-au-nord-du-bearn,2071690.php

Et nos écologistes eux sont omnibulés par la réintroduction des grand carnivores dans les futures zones exploitables par ceux qu'ils sont censés combattre. Force est de se poser la question : "D'où vient la manne financière (glilng gling) qui permet aux associations environnementales d'éditer des tracts de plusieurs pages sur papier glacé diffusant l'idéologie du tout sauvage?"

Dorénavant, avec la loi qui arrive dans laquelle les multinationales pourront attaquer les États qui voudraient les empêcher de mettre à profits leur investissements, l'avenir des petits ruraux se noircit considérablement.

(1) état sauvage qui n'existe nulle part en France et peut etre dans le monde. « Les paysages créés par la coévolution de l'élevage et de la végétation ressemblent souvent à des zones sauvages pour les étrangers /alors que/ la disparition des systèmes traditionnels de pâturage tend à s’accompagner de pertes importantes de biodiversité. » FAO
Un lieu  déjà anthropisé depuis plus de 8000 ans : la forêt amazonienne qui sert de référence aux écologistes désemparés. http://www.actulatino.com/2017/03/06/amazonie-la-main-de-l-homme-precolombien-a-faconne-le-poumon-vert-il-y-a-8000-ans/










mercredi 15 mars 2017

L'AGRICULTURE RESPECTUEUSE S'INVITE DANS LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE

#ElectionPrésidentielle :
Sondage exclusif IFOP sur la transition agricole et alimentaire

Sept organisations interpellent les candidats à l’élection présidentielle
A l'occasion d'une conférence de presse, Agir pour l'Environnement en partenariat avec la Fédération nationale de l'Agriculture Biologique, Terre de Liens, Mouvement inter-régional des AMAP, l'Union National de l'Apiculture Française, CIWF et Filière Paysanne a rendu public 10 mesures adressées aux candidats à l'élection présidentielle afin d'engager une transition agricole et alimentaire, nécessaire et urgente.
Selon un sondage IFOP* effectué pour le compte d'Agir pour l'Environnement, 
  • 90% des personnes interrogées estiment « la transition agricole et alimentaire (c'est-à-dire la mise en place d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement produisant des aliments locaux, plus sains et sûrs) », comme prioritaire(le pastoralisme en est un des meilleurs exemple ndlr)
  • D'après ce même sondage, 82% des sondés souhaitent une réorientation massive des aides agricoles afin d'atteindre 20% de la surface agricole cultivée en bio d'ici à 2022. ( le pastoralisme - la production extensive de bétail dans les pâturages - offre d'énormes avantages à l'humanité et devrait être considéré comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte »ndlr)
  • 68% se déclarent favorables à l'adoption d'un moratoire sur l'artificialisation des terres agricoles dès 2018 ! (Dans nos montagnes cela fait longtemps que les terres agricoles ne sont plus constructibles et strictement réservées à l'agriculture respectueuse ndlr)
  • 86% des personnes interrogées se déclarent favorables à une interdiction progressive de l'emploi des pesticides dans l'agriculture française d'ici 2025. (pas de pesticide ni d'engrais et très peu de médication pour les animaux en liberté sur nos terres ndlr)
  • Enfin, 67% du panel interrogé par l'IFOP est opposé aux projets de fermes-usines. (En région paca la moyenne des troupeaux ovins se situe autour de 450 mères ndlr)
Pour les associations engagées dans la campagne « Moi Président-e #TransitionAgricole », ces résultats confirment un large soutien des citoyens pour engager sans tarder une transition agricole et alimentaire. La multiplicité des initiatives locales et le succès des conversions en bio des fermes révèlent une véritable dynamique locale. A cet égard, l'élection présidentielle pourrait constituer pour le monde politique, une session de rattrapage, leur permettant de mieux prendre en compte les attentes des citoyens.
Afin d'engager cette transition agricole et alimentaire, les sept organisations proposent, sitôt l'élection présidentielle passée, l'organisation d'états généraux de la transition agricole et alimentaire.
Dans le cadre de cette campagne, nos 7 organisations vont interpeller les candidats et publieront leurs réponses sur le site www.23avril2017.vote, et ce, quinze jours avant le 1er tour de l'élection présidentielle.
  * Sondage réalisé par l’IFOP du 10 au 12 mars 2017 auprès de 1000 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.



Le billet d'Ouragan
L'ensemble des petits éleveurs traditionnels peuvent répondre présents, surtout lorsque les associations environnementalistes se battent pour la disparition du pastoralisme et l'ensauvagement des terres afin de :
  •  je cite : Rewilding Europe partenaire de l'ASPAS : " plusieurs  régions  ont  le  potentiel  pour  proposer  à  partir  de  la  faune  des  attractions  touristiques de classe internationale."
  • Je cite CAP LOUP : «Écologiquement, la montagne n’a pas besoin de moutons Les éleveurs ont besoin d’alpages, mais l’inverse n’est pas vrai. L’idée que le bétail serait utile pour " entretenir " la montagne renvoie à une image symbolique de celle-ci, mais ne correspond à aucune réalité biologique ou écologique. »
  • Je cite : ASPAS "Si la cohabitation entre les moutons et les loups n’est pas possible, ce sont les moutons qu’il faut retirer de nos espaces naturels, (les propriétés des éleveurs et bergers. ndlr) et non les animaux sauvages !"
  • ETC, ETC...


Pourtant : Le constat de la cohabitation impossible entre loups et pastoralisme n’est pas issu d’une idéologie « anti-loup ». Il ne s’appuie pas sur une défense corporatiste mais repose sur l’expérience de paysans bienveillants envers la biodiversité. Cette position est issue de la pratique de paysannes et paysans qui ont, pour certains, passé plus de vingt ans à essayer de « s’adapter », en vain. cf Confédération Paysanne.

« le pastoralisme durable dans les écosystèmes de grands pâturages libres / …/ préserve la fertilité des terres et le carbone présent dans sol, et contribue à la régulation de l'eau et à la conservation de la biodiversité. Les autres avantages qu'il présente se trouvent sous la forme de produits alimentaires de grande valeur. PNUE


En France, 84 % des surfaces classées en " haute valeur naturelle " correspondent à des zones d'élevage en plein air (Alpes, Corse, Franche-Comté, Massif central, Pyrénées…). » CNRS

Le pastoralisme est vital pour conserver les grandes zones d’habitat naturel et semi naturel. Ce faisant l’abandon du pastoralisme constitue une menace pour la biodiversité.
http://www.iucn.org

En conclusion : Le peuple désinformé par la propagande du tout sauvage abonde vers "la mise en place d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement produisant des aliments locaux, plus sains et sûrs" tout en condamnant (selon les associations de défense des grands prédateurs),  les derniers ruraux qui vivent de et avec la nature et qui proposent déjà des produits de qualité dans le respect, la traçabilité, la proximité...

« Un savoir-faire de bergers »
Un savoir-faire de bergers. © inra, Michel Meuret
© inra, Michel Meuret
Coordination : Michel Meuret, chercheur à l’Inra. En co-édition Quæ-Éducagri, en 2010.
Hommes et animaux gèrent des territoires avec des métiers et un savoir-faire complexes qu'il faut connaître et transmettre au long terme, ce qui ne s’improvise en aucun cas. C'est un ouvrage collectif et pédagogique.
En librairie ou sur le site de Quæ. Également disponible en anglais, dans une version augmentée et adaptée.
« Les alpages à l’épreuve des loups »
couverture alpage epreuve loup. © quae
© quae
Auteur : Marc Vincent, zootechnicien à l’Inra-Avignon, unité d’Écodéveloppement. En co-édition Quæ-Maison des sciences de l'homme, en 2011.
À partir d'enquêtes et d'analyses, ce livre explore, de l'intérieur, les contradictions entre la présence des loups dans les Alpes françaises et l'exercice d’un pastoralisme encouragé au XXe siècle pour entretenir le territoire.

En librairie ou sur le site de Quæ.

mardi 14 mars 2017

LOUP, QUELLES SOLUTIONS POUR L'ÉLEVAGE TRADITIONNEL?

Passons outre les solutions fantaisistes des défenseurs du loup que nous avons déjà étudiées ici:
LOUP, FOX LIGHT ET AUTRES ARTIFICES POUR PROTÉGER LE LOUP;

La dernière en date n’étant pas la moindre des galéjades par des "scientifiques" digne des meilleurs contes de fée:
"Les scientifiques ont placé de la viande fraîche de l’autre côté des fils, pour inciter les loups – qui n’ont pas été nourris pendant les quatre jours de l’expérience – à agir." 
Comment peut on oser dépenser l'argent du contribuable en faisant jou-jou avec des loups domestiques, alors que les loups sauvages ont élucidé comment franchir la cohorte de clôtures mises en place par les éleveurs et bergers confrontés au réel problème de l'adaptation des prédateurs dans les zones d’élevage. Des zones qui ne sont ni des zones sauvages, ni des cours de récréation pour canis lupus domestiques et leurs "scientifiques" apprentis sorciers.

les défenseurs du loup qu'ils soit sincères ou imprégnés par l'idéologie du tout sauvage, nous demandent souvent :
 "que comptez vous faire pour vivre avec le loup"
Bien sur il ne s'agit pas pour eux de faire quoique ce soit pour le pastoralisme condamné sans appel par ceux qui prodiguent les bons conseils dans le but non avoué de protéger le loup:
  • Rentrer tous les soirs les animaux quitte à leur faire parcourir des centaines de km tous les mois et à rendre la viande non conforme à la demande des consommateurs et au cahier des charges pour obtenir un label, et donc de disparaître à petit feu.
  • Faire des allez retours qui détruisent la pelouse, fatigues les hommes et les bêtes, amoncellent les déjections et les problèmes sanitaires, empêchant les troupeaux de paître la nuit par fortes chaleurs, ce qui devient courant de nos jours. 
  • Ne plus sortir les animaux, c'est ce qui arrive à l’élevage caprin que j'ai transmis aux jeunes qui ont pris la relève et qui perdent leur clients par la dévalorisation des fromages.
  •  Augmenter le troupeau pour pallier aux surcoûts induits par la présence des prédateurs. La conséquence directe étant la diminution de la qualité, l'abandon des pâturages....Un avenir  qui engendre la fin du métier. La réalité étant trop éloignée du choix de vie des éleveurs et ne correspondant plus aux attentes de la clientèle.
  • Multiplier les clôtures, chiens de protection, heures de présence, avortements, échec de sélections, stress des animaux et des hommes....
  • Pratiquer le regroupement de plusieurs troupeaux pour permettre l'embauche de bergers en leur expliquant qu'ils devront vivre dans la promiscuité (ce qui est l'inverse des motivation d'un berger qui recherche la solitude et l’autodétermination). Ils apprendront aussi  à faire des heures hors normes, à gérer les conflits entre les touristes et les chiens, à se transformer en guerrier en permanence sur le qui vive, à encaisser la vindicte des défenseurs du loup qui n'hésiterons pas à les culpabiliser pour chaque attaque subie. 
   En plus de favoriser la fractures sociale entre promeneurs et bergers, le regroupement des troupeaux atteint rapidement ses limites:
 Celles dictées par les surfaces disponibles à un endroit géographique précis,
 Celles dictées par le climat car en période de sécheresse les troupeaux se gardent large, très large et dans ce cas des bergers et plusieurs chiens ne suffisent plus.
  • Se reconvertir dans l'élevage bovins ou équins comme c'est le cas aujourd'hui en Italie et en Espagne ou le loup a tout simplement changé son régime alimentaire.


Mais il semblerai que la solution qui ferait l'unanimité chez les défenseurs du loup, est malheureusement bien celle de l'Europe:
 Dans les zones ou évolueront les grands prédateurs, sont inclus les secteurs où doivent être établies de fortes restrictions à l’élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l’élevage ne perturbe pas les carnivores. /…/ »LOUP, LA FACE CACHÉE DES PRÉDATEURS, TOME II

S'imaginer que nous allons pouvoir protéger des élevages dans des régions où il n'y a rien de sauvage pour les loups et dans lesquelles les élevages sont à moins de 2 km à vol d'oiseaux les uns des autres, relève soit de l'ignorance, soit d'une idéologie malsaine, soit de la bêtise, mais en aucun cas de la possible réalité!

Pour que l'activité pastorale soit durable, il faut en assurer la vente et le prix juste. Mais pour ce faire, il faut que les charges soient minimisées, comme dans toute activité économique du monde d'aujourd'hui.
Et pour diminuer ces charges et redevenir compétitif, il faut que l'élevage se fasse sans les contraintes insupportables liées aux prédateurs, dans le calme, la sérénité, le respect... Loin de l’agitation des chiens de protections qui nuisent à la tranquillité des animaux et posent des problèmes de cohabitation avec les usagers de la montagne. Sans les obligations d'aller et retour vers les parcs de nuits qui favorisent les maladies, la destruction de la flore et la pollution. Loin du stress des attaques qui gréve la qualité, nuit au développement, tarit les allaitantes, provoque des avortements, détruit les acquis génétiques, occasionne la dépression chez le berger, participe à l'abandon des terres, crée des conflits entre les citoyens et finit par éteindre la vie sociale dans nos campagnes...

La finalité de l'ensauvagement ne serait elle pas justement, une fois nos terres désertées et rachetées à bas prix par la finance ou rewilding europe ,  de servir de monnaie d'échange pour les pollueurs en tout genre? Le tout avec la bénédiction des écologistes peut regardant qui se seront déculpabilisés à bon prix en étant devenu le bras armé de ceux qu'ils sont censé combattre?

jeudi 9 mars 2017

LOUP, ITALIE, TÉMOIGNAGE : "LE REMERCIEMENT" DE LA BERGÈRE


Vendredi dernier, nous avions publié le témoignage poignant d'une bergère Piémontaise. LOUP, ITALIE, TÉMOIGNAGE "LE J'ACCUSE" D'UNE BERGÈRE

Un témoignage qui discrédite une fois de plus les contres-vérités colportées par des idéologues peu scrupuleux qui ne s’embarrassent pas avec la vérité.

Voici la lettre, non moins poignante, qu'elle nous a envoyé en remerciement :


"Bono sero,

Sabou pa se parlès a nosto modo, ma sario bèl que entre pastre de mountagno gardessian decò nosto lengo. Pensou que aqui en Italio per li pastre la vido es ben mai dificilo que en Franço. Sian mènou noumbrous, countén gaire, aven mènou de countribusioun publico e aquest an aruben mème pas a vendre li agnèl! Beleu vou demandarèi encaro de enfourmasioun sus coumo se passo en Franço per li pastre.

Gramasis per vostre sousten.

L'amicizia scalda sempre il cuore, anche se da lontano: e di amici abbiamo sempre più bisogno, noi rimasti in pochi a custodire un mondo che non vuole morire.

Le nostre montagne sono sempre più vuote; qualcuno ha scritto “ ci sono più lupi che bambini, più branchi di lupi che scuole nelle nostre valli”. Per questo ogni giorno fermarsi a pensare fa crescere un po’ la malinconia; e a volte la rabbia. Eppure vincitore sarà sempre chi continua a credere nei propri sogni. E ciascuno sogna cose belle!

Spero che continueremo a sentirci per continuare assieme a condividere battaglie e sogni!

Se avès temps venès nous veire, vous esperen ici en Coumboscuro.

Arveire,"
Anna Arneodo


Traduction:

"Bonsoir,
Je ne sais pas si vous  parlez notre langage, mais ce serait beau qu'entre pâtres des montagnes nous gardions encore notre langue. Je pense qu'ici en Italie pour les pâtres la vie est bien plus difficile qu'en France. Nous sommes moins nombreux, guère joyeux, nous avons moins de contribution publique (ndtr aide?...subventions?...reconnaissance?....) et cette année nous n'arrivons même pas à vendre nos agneaux! Je voudrais encore vous demander des informations sur la vie des pâtres en France.

Grand merci pour votre soutien. 

L'amitié réchauffe toujours les cœurs, même malgré les distances: et d'amis nous en avons toujours plus besoin, vu que nous restons en petit nombre  pour protéger un monde qui ne se résigne pas à mourir.
Nos montagnes se vident toujours plus ; quelqu'un a écrit:"il y a plus de loups que d'enfants, plus de meutes de loups que d'écoles dans nos vallées". C'est pour cela que chaque jour s'arrêter pour réfléchir  fait monter un peu de mélancolie ; et parfois la rage. Et pourtant les vainqueurs seront toujours ceux qui continuent à croire en leurs propres rêves. Et chacun rêve de belles choses!

     J'espère que nous continuerons à échanger pour continuer ensemble à partager nos combats et nos rêves!

Si vous avez du temps venez nous voir,  nous vous attendons ici à Comboscuro"

Anna Arneodo


photo ruralpini

____________________________________________________________________________________________________
Note du traducteur (JF)
Il ne s'agit pas vraiment de langue piémontaise, mais bien d'occitan pratiqué dans les vallées qui descendent des cols alpins vers la plaine du Piemont: occitan introduit dans ces vallées par les réfugiés protestants persécutés en France lors de la Révocation de l'Edit de Nantes, qui s'y sont établis (peut-être déjà au moment de la guerre des religions cathos contre protestants?....).Les rois de Piémont avaient accordé refuge à ces exilés fuyant les persécutions (dragonnades...).

Comboscuro fait partie de ces magnifiques vallées que j'ai pu visiter lorsque j'enseignais à CUNEO. Stéphane, mon fils, doit se rappeler qu'il m'y a accompagné, par ex. Abbaye de Valmagne. De nombreux jeunes originaires des lieux ou venant d'ailleurs s'y accrochaient déjà pour faire revivre ces magnifiques villages accrochés aux montagnes et désertés depuis longtemps (exode rural de l'après guerre vers les villes industrialisées). Je me rappelle par ailleurs d'une rencontre annuelle par delà ces cols (retrouvailles entre communautés) une année en France, une année en Italie, mais j'ai oublié le nom de cette initiative dont je ne sais si elle persiste...

Amitiés à vous tous et encouragements solidaires à ceux qui ne se résignent pas...

__________________________

ANNEXE
Pour mettre un terme à l'idéologie mensongère des écologistes pour qui en Italie tout se passe bien: 

Uniquement pour le Piémont:

Il Bollettino continuamente aggiornato con le segnalazioni




Pecore = brebis - capra = chévre - vitello = veau - vacca = vache - manza = genisse - ariete = belier

07/10/2012 all'Alpe Traverset di Usseglio (To), conduttore Perino Claudio di Usseglio (To), una capra morta, un capretto e due capre disperse
06/10/2012 all'Alpe Suiran di Angrogna (To), conduttore Buffa Claudio di Angrogna (To), 2 pecore morte e 4 disperse
05/10/2012 a Alpe Malciaussia di Usseglio (To), conduttore Pognanti Giovanni di Chianocco (To), un vitello morto
03/10/2012 a loc. Desertes di Cesana Torinese (To) , conduttore Re Piera di Villarfocchiardo (To) , un vitello morto
26/09/2012 a Alpe Tararea di Oncino (To), conduttore Allioli Valter di Moncalieri (To), una pecora morta e una dispersa
25/09/2012 a Alpe Toglie di Mattie (To), conduttore Aglì Guido di Luserna S.Giovanni (To)  una pecore morta
21/09/2012 a Alpe Balma di Locana (To), conduttore Contratto Ricca Giandomenico di Locana (To)  due pecore e una capra morte, venti ovicaprini complessivamente dispersi
21/09/2012 a Alpe Toglie di Mattie (To), conduttore Aglì Guido di Luserna S.Giovanni (To)  una pecore morta, due agnelli morti
20/09/2012 a Alpe Comparcie di Crissolo (Cn), conduttore Giaime Pierino di Crissolo (Cn), una pecora morta e un due disperse
18/09/2012 a loc. Prà Inferiore di Bobbio Pellice (To), conduttore Cairus Gian Paolo di Bobbio Pellice (To), una pecora morta e un agnellone disperso
17/09/2012 a Alpe Toglie di Mattie (To), conduttore Aglì Guido di Luserna S.Giovanni (To)  tre pecore morta, + una carcassa rinvenuta di una già dichiarata dispersa
16/09/2012 all'Alpe Lago Nero di Cesana Torinese (To), conduttore Tribolo Dario di Bagnolo Piemonte (Cn) , una pecora  morta
13/09/2012 all'Alpe Imbergeria di Angrogna (To), conduttore Benech Oscar di Angrogna (To) , una capra morta, 4 capretti dispersi
12/09/2012 a Alpe Cretove di Fenestrelle (To), conduttore Gioviali Davide di Fenestrelle (To) due pecore adulte morte
10/09/2012 a Vallone Brossasco di Celle Macra (Cn), conduttore Viano Silvia di S. Damiano Macra (Cn)  quattro pecore Sambucane morte e 13 disperse
09/09/2012 a Loc. Corse del Cavallo di Vinadio (Cn), conduttore Laugero Alfredo di Vinadio (To)  una manza e una vacca Piemontesi morte.
09/09/2012 a Alpe Toglie di Mattie (To), conduttore Aglì Guido di Luserna S.Giovanni (To)  cinque pecore morte, due agnelli morti, un agnellone morto, tre capre morte e una pecora e una capra disperse.
05/09/2012 a Cresta Nera di Alpe Pras Claud di Cesana Torinese (To), conduttore Fantino Giorgio di Roccavione (Cn), tre ovini adulti, un caprino adulto e 5 agnelli morti (razza Biellese)
02/09/2012 a Alpe Formosa di Limone Piemonte (Cn), conduttore Aiassa Tiziano di Casalgrasso (Cn),  una vacca morta.
02/09/2012 a Alpe Formosa di Limone Piemonte (Cn), conduttore Aiassa Tiziano di Casalgrasso (Cn),  una vacca morta.
06/09/2012 all'Alpe La Sagna di Lemie (To), conduttore Gaffino Giovanni di Lemie (To), 5 capre morte e 3 disperse.
02/09/2012 a Colle Campanin di Limone Piemonte (Cn), conduttore Aiassa Tiziano di Casalgrasso (Cn), un toro da monta e una manza morti (la manza era in avanzata gravidanza).
03/09/2012 all'Alpe Gias delle Ortiche di Briga Alta (Cn), conduttore Martini Bartolomeo di Boves (Cn) un vitello morto.
03/09/2012 a Prato Rotondo. Garessio (Cn), conduttore Bottero Aldo di Garessio (CN), un vitello morto, 1 pecora morta, 2 agnelle e 2 pecore disperse
03/09/2012 a Alpe Serri di Acceglio (Cn) conduttore Pasero Catterina di Acceglio (Cn) una pecora morta.
02/09/2012 a Colle Campanin di Limone Piemonte (Cn), conduttore Aiassa Tiziano di Casalgrasso (Cn), una vacca morta.
02/09/2012 a Pian Croesio di Paesana (Cn), conduttore Gervasone Giuseppe, una capra e una capretta morte
02/09/2012 a Gias Perla di Limone Piemonte (Cn), conduttore Aiassa Tiziano di Casalgrasso (Cn), 1 manza morta, 3 manze ferite, 2 vacche ferite X
28/08/2012 a Loc. Salette Alpe Bisalta, di Boves (Cn),  conduttore Martini Bartolomeo di Cherasco (Cn) un agnellone morto. X
28/08/2012 a loc. Baiassa di Pramollo (To), conduttore Plavan Oscar di S.Germano Val Chisone (To), una vitello morto.
22/08/12 all'alpe Murè di Lemie (To), conduttore Tricca Albertina di Lemie fraz. Forno, una pecora biellese morta.
21/08/2012 all'Alpe Traverset di Usseglio (To), conduttore Perino Claudio di Usseglio (To), un capretto disperso
27/08/12 all'alpe Bulè di Oncino (Cn), conduttore Ponso Mario di Revello (Cn), una pecora biellese morta e tre disperse.
27/08/12 Alpe La Sagna Lemie (To), conduttore Gaffino Giovanni di Lemie (To), una capra morta.
27/08/12  a Cresta Nera di Cesana Torinese (To) , Fantin Giorgio di Rocciavione (Cn)una pecora morta - 7 pecore morte, 3 agnelli morti, 4 agnelli feriti, 2 pecore disperse, 5 agnelloni dispersi, 2 agnelli dispersi, un capretto disperso.
27/08/12 all'alpe Bulè di Oncino (Cn), conduttore Ponso Mario di Revello (Cn), una pecora biellese morta e tre disperse.
27/08/12 all'alpe Gias Gardoun di Demonte (Cn), conduttore Tamagno Giuseppe di Vinadio (Cn), una capra morta, una pecora morta
25/08/2012 a Cresta Nera di Alpe Pras Claud di Cesana Torinese (To), conduttore Fantino Giorgio di Roccavione (Cn), 8 pecore adulte e 3 agnelli (razza Biellese)
24/08/12 all'Alpe Traverset - Loc. Molar, Usseglio (To), conduttore Perino Claudio, di Usseglio, un capretto ferito e quattro dispersi.
20/08/12 a Alpe Traverset - Loc. Molar, Usseglio (To), conduttore Perino Claudio, di Usseglio, una capra morta
19/08/12 a Alpe Traverset - Loc. Molar, Usseglio (To), conduttore Perino Claudio, di Usseglio, una capretta di 5 m. morta 
19/08/12 a Alpe Droneretto di S.Damiano Macra (Cn) conduttore Mana Cristoforo, di Centallo (Cn), una vacca morta e tre vitelli dispersi
18/08/12 a Alpe Imbergeria, Angrogno (To), conduttore Benech Oscar di B.ta Rocciaglia di Angrogna (To), una capra morta, una capra e tre capretti dispersi.
18/08/12 a Alpe Portia, Condove (To), conduttore Giuliano Giorgio e F.lli, sas Torino, un agnellone, due pecore adulte e un'agnella di 5 m.
16/08/12 a Alpe Gias Perla, Limone Piemonte (Cn), conduttore Tiziano Aiassa di Casalgrosso (Cn) una vacca di 15 anni soppressa in quanto lesioni riportate precedente attacco del 10/08 giudicate inguaribili dal vet Asl.
15/08/12 a Alpe Chiot La Sella, Villar Pellice (To), conduttore Charbonnier Luca di Bobbio Pellice (To) una capra ferita e un capra dispersa.
14/08/12 a Limone Piemonte, conduttore Martini Bartolomeo di Boves (Cn) quattro pecore adulte morte
13/08/12 a Loc. Lago Verde, Alpe Pian Benot, Usseglio (To), conduttore Menzio Giuseppe di Pino Torinese (To) una pecora adulta biellese morta
14/08/12 a Alpe Chiot La Sella, Villar Pellice (To), conduttore Charbonnier Luca di Bobbio Pellice (To) una capra adulta morta e un capretto disperso.
09/08/12 a Alpe Laval, Pragelato, (To) conduttore Perotti Franco di Burisco (To) attacco con morte di una pecora biellese adulta
11/08/12 a Alpe Perla, Vallone di S.Giovanni, Limone Piemonte, (Cn) conduttore Tiziano Aiassa di Carpanetta di Casalgrasso (Cn) attacco con morte di una manza gravida di due anni e un altra ferita.
09/08/12  a Gias Salette – Bisalta (Cn), conduttore Martini Bartolomeo di Boves (Cn), 2 pecore morte. X
09/08/12  a Laux di Usseaux (To), conduttore Galfione Silvano di Usseaux (To), attacco con perdita di 1 pecora adulta meticcia.
08/08/12  a Loc. Palon di Usseglio (To), conduttore Negro Guido di Bussoleno (To) attacco con perdita di 1 pecora biellese adulta.
04/08/12  a Laux di Usseaux (To), conduttore Galfione Silvano di Usseaux (To), una pecora morta e tre disperse.
08/08/12  a Loc. Alpe Gaggere di Sauze d'Oulx (To), conduttore Rocci Ugo di Chiusa San Michele (To) attacco con morte di 2 capre adulte
31/07/12 all'alpe "Zona Laghi" di Lemie (To), conduttore Tricca Albertina di Lemie fraz. Forno attacco con perdita di 3 pecore adulte: una uccisa, una ferita, una dispersa.
31/07/12 all'alpe Malciaussia di Usseglio (To), conduttore Giovanni Pognant di Chianocco (To)  attacco con perdita di 6 ovini.
26/07/12 all'Alpe Dousserour a Demonte, Valle Stura (Cn), conduttore Marsigliani Luca di Demonte (Cn). 5 capretti morti, 5 capretti, 3 capre e un vitello dispersi.
25/07/12 a Argentera (Cn) sul pascolo comunale Marino Marco di Busca (Cn) 5 pecore e 3 agnelli morti più 1 capretto e 8 agnelli feriti.
24/07/12 Loc Jscauda di Bagni di Vinadio (Cn), conduttore Degioanni Giuseppe di Bagni di Vinadio (Cn) una vacca morta e un vitello disperso
23/07/12 alle Navette, Briga Alta (Cn) Borgna Giovanni di Rossana (Cn) ha subito un attacco con due vitelli morti
23/07/2012. Alpe Ciastellar di Calstelmagno, (Cn) conduttore Martini Luca Tommaso una manza morta
20/07/12. Alpe Costa piana di Monastero di Lanzo (To), Stabio Domenico Giuseppe, di Monastero di Lanzo (To) 1 capra morta, 2 ovini adulti, un agnellone e un ovino non identificabile morti
23/07/12. Re Stefano di Morozzo (Cn) ha subito la perdita di 3 agnelli (morti ) a Valletta Isone (Valle Stura, Cn).
21/07/12 all'alpe Malciaussia di Usseglio (To), conduttore Giovanni Pognant di Chianocco attacco con perdita di 3 pecore e un agnellone X
19/07/12  alle Navette, Briga Alta, (CN) Borgna Giovanni ha subito unattacco con due vitelli morti .
18/07/12 all'alpe Malciaussia di Usseglio (To), conduttore Giovanni Pognant di Chianocco attacco con perdita di una pecora, due agnelloni, un agnello
17/07/12 all'alpe Cimot Sella di Valdieri (Cn) , morta pecora Frabosana adultà di Somà Silvia di Prea di Roccaforte (Cn).
16/07/12  Alpe Colombere, Condove (To) Rocci Aldo di Borgata Gianotti, Barbania (To), quattro pecore e sei agnelloni morti, quattro agnelloni feriti.
12/07/12 Alpe Bric Costa Rossa, Peveragno (Cn), conduttore Sergio Baudino di Morozzo (Cn)- Due pecore adulte e un'agnella biellesi morte, un ariete, due pecore e cinque agnelle disperse.
12/07/12 all'alpe Murè di Lemie (To), conduttore Tricca Albertina di Lemie fraz. Forno attacco con perdita di una pecora morta e una dispersa.
09/07/12. Alpe Tartarea, Oncino (Cn), conduttore Allioli Valter. Un ovino morto.
09/07/12 Alpe Sagna, Rocca del Toro, Lemie (To), Gaffino Giovanni, due capre morte.
08/07/12 all'alpe Penna di Salza di Pinerolo (Cn), conduttore Bergero Giorgio di Salza di Pinerolo (To) un caprino e un ovino morti
05/07/12 Alpe Arcella, Monpantero (To) Dimoffe Viorel di Cascina Giuseppina, Santhia (To), due pecore, un agnello e una capra morte.
06/07/12.  Loc. Bousson, Cesana torinese, (To), conduttore Tribolo Dario. una pecora morta.
04/07/12 Alpe Vernante, Lemie (To), Gaffino Giovanni, una capra morta e una dispersa.
03/07/12 Loc. Grange Merletto di Acceglio (Cn), conduttore Bottasso Mario Matteo di Reinette di Acceglio, una pecora sambucana morta.
03/07/12 Loc. Fontanelle, Mattie (To), conduttore Gulli Gabriele di Fontanelle, Mattuie (To), una vitella morta.
02/07/12.  Tetti. Bordeis, Chiusa Pesio (Cn) Musso Giovanni di Fraz. S.Bartolomeo, Chiusa di Pesio (Cn) una agnella morta.
30/06/12. Alpe Vernante, Lemie (To), Gaffino Giovanni di Lemie (To), una capra morta e una dispersa, un capretto disperso.
28/06/12. Alpe Lazzara, Leiretta di Pramollo (To), Plavan Oscar di D.Bernardo di Pramollo (To), un vitello morto X
17/06/12. Campo Montuso, Mongiardino ligure (AL), Pittaluga Alessandra di Loc. Salata di Mongiardino ligure (AL) una capra e un capretto morti, una capra e un capretto dispersi.
13/06/12. Alpe Sellery di Coazze (To) F.lli Lussiana di Borgata Fornello di Gaiaveno (To), una capretta 6 m morta.
06/06/12. Alpe Serri, Acceglio (Cn)Pasero Catterina di Cascina Bernolfa Saluzzo (Cn), una pecora morta.
21/06/2012 Incisa Scapaccino (At) Terzolo Mario presso azienda Via S.Agata 6, 4 caprette e un capretto maschio dell'annata morti (cani vaganti)
02/06/12. Alpe Serri, Monte Risinas, Acceglio (Cn) Pasero Catterina, Cascina Bernolfa Saluzzo (Cn), due pecore morte, tre agnelli morti.
25/05/12. Alpe Subeiran, Pomaretto (To) Società Agricola Brujun, Buriasco (To), due pecore morte.
22/05/12. Alpe Sea, Torre Pellice (To), Benedetto Lino di Torre Pellice (To), una capretta morto.
16/05/12. Loc. Cascine di Ormea (Cn), Castagnino Anna Maria, di idem, quattro capre e un capretto morti.
30/04/12. Giordano Massimo, Loc. Lazzarini, Bossolasco (Cn), idem, pecora delle Langhe adulta morta.
24/02/12.  M.te Antoroto, Ormea (Cn) Baldo Massimiliano, Fraz. Eca. di Ormea (Cn), una pecora gravida, un ariete e una pecora morti.


mardi 7 mars 2017

LOUP ET PASTORALISME, 11 CONTREVÉRITÉS BONNES À SAVOIR AVANT D'ASSISTER AUX CONFÉRENCES DE PIERRE RIGAUX.


De quoi permettre de comprendre comment une conférence censée parler de la biologie du loup se transforme en plaidoyer pour discréditer le pastoralisme aux yeux du public.

Autrefois, le pastoralisme était montré comme facteur de dégradation de l'environnement par les forestiers : « Bergers et éleveurs étaient montrés comme des incultes fourvoyés dans des pratiques archaïques remontant à l'aube de l'humanité ».
Aujourd'hui, alors qu'il s'est adapté aux crises et à l'évolution, alors qu'il est devenu un outil privilégié pour l'entretien et la gestion de la montagne, le pastoralisme redeviendrait il la bête noire des adeptes du « tout sauvage » ?


                   Illustration 1: troupeau sur le site Natura 2000 de Valdrome 26

« Le pastoralisme est aujourd’hui considéré comme une solution durable à l’entretien des milieux en faveur de la biodiversité. Il est également un outil de préservation des milieux contre les incendies. Par ses multiples vocations, le pastoralisme est donc présent dans de nombreux documents de planification territoriale comme les documents d’objectif des sites Natura 2000 mais également les plans départementaux de défense de la forêt contre les incendies. »

 "les affirmations numérotées de 1 à 11, en gras et en italiques" sont celles de M. Rigaux, grands défenseur du loup et grand pourfendeur du pastoralisme. (Le pastoralisme est il bon pour la montagne)
1 - «En haute altitude, le froid, et non les brebis, empêche les arbres et les buissons de pousser. »
Le mélèze a besoin de froid pour se développer. Il parvient à supporter des températures glaciales : jusqu’à – 70 °C ! Le pin Cembro ou pin des Alpes résiste au-delà de -40°C
Les arbres peuvent monter beaucoup plus haut dans les Alpes-Maritimes qu’en Savoie, en adret qu’en ubac. Avec le réchauffement climatique, on « gagne » 0,5 °C tout les 10 ans, l'équivalent de 80 m de dénivelé. Sur les 3 dernières décennies, les limites altitudinales de végétation ont gagné 250 m !
Le pastoralisme est donc mis à contribution pour préserver les espaces ouverts.

2 - « Oui, la montagne peut se passer du pastoralisme. »
Le pastoralisme empêche la fermeture des paysages et la disparition des patrimoines ruraux. Mieux : il serait aussi un facteur essentiel de la biodiversité en favorisant le maintien d'espaces ouverts et variés. Le pastoralisme extensif peut se prévaloir d'une « qualité environnementale». cf Revue scientifique Sud Ouest Européen N°16/2003 Pastoralisme et environnement
L’alpage est le symbole du pastoralisme et de son emprise sur le milieu alpin. En effet, c’est « Alpage » qui a donné son nom aux Alpes et non le contraire!
Les animaux prélèvent de la matière végétale. Les déjections restituent une partie de ce prélèvement. Ce retour « stimule » la vie biologique du sol.
Exemple : Science et Décision » du CNRS
« Les paysages qui abritent la plus forte biodiversité sont composés d'habitats semi-naturels. /…/ Les principaux types sont les prairies exploitées de façon extensive ou peu intensive /…/ En France, 84 % des surfaces classées en " haute valeur naturelle " correspondent à des zones d'élevage en plein air»
Alors oui : la montagne peut certainement se passer du pastoralisme, mais aussi du ski, des randonneurs, des alpinistes, des VTTistes….. Par contre, si le pastoralisme venait à disparaître, ce seraient des millénaires du patrimoine nature et une part importante de biodiversité condamnés sur l'autel du « tout sauvage »

3 - « la plupart de ces élevages de montagne qui se veulent proches de la nature ne pratiquent pas l’agriculture biologique. »
Les taux de chargement en montagne restent liée à la pérennité de la ressource herbagère, souvent 1 ha par brebis dans les pré-Alpes, comme le Haut Diois. Des ovins qui pâturent dans des landes et des alpages sans engrais ni produits chimiques. Quelle serait l’opportunité d’être en Bio ? Le loup épargnera t-il les agneaux avec le label bio?
Je fais ma charcuterie moi même sans autres additifs que le sel (chlorure de sodium) sans le label bio
 Le saviez vous ? : En bio, le Nitrite de sodium et le nitrate de potassium tous deux considéré comme cancérigène, sont autorisés.

4 - « Le pastoralisme participe fortement à la dégradation de l’eau du robinet »
Si l'on trouve dans nos montagnes une eau exceptionnelle, les récents regroupements nocturnes pour la protection des troupeaux  comportent un risque de créer cette  pollution du fait de la concentration des déjections fécales. Mais jusqu’à nouvel ordre, la pollution de l'eau engendrée par des millénaires de pastoralisme traditionnel n'a jamais été redoutée par les ruraux. Ce qu'il nous faut craindre,  c'est plutôt le fait des déjections de l’élevage industriel, la pollution chimique, (produits de nettoyage, pesticides, peinture…). Les résidus de médicaments (absorbés puis rejetés dans les eaux usées...). Les activités industrielles, rejettent des métaux, des hydrocarbures, des acides,.....  

"Certains conférenciers dans le déni de la science et motivés par des intérêts peu avouables, déforment consciemment les preuves scientifiques pour satisfaire leurs fantasmes et servir des intérêts peu avouable. À l’heure ou M. Rigaux écrit les communes perdent leur autonomie sur l'eau de leurs sources au profit de Vivendi, Lyonnaise des eaux et autres multinationales. Ces prêcheurs ne reculent décidément  devant rien, notamment ceux censés défendre l’environnement.
Les perturbateurs endocriniens sont autrement plus redoutables que les crottes de biques !

5 - «Les pelouses sont adaptées aux conditions extrêmes de la haute montagne et ont nul besoin d’être pâturées. »
Tous les paysages, réputés naturels ou non, sont le fruit d’une coévolution du travail de la nature et de l’homme ». Le fruit de ce que la nature a permis à l’homme de faire pour la transformer tout en la préservant. Cette complicité a commencé il y a plus de 6500 ans, au Néolithique avec le pastoralisme.
Même la forêt Amazonienne a été profondément changée par les anciens habitants de la région il y a plus de 8000 ans. Alors comment être sur que les alpages n'ont pas besoin de pastoralisme ?

En altitude, les pâturages sont divisés en plusieurs quartiers que le troupeau exploite tour à tour pendant une certaine période. D’origines souvent très anciennes, les quartiers sont définis en fonction de leur altitude, leur exposition, leur pente... et se composent toujours d’une **couchade, d’une salice* et d’un point d’abreuvement. Plusieurs circuits sont élaborés par le berger au sein d’un quartier. Outre le fait que le pâturage permet d'entretenir les pelouses, il limite fortement les avalanches et favorisent la vie de la flore et des insectes par l'enrichissement du terrain avec les déjections. 
** La couchade est le lieu où le troupeau passe la nuit *La salice est l'endroit où le sel est mis à disposition des brebis 

La conduite des troupeaux sur les parcours d'estives des étages subalpin et alpin est millénaire.,Outre le fait que le pastoralisme rend les exploitations plus économes en moyens, il présente également d’autres avantages : il entretient les paysages, maintien les écosystèmes ouverts et permet de lutter contre les incendies par le débroussaillement animal. Il a un fort intérêt écologique et économique.  Auteurs : CERPAM(1) - OIER-SUAMME(2) - ADEM(3) - DDT(4) - IDELE(5). "Le pastoralisme, une activité respectueuse des équilibres naturels"

6 - « En Italie, la cohabitation se passe bien »
ITALIE : Extrait d
ans la conclusion :«Variation de la végétation pastorale dans le Piémont consécutive à la prédation du loup » par : 
Département Sciences Agronomiques, Forestières et Alimentaires – Université de Turin
Département Sciences Aliments, Nutrition et Environnement – Université de Milan
Docteur en Foresterie et Environnement – Profession libérale

« Certains alpages piémontais où les troupeaux ont subi de fortes pressions de prédation ont été abandonnés…/ Tout ceci a déterminé un appauvrissement de la végétation et de la production à cause de la réduction de la charge animale et de l’abandon de l’économie agro-pastorale. L’élevage en zone de montagne est à la base de la conservation de la diversité des ressources pâturables, avec des répercussions sur l’ensemble du paysage alpin. La tendance évolutive avancée à la suite de la diffusion du loup favorise la cessation d’activité de certains éleveurs, l’abandon partiel ou total des pâturages d’estive et des zones les plus exposées aux attaques, le commencement d’un processus de régression de la végétation et le déséquilibre dans la distribution de la fertilisation. Une telle tendance évolutive, liée sans équivoque à la gestion pastorale, est confirmée par la diffusion d’espèces de milieux pauvres, par l’expansion d’espèces arbustives envahissantes…/ »
Comme quoi, contrairement à ce que l'on veut nous faire croire, en Italie la situation n'est pas plus enviable que chez nous :

7 - «Il faut interdire le pastoralisme dans les parcs Nationaux »
Extraits de la charte des P.N.:
« Les paysages d’alpages et d’estives des cinq parcs nationaux recouvrent 460 000 ha (comprenant des pâturages d’altitude d’été...) et se situent en zones cœur et en aires optimales d’adhésion. Dans les cœurs (excepté le P.N. Cévennes où l’on trouve également des espaces cultivés), le pastoralisme est l’activité agricole très largement majoritaire, voire exclusive. Il est également présent dans l’aire optimale d’adhésion de tous les parcs nationaux.
Le pastoralisme contribue à la structuration écologique et paysagère des territoires, à la constitution du patrimoine naturel et culturel des parcs nationaux et à sa gestion. Ainsi, les paysages d’alpages et d’estives offrent une biodiversité et un caractère remarquable, résultat des interactions complexes et dynamiques entre activités pastorales et milieux naturels, que les parcs visent à préserver. »
Une charte signée en démocratie que d'aucuns rêvent de remettre en cause par idéologie du tout sauvage. « Les paysages créés par la coévolution de l'élevage et de la végétation ressemblent souvent à des zones sauvages pour les étrangers /alors que/ la disparition des systèmes traditionnels de pâturage tend à s’accompagner de pertes importantes de biodiversité. » F.A.O.

8 - « Le loup participe à la création d 'emplois, l'état subventionne 80 % du salaire d'un berger. »
  L'éleveur touche 80 % du plafond subventionnable auquel il a droit selon la taille de l'exploitation, le mode d'élevage, la présence ou non du prédateur..... Des subventions qui aident mais sont loin de couvrir 80% du salaire mis en avant par les défenseurs du loup.
 Sans compter l'avance de trésorerie puisque les salaires de 2015 ne sont toujours pas indemnisés.  Donc, pas de quoi en faire un plat. En effet, le travail supplémentaire pour le berger en zone d'alpage est estimé par le CERPAM (1) et l’Institut de l’Élevage à 7h/jour, soit 210 heures/mois en plus de son travail normal, qui s’établit en moyenne autour de 280 heures/mois.

Dans la grande majorité des cas, les aides bergers ne tiennent pas plus de 2 ans. Le stress, l'angoisse, la culpabilité, l'horreur des charniers dues à la prédation ont raison de ces nouveaux acteurs ruraux plein de convictions faussement étayées par les affirmations fantaisistes des défenseurs du loup.


9 - «La pression des troupeaux dévaste la flore…. »
Voyons ce qu'en pense Sylvain Plantureux, ingénieur agronome, docteur et professeur à ENSAIA(8), directeur adjoint de recherche à l'INRA(9) Nancy, il étudie la biodiversité des prairies et nous dévoile le fruit de ses recherches dans cette courte vidéo de 7mn :

Voyons aussi ce qu'en pensent l’ensemble des organismes traitant du sujet :  
L'IMPACT DRAMATIQUE DE LA DISPARITION DU PASTORALISME
Et voyons maintenant ce que vantent les dépliants des offices de tourisme pour attirer les citadins à venir découvrir la nature préservée et accueillante :
Exemple en pays Basque : «  Elle est bien belle la montagne basque, mais elle est également le théâtre d'une intense vie économique, la plus importante et la plus ancienne étant celle du pastoralisme. Environ 700 éleveurs y amènent un cheptel de près de 100 000 brebis, 5 000 vaches et 1 000 chevaux ! Il est donc évident que toute la culture de la montagne basque  plonge ses racines dans la tradition pastorale. »

 Un plaidoyer cosignés par 34 scientifiques explique l'importance du pastoralisme pour la biodiversité PLAIDOYER POUR DES ÉCOSYSTÈMES NON DÉSERTÉS PAR LES BERGERS



10 - « Les moutons mal protégés sont des proies faciles... » Une lapalissade pour cacher la réalité : " La proportion d’attaques en pleine journée ne cesse de croître. Des attaques qui se produisent malgré la présence de bergers et de chiens de protection." cf ADEM(3) selon DDT26(4), DREAL(6) Rhône Alpe, ONCFS(7)




















Le désarroi des éleveurs est d'autant plus grand face à l'ampleur de la prédation, qu'elle met le doigt sur les limites des moyens de protection mis en place par la quasi-totalité des éleveurs pâturant en zone de présence du loup (gardiennage renforcé, chiens de protection, parc de nuit ou de pâturage électrifié). Auteurs : CERPAM(1)- OIER-SUAMME(2) - ADEM(3) - DDT(4) - IDELE(5). "Le pastoralisme, une activité respectueuse des équilibres naturels"


11 - La filière ovine se porte mal…. »
Mais le pastoralisme traditionnel proposant des produits de qualité dans le respect, la traçabilité, la durabilité et la proximité se porte bien.
L’agriculture  de  montagne,  avec  un  certain  nombre  de  spécialités  parmi  les  plus  réputées, contribue au renom de la production agricole et alimentaire française et à la richesse nationale.
L’approfondissement  de  la  politique  de  développement  durable  apporte  une  nouvelle  légitimité  aux aides à la montagne, qui « rémunèrent » les  externalités positives de  l’entretien de la nature, de  la biodiversité et des paysages par l’agriculture et la forêt...
Source : 
http://www.ladocumentationfr

11 bis - «…., le loup est un bouc émissaire »
le loup menace la branche qui a su tirer son épingle du jeu.
L’agneau labellisé se porte bien partout ou il pâture en paix.
Ailleurs, dans toutes les zones d'élevage qui subissent le loup, la production baisse en même temps que la qualité.
Les A.O.C. dont le cahier des charges exige une obligation de pâturage, comme en Italie et en Espagne sont menacées.
Le loup se délecte des bovins et équins qui remplacent les ovins là ou l'herbe le permet.

EN CONCLUSION :
 une fois de plus, l'idéologie prônée par des intolérants dont le but est de discréditer les derniers ruraux qui vivent de et avec la nature,  nous montre bien la perte de libre arbitre de ceux qui, n'ayant pas d'arguments valables à opposer, sont prêts à tout pour réaliser leurs fantasmes. L'auteur de ces affirmations invraisemblables est un des maîtres à penser qui entraîne derrière lui des adeptes inconscients persuadés de sauver la nature. Mais si Pierre Rigaux en obtient des subsides de ceux qui tirent les ficelles, tous font le jeu de ceux qu'ils sont censé combattre : loup, comprendre pourquoi il est important que les éleveurs disparaissent


Ces gens sont bien plus dangereux pour le pastoralisme traditionnel que le loup.
Et ceux qui leur ouvre leurs portes pour qu'il puissent divulguer leur idéologie deviennent leurs complices. 

Pour mieux connaitre Pierre Rigaux :
 loup, la conférence du point de non retour
LOUP, à VITROLLES COMME AILLEURS, LE CONFERENCIER SE DEVOILE
LOUP, QUAND LA VÉRITÉ S'IMPOSE, SES DÉFENSEURS FONT LE DOS ROND.

INDEX
1 - CERPAM Centre d'Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes Méditerranée
2 - OIER Organisme inter-établissements du réseau des chambres d'agriculture-Service d'utilité agricole montagne méditerranéenne élevage. 
3 - ADEM Association Départementale d'Économie Montagnarde. 
4 - DDT Direction Départementale du Territoire.
5 - IDELE Institut de l'Élevage
6 - DREAL Direction Régionale de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement
7 - ONCFS  Office National de la Chasse et de la Faune sauvage.
8 - ENSAIA École Nationale Supérieure d'Agronomie et des Industries Alimentaires.
9 - INRA Institut National de la Recherche Agronomique.