BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

dimanche 30 avril 2017

LOUP, DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE COMME AILLEURS, ON NOUS A MENTI.

STRATÉGIE DE L’ALIMENTATION DES LOUPS DANS LES ZONES D'ÉLEVAGE.

Étude faite au Portugal dans le Panada Geres et le South Douro

les loups survivent et se maintiennent dans les zones d'élevage conduits selon différentes méthodes :
  • Pâturage extensifs, 50 individus au km²
  • Élevage intensif, 350 individus au km²

Panada Geres : 440 analyses                                                     South Douro : 289 analyses
petits mammifères 2 %                                                                  oiseaux 5 %
lapins 2 %                                                                                      petits mammifères 1 %
chats 1 %                                                                                       lapins 8 %
renards 1 %                                                                                    renards 1 %
chiens 2 %                                                                                     chiens 2 %
chevreuils 4 %                                                                               chevreuils 1 %
sangliers 8 %                                                                                 sangliers 6 %
ovins 2 %                                                                                       porcs 4 %
caprins 11 %                                                                                  ovins 11 %
chevaux 37 %                                                                                caprins 25 %
bovins 30 %                                                                                   chevaux 10 %
                                                                                                       bovins 26 %

Le loup se nourrit principalement de                                           Le loup assure l'essentiel de son                                                                                      
bovins et d'équins retrouvés dans plus                                         alimentation de bovins et caprins.
de 70 % des crottes


Les autorités veulent promouvoir les populations de proies sauvages. Ce qui pourrait être une solution, devient obsolète lorsqu'on apprend qu'une étude faite en Slovénie affirme que là où les densités de gibier sont les plus élevées, les attaques sur le bétail sont les plus nombreuses. De même en France, les études de terrains montrent  que les territoires où les troupeaux subissent le plus de pertes, dans le Mercantour et dans les Pré-alpes de Grasse notamment, sont aussi parmi les plus giboyeux de France. Là où abondent les cerfs, les mouflons, les chamois, les chevreuils, supposés encourager les loups à s’installer, là sont aussi les plus grosses pertes pour les éleveurs.

Doit on en déduire que l'introduction de ce document : « les loups survivent et se maintiennent dans les zones d'élevage » peut aussi en être la conclusion ? Les loups sont devenus, grâce à leur surprotection, des prédateurs dépendant d'une ressource alimentaire liée à l’élevage.

Des écologistes peu scrupuleux pourraient nous rétorquer que la prédation sur les ovins est faible en comparaison de ce qui se passe en France et s'empresser de conclure que les éleveurs Ibérique sont meilleurs que nous. Ce qu'ils ne se privent d'ailleurs pas de prôner haut et fort. Pourtant, encore une fois la réalité est beaucoup plus évidente que la propagande : En effet, sur tout l’arc Nord-Portugal, Galice, Asturies, Cantabrie, très impacté par le loup, les éleveurs ont modifié la proportion gros et petit bétail de leur cheptel justement à cause de l’impact des loups sur chèvres et brebis. 
Mais les loups se sont adaptés et attaquent bovins et équins ce qui entraîne une autre conséquence tout aussi dramatique : la baisse du nombre de bovins et d'équins en estive, la disparition de races anciennes, l’augmentation des élevages hors sol, l’embroussaillement générateur d'incendie et de perte de biodiversité,… http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2015/07/loup-espagne-et-cohabitation.html


Ici aussi, les écologistes ibériques rejoignent les écologistes Français. Ils préconisent aux bergers Espagnols, cités par les environnementalistes Français comme exemplaires : « Pour minimiser la prédation il faut adapter les pratiques d'élevages et les modes de conduites des troupeaux ». ce qui revient encore et toujours à favoriser l'élevage hors sol, surtout pour les équins et les bovins; les ovins ayant déjà quasiment disparus. Et ce qui prouve une fois de plus, comme si c'était nécessaire, que les prédateurs ne peuvent coexister avec l'élevage traditionnel, respectueux de la nature, des hommes et des animaux.

dimanche 23 avril 2017

LOUP, ITALIE ; QUAND LES MENSONGES DES ENVIRONNEMENTALISTES DEVIENNENT INSOUTENABLES !

  Anna Arnedeo réplique aux clichés des animalistes ( ceux qui profèrent: "De toute façon ils sont dédommagés, pourquoi se plaignent-ils ces c...s de bergers?....") elle rétorque: " Vous seriez contents  de voir tuer votre  petit chien par un loup et de pouvoir vous en acheter un autre grâce aux subventions de la Région (qui arrivent un an après....)?

     (09.03.17) Parallèlement à un très grand nombre d'attestations de solidarité la ferme prise de position de la bergère Mme Anna Arneodo 

LOUP, ITALIE, TÉMOIGNAGE "LE J'ACCUSE" D'UNE BERGÈRE

a recueilli, comme cela était prévisible, aussi des commentaires négatifs.

 

Les animalistes considèrent que la répétition à l'infini de leurs réprimandes :"de toute façon on leur rembourse leurs animaux", " c'est de leur faute car ils n'utilisent pas les filets ni les chiens" suffisent pour éviter que l'opinion publique ne s'interroge sur l'injustice sociale endurée par les bergers. Ils subissent tous les conséquences d'une  "coexistence avec le loup", décidée en ville, par qui a certainement une vie plus agréable que la leur.

Voici un gracieux commentaire :     ....les bêtes qui tendanciellement meurent victimes des prédateurs, sont vieilles, affaiblies ou malades. Sauf que les Régions ont une assurance et les dégâts elles te les remboursent. Cependant elles te les remboursent au prix d'une tête jeune,saine. Donc pourquoi se plaint-elle? (celle qui "se plaint"c'est Anna)

     De ces postures émane une forme séculaire de mépris des paysans et des bergers, émane une vision mécaniste, réductionniste, dualiste d'une pensée qui n'a rien à voir avec l'écologie, qui n'a rien à voir avec la conscience de l'unité des systèmes du vivant, de l'unité de ces dimensions biologiques, sociales, psychologiques, spirituelles que la société moderne, bourgeoise et industrielle a différenciées  (entraînant les néfastes conséquences sociales et environnementales que nous connaissons).
Le "parti du loup" s'est arrêté à la pensée cartésienne, à l'animal machine, au dualisme humain-nature (en réduisant la supériorité de l'humain à celle d'une nature idéalisée). 
  • La brebis est " une machine à viande" et sa souffrance n'a aucune valeur.
  • Le loup est une "machine miraculeuse" qui, dans une vision extrêmement  simpliste de la réalité écologique, surtout maintenue éloignée artificiellement de la réalité sociale, reprend le concept de l'équilibre naturel.
En réalité les animalistes attaquent les bergers avec des arguments très lourds, vulgaires et outrageants. 
Il y a derrière cela un mécanisme de transfert:
  •  le loup est un animal noble et supérieur
  •  et nous, en nous identifiant au loup nous sommes des super hommes;
  • la brebis est un beefteak ambulant et les bergers qui s'identifient à elle, sont des êtres sous humains et nous nous foutons de leur désespérance.

    C'est à ceux  par contre , qui de bonne foi parlent du loup en l'idéalisant mais sans en faire un drapeau idéologique à des fins de " nettoyage ethnique" des bergers, que s'adresse cette seconde intervention d'Anna, quand elle explique en détail le parcours du combattant auquel doit se soumettre le berger qui a été victime de cette prédation. 
Au point que souvent il renonce à faire cette démarche.
     Il faut avoir présent à l'esprit, qu'en Piémont, où se trouve Anna, le processus d'enquête et de liquidation des dommages est en moyenne beaucoup plus efficace que dans les autres Régions.

    
Bonsoir,

     Je ne sais à qui je suis en train de répondre, mais j'imagine parler avec quelqu'un qui n'a jamais été berger ni eu à subir des attaques de loups ni à présenter des demandes de remboursements de dégâts.
     Avant tout le loup choisit comme proies les bêtes les meilleures, jeunes et souvent  enceintes.
     Quand le berger trouve une brebis tuée par un loup, il doit appeler le vétérinaire de l'ASL (1) qui viendra constater que la prédation doit bien être attribuée au loup. Il lui faut ensuite se rendre à son cabinet pour prendre possession du procès verbal contenant la description de l'attaque et la liste des bêtes tuées ou blessées (identifications auriculaires, âge, préciser la mère si animal inférieur à l'âge diagnostiqué).
     Avec ce procès-verbal il faut se rendre aux bureaux du CoSmAn ( l'organisme qui, en Piémont couvre par contrats d'assurances les risques de pertes commerciales dans les élevages zootechniques). C'est cet organisme qui délivre la police d'assurance sur la base de laquelle sera  effectué le remboursement (environ un an après). Une fois terminée cette obligation, il faudra  aller voir le Maire de la Commune où a eu lieu la prédation, pour qu'il prenne un décret autorisant le titulaire de l'alpage à enterrer l'animal victime de la prédation, plutôt que de faire intervenir la société de ramassage des carcasses, car il faut pourvoir au recyclage de ces dernières.
 Le jour suivant il faut revenir en Mairie pour signer une auto-certification dans laquelle on déclare qu'on a procédé à l'ensevelissement des carcasses (tout cela en tenant compte du fait que tous les protagonistes impliqués, qui dans le délai de quelques heures tout au plus une nuit, sangliers, renards ou corbeaux n'auront pas attendu pour manger, ronger et faire disparaître tout ce que le loup aura laissé!)
     Tenons compte que pour courir dans les différents bureaux, le berger doit laisser son troupeau...:
  • Où enfermé pendant des journées dans des parcs électrifiés sans nourriture,
  • Où bien le laisser libre de paître en l'exposant à d'ultérieures attaques de loups?.....

     Chaque brebis est remboursée sur la base d'une somme fixée au préétablie par la Région, mais une brebis pratiquement toujours enceinte à la fin de l'été, quand les attaques sont les plus fréquentes, aurait pu mettre bas un ou deux agneaux ultérieurement, qui ne sont pas prévus dans le calcul du remboursement *; en outre il n'existe pas de berger qui élève des brebis pour en faire de la nourriture à loups: il les sélectionne, il les prend chacune en affection, il connaît la mère de chacune et ses aptitudes, il sait si elle donne du lait, si elle est prédisposée à concevoir des jumeaux, si elle est attentionnée envers ses petits agneaux....Peut être que ça vous ferait plaisir que le loup puisse tuer votre petit chien, dans la mesure où grâce aux subventions régionales vous pourriez en acheter un autre?.....Pour les bergers à chaque brebis il peut arriver la même chose.
     Je suis disponible pour fournir à tous ceux qui le demanderaient, d'autres informations sur ces procédures bureaucratiques et sur leur difficile coexistence avec nos obligations quotidiennes.

Au revoir                                                                 
Anna Arnedeo   Borg.Marchion 8/A - Comboscuro
                                                                                  12020 - Monterosso Grana - CN - 
                                                                                   0171 987 44
                                                                                   bram.2010@libero.it
                                                                                   (les portables ne passent pas)

1/- l'ASL (Association de Santé Locale) est en Italie une structure officielle de proximité qui assure la gestion des prestations médicales et de santé (NDT JF)

 http://progetto-propast.blogspot.fr/2017/03/la-risposta-della-pastora-agli.html

* Ici Anna oublie de préciser que pour remplacer la brebis perdue, on doit garder une agnelle de remplacement que nous ne vendons donc pas. et qui n'est pas prévue dans le calcul du remboursement.


LE BILLET D'OURAGAN
Vous l'avez constaté, les écologistes français nous expliquent que les bergers Italiens sont exemplaires et les écologistes italiens que les bergers Italiens sont comme les français. Dans chaque pays la propagande écologiste n'a aucune morale, aucune déontologie et reflète tout simplement ce que serrait la politique des environnementalistes.
Avec Emmanuel Macron, partenaire du WWF et de l'UICN, les paysans  ruraux bienveillants envers la biodiversité seront sacrifiés sur l'autel du tout sauvage.  Mais le pire est qu'il devront participer à ce sacrifice ou subir le joug du front national. 


World Wide Fund, LA FACE CACHEE DU FOND pour LE MONDE SAUVAGE

mardi 18 avril 2017

LOUP, CE QUE LES ÉCOLOGISTES CACHENT À LEURS ENFANTS

D'après les défenseurs du loup, le prédateur s'en prend aux animaux vieux et malade, faisant ainsi un ménage sanitaire et salutaire dans la nature.

C'est le discours que tiennent à leurs enfants qu'ils ont le droit de mépriser et de désinformer, les militants pour le retour du tout sauvage.


Pour nous autres ruraux, nos enfants, ce qu'ils vivent et ce que nous leur apprenons c'est tout simplement la réalité. 
Nos enfants dés le plus jeune age connaissent tout de la reproduction, de la naissance, de la vie et de la mort, de la nécessité de la pluie qu'il accueillent avec joie, ...  ; car ils sont confronté quotidiennement à la réalité de la nature, contrairement à ceux qui geignent quand il pleut mais qui se présente comme les sauveurs de la biodiversité.
Nos enfants s'épanouissent dans une nature accueillante et apprennent à la respecter mais surtout à la connaître. Aujourd'hui nos petits enfants sont confrontés à la réalité de l'horreur des charniers causé par le loup. Les enfants, à qui l'on enseigne les bienfaits des prédateurs dans les zones d'élevage de pays ou ne subsiste plus d'espace suffisant pour les accueillir, ne doivent surtout pas voir de telles abominations en photos! Comment éviter les conflits humain entre ces deux visions du problème?


Voila une victime ni vieille, ni malade et qui compte double



DEVOIR POUR UN ÉLÈVE DE 5eme


l’élève pourra se documenter sur la biologie du loup sur des sites objectifs comme le site de l'État consacré aux loups, en évitant les sites militants pour le retour des prédateurs qui affirment par exemple que "le le loup ne mange que des animaux malades ou vieux, et les tuent sans les faire souffrir"

Sachant que, selon les biologistes, en moyenne, un loup consomme chaque jour 17% de son poids en viande, soit 4 à 5 kg pour un loup européen.
1/4 de la biche a été consommée
A partir de l'estimation du poids de la biche ci dessus, 65 kg, et en prenant le minimum de 4kg de viande consommée par jour et par loup:
  • quelle est la part consommée?
  • quelle est la part non consommée?
  • quel est le nombre de loup supposé s’être nourrit sur cette proie?
La population loup est estimée à 300 spécimen par les autorités dites "compétentes"
  • quelle est, en tonne, la consommation journalière  de viande estimée pour 300 loups?
  • quelle serait en tonne, la consommation annuelle pour 300 loups?
  • quel pourrait etre le tonnage journalier de restes non consommés au vue de ces images pour 300 loups?
  • quel pourrait etre le tonnage annuel de restes non consommés pour 300 loups?


Selon des scientifiques choisi par les défenseurs du loup, il faudrait 5000 loups adultes pour que la viabilité de l'espèce soit possible en France.
  • quelle est, en tonne, la consommation journalière  de viande estimée pour 5000 loups?
  • quelle serait en tonne, la consommation annuelle pour 5000 loups?
  • quel pourrait etre le tonnage journalier de restes non consommés au vue de ces images pour 5000 loups?
  • quel pourrait etre le tonnage annuel de restes non consommés pour 5000 loups?
  • quel pourrait etre le tonnage total de biodiversité nécessaire pour nourrir 5000 loups adultes, en prenant en compte les restes non consommés et la consommation réelle?

DISCUSSION:

  • Que pensez vous du retour des loups dans les zones d'élevage d'un pays à forte densité humaine ou les espaces naturel n'ont plus rien de sauvage?
  • Quel serait l'impact sur la biodiversité de la présence de 5000 loups en France?
  • Les résultats  comme "quel pourrait etre le tonnage... " qui demandent une extrapolation de l’élève, issue de son analyse par rapport à son approche personnelle et à la documentation qu'il aura choisit, devront etre regroupés. Ils devront etre discutés entre tous les élèves de la classe, afin de faire se confronter tous les points de vue, si possible avec des intervenants ruraux qui vivent la situation réelle de la prédation? Ceci afin que soit pris en compte le partage des connaissances et le respect des consentements préalables, libres et éclairés des personnes concernées. 


vendredi 14 avril 2017

LOUP, ITALIE, L'APPEL DES BERGÈRES

Appel des bergères au ministre

Nous sommes des femmes,  des paysannes, des montagnardes
Nous sommes porteuses d'une culture et d'une civilisation qui au cours des siècles ont transformé le monde en terre pour l'homme.

NOUS  ÉTIONS LIBRES

Nous étions libres. Une liberté  qui se payait avec les sacrifices de tous les jours: le froid, la pluie, la neige et le gel, la fatigue sans horaire, ni fête de Pâques ni de Noël ... Mais il y avait le soleil, le vent sur la peau, le bêlement des agneaux, le printemps qui fait croître la vie nouvelle.

Mais maintenant, cette civilisation globalisée a pris notre liberté et nous fait mourir. Chaque mouton a une étiquette à l'oreille avec un numéro, nous sommes tous pris au piège dans un carcan bureaucratique qui nous étouffe: numéro d'étable, part de TVA, numéro de sécurité sociale, numéro de REA, codes ATECO, OTE, CAA, ARAP, ARPEA, AGEA,  PEC, modèle 4, modèle 7 ...

Assises à l'ombre d'un arbre de hêtre dans le pâturage nous ne pouvons pas suivre toute cette bureaucratie, et nous devons constamment courir dans les bureaux des associations ... Pendant ce temps, qui garde les bêtes?

Tu signes des questionnaires que tu ne comprends pas, et tu paies, tu paies, tu paies ... Toujours avec la peur de faire des erreurs ou d'oublier un papier, car il est plus grave de se tromper sur un morceau de papier que de négliger les enfants, les cabris ou les agneaux ....

Prendre soin de la famille, de la maison, des brebis, des agneaux et des enfants qui grandissent, tu te sacrifies pour eux, et après ? Les années où les agneaux ne se vendent pas facilement tu dois demander la charité à un commerçant pour qu'il te les prenne, et c'est humiliant...

Une brebis en fin de carrière vaut 20 €. En comptant les heures de travail, nous ne gagnons pas 50 centimes de l'heure certaines saisons ; et il n'y a pas pour nous de caisse de solidarité, de chômage ni de revenu de base.

L'AGONIE DES PETITES ENTREPRISES

C'est un métier de pauvres qui doivent se soumettre à une bureaucratie de riches. Même pour nos associations, nous comptons pour rien et  ainsi nos petites entreprises ne peuvent pas progresser.

Sur le papier, cependant, nous sommes égaux! Nous sommes égaux  aux grandes exploitations de la plaine qui sont montés dans les alpages avec des milliers de têtes, mais ils ne le sont que sur le papier, avec tous les documents bureaucratiques en règle pour prendre les aides qui devraient plutôt être destinés à la montagne et à ceux qui y vivent et y travaillent!

Et là-dessus s'est ajouté dernièrement le loup : bannière « écologiste » d'une société en décomposition, cette menace a transformé notre vie quotidienne en guerre de tranchées permanente: tu dois toujours être sur tes gardes, tu ne sais jamais quand il arrivera et combien d'animaux il tuera malgré les systèmes de défense mis en place (chiens, réseaux, bornes ...) .. Pour ensuite t'entendre dire: « Mais les bêtes qui sont mortes on vous les paie ! »

* Bientôt sera publiée la première liste de noms où apparaîtra également la vôtre. Cette pétition est un préalable au lancement d'une pétition sur une plate-forme.

N'hésitez pas à signer la pétition : http://progetto-propast.blogspot.fr/2017/04/blog-post.html

Le BILLET D'OURAGAN:
 Encore et toujours, le mensonge des environnementalistes français n'a pas finit de nous sauter au visage.
Qui sont ils ceux qui ont osé se servir d'une propagande ignoble pour dresser la population contre ses derniers ruraux respectueux de la nature, de l'homme et des animaux?
 Qui sont ils ceux qui ont inventé de toutes pièces une idéologie digne des années noires de notre histoire pour servir les multinationales à l’affût de la main mise sur nos terres que nous sommes les seuls a avoir su gardées intactes? 

jeudi 13 avril 2017

LOUP, QUAND LA RAISON L'EMPORTE SUR LA DÉRAISON

La Vénétie ne protégera plus les loups et abandonne les projets Life

Une motion proposée par les conseillers proches de Tosi a été approuvée

Venise, le 12 Avril, 2017 - La région de la Vénétie ne protégera plus les loups dans le parc naturel régional de la Lessinia, ni sur le haut-plateau des sept communes (Asagio,  Gallio, Roana, Foza, Enego, Rotzo, Lusiana) et fera en sorte que « les opérateurs économiques, soient rapidement remboursés en particulier les agriculteurs, des dommages provoqués par les attaques de ces animaux ».

Ceci a été décidé par la motion des conseillers régionaux les plus proches de Giovanna Negro Tosi, Andrea Bassi, Stefano Casali et Maurizio Conte, approuvée hier par l'Assemblée.

Au départ la motion ne prévoyait que des mesures pour la Lessinia de Vérone, mais à la demande du leader de la Ligue du Nord, Nicola Finco, elle a été étendue au plateau d'Asagio. Le vote, qui a été fractionné :
  • - a approuvé à l'unanimité la demande d'accélérer les indemnisations des agriculteurs touchés; 
  • - a approuvé à quelques voix supplémentaires le renoncement au « projet Life Wolfalps » qui ne sera pas renouvelé,
  • - s'est engagé à l'avenir à ne pas adhérer « à tout projet Life qui n'envisage pas la ruralité comme prérogative à protéger ».

De plus, le titre de la motion, « Devons-nous donner la priorité aux citoyens vivant dans le parc de la Lessinia ou aux animaux de chasse ? »  n'a pas besoin d'interprétation.


LE BILLET D'OURAGAN, 

Encore une preuve si il en fallait une du mensonge des environnementalistes selon lesquels les Italiens se satisfont pleinement de la situation intenable que constitue le retour des loups dans les zones d'élevage  traditionnels.


LOUP, A L'ÉTRANGER COMMENT SE PASSE LA COHABITATION?


que ceux qui se soumettent aux décisions scandaleuses et dictaturales du WWF, UICN et LCIE en tirent les leçons:
Prince Philip, à gauche sur la photo, cofondateur du WWF

"Peter Flack, un administrateur du WWF, pose avec un éléphant de forêt mort."

Juan Carlos président d''honneur du WWF Espagne, pose devant un éléphant mort



mercredi 12 avril 2017

LE LOUP, LE BERGER, LA NATURE, LA PASSION, LA SURVIE, LE HAUT DIOIS...

Décidément dans la Drôme, et plus encore dans le Haut Diois, nombreux sont les ruraux qui ont une vision saine de l'environnement qui les accueille.

mercredi 5 avril 2017

LOUP, LEMAHO, QUAND C'EST TROP C'EST TROP!

Yvon Le Maho, écophysiologiste et directeur de recherches au CNRS à l’université de Strasbourg, retraité, grand défenseur du loup, mandaté par Barbara Pompili  qui, fidelle à son personnage, n'aura pas perdu de temps pour mettre en place une stratégie de matraquage idéologique d'ensauvagement du territoire sous couvert de la science.
Il semble que le personnage choisi pour diriger cette "expertise scientifique collective sur le devenir de la population loup en France" soit tout simplement capable de ne proposer que des incertitudes scientifiques pour faire passer en force une idée préconçue sur le prédateur.
Aujourd'hui nous allons nous intéresser au personnage clef de cette étude, Yvon Le Maho, en analysant ses déclarations (en italique et surlignée). Déclarations rapportées dans le journal L'Alsace

« On observe une stabilisation autour d’environ 300 loups depuis deux ou trois ans , reprend le chercheur. Et ce n’est pas une question de comptage, même s’il y a un déni de ce côté-là de la part des éleveurs, car notre technique a été évaluée par un expert suédois, plutôt favorable à l’abattage, et il a reconnu qu’elle tenait plutôt bien la route. »
Expertise scientifique et rigoureuse entre guillemets : "Plutôt" favorable..., "elle tient plutôt bien la route"...la population stagne ..le nombre de meutes a augmenté sur le territoire français (une quarantaine en 2012 (55 aujourd'hui ndlr))...l'augmentation des meutes est "souvent" le reflet d'une augmentation de la population...mais la population stagne... le groupe d’experts est incapable de dire si cette stabilisation est due aux tirs dérogatoires ou à d'autres facteurs..."
C'est la réalité qui semble "plutôt ne pas tenir la route" Monsieur le scientifique :
2014 - 301 loups pour  39 Zones de Présences Permanentes (Z.P.P.)
2015 - 282 loups pour 42 Z.P.P.
2016- 290 loups pour 55 Z.P.P.

Tout augmente, les Z.P.P., les attaques, les victimes, le nombre de département colonisé, les rencontres avec les loups, les photos de loups..... mais pas le nombre de loup!
Aujourd'hui les loups ont attaqué le Domaine INRA de La Fage 12 250 Saint Jean Saint Paul

Hier, le lycée agricole de Carmejanne dans le 04 a subit une attaque


"La surveillance du loup se fait via un réseau très dense de milliers d’observateurs, sous le contrôle de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage "
La quasi totalité des adhérents à ce réseau sont des défenseurs du loup militants dans des associations qui demandent à leurs militants je cite : "ne transmettez plus aucune de vos données à l’ONCFS et donc au gouvernement. Détruisez tous les indices de présence du loup (recouvrement des pistes de loup dans la neige, enlèvement des crottes trouvées sur les chemins etc.)."

De plus à l'oncfs, Eric Marboutin, patron du réseau loup est aussi responsable à l'institut européen pour les grands carnivores. Le LCIE. Nombreux sont les gardes de l'ONCFS militant dans des associations qui demandent de détruire les indices.

Avec prés de 300 attaques reconnues loups en 4 ans dans les Vosges, qu'elle est la crédibilité du responsable scientifique qui précise que les attaques sur les troupeaux" ne sont pas forcément liées à la présence ou non de gibier." mais qu' "il pourrait être intéressant d’avoir de grands prédateurs comme le loup ou le lynx…dans les Vosges" pour réguler ce gibier. 
Dans certains cas un loup ou une meute peut se spécialiser sur une proie. Cette spécialisation est liée à plusieurs facteurs qui ont tous comme dénominateur commun : les troupeaux : "le nombre d’individus de la meute, le chevauchement des habitats respectifs proie/prédateur, l’abondance et l’accessibilité des proies, la probabilité de rencontres avec la proie, la densité ou la biomasse relative d’une proie potentielle, la probabilité de succès de la chasse, le risque de blessure, la profitabilité de la proie, les conditions environnementales". 

  "Un loup de Slovénie est ainsi arrivé en quelques mois en France où il est maintenant reproducteur" 
Alors la chapeau la science! Des gens incapable de dire pourquoi la population stagne, incapable de donner un chiffre réaliste du nombre de spécimens, incapable de savoir combien de loups colonisent les Vosges... Ces gens sont capables d'affirmer pouvoir suivre un loup Slovène Mâle, et de savoir qu'il est devenu reproducteur. Chapeau bas...sont ils capable de nous dire de quel couleur sont les yeux de l'heureuse élue? À moins qu'il ne s'agisse d'un loup d'élevage pucé et réintroduit, il va falloir nous expliquer comment tout cela est possible.

Mais le plus incroyable reste cette déclaration :  « il n’est pas forcément utile de tuer les loups pour limiter la prédation ». Il y a peut-être d’autres pistes à explorer et à valider comme le piégeage non létal des loups,. Aux États-Unis, on a observé qu’un loup capturé près d’un troupeau, et maintenu en captivité quelques heures, est tellement traumatisé que ni lui ni sa meute ne s’approchent plus du troupeau en question. »

Quand la réalité transforme le rêve du scientifique en cauchemar:

"Nous avons réussi à inverser les habitudes comportementales de certains loups grâce à un conditionnement aversif utilisant des captures, des balles en caoutchouc ou des bombes au poivre, livre Daniel Stahler, biologiste en charge du projet loup à Yellowstone. Mais ce conditionnement doit intervenir au moment où le loup agit : la technique ne fonctionne pas si vous le capturez plusieurs jours après la prédation."

"En capturant les prédateurs près du bétail, vous pouvez les amener à rester à l'écart pendant un jour ou deux ; mais s'ils ont faim, ils reviendront, poursuit-il. Tant que les humains, le bétail et les loups cohabitent dans le même écosystème, il n'existe pas de méthode permettant d'éliminer toute prédation." 



La capture ne peut pas forcer l'animal à quitter un territoire sur lequel il s'est installé ni l'éduquer à ne pas attaquer un troupeau, confirme Carter Niemeyer,(coordinateur de l'Idaho récupération loup pour l'US Fish & Wildlife Service.) qui rappelle que dans le Wyoming, l'Idaho et le Montana, les éleveurs et chasseurs tuent les loups avec lesquels ils ne parviennent à cohabiter.

Reste que même après dix-huit ans d'expérience outre-Atlantique, la technique requiert encore du temps, de l'argent et du matériel sophistiqué. "Les loups sont difficiles à capturer à l'aide de pièges au sol, assure l'ancien expert du Service américain de la pêche et de la faune sauvage. L'utilisation d'un hélicoptère fonctionne mieux, mais s'avère très chère." Coût de l'opération : entre 2 000 et 6 000 dollars par loup...


Nous avions déjà interpellé M. Le Maho dans une conférence ou ils affirmait "'on a laissé s'installer le pastoralisme dans le coeur des parcs Nationaux" , alors que se sont les parcs qui se sont créés dans les zones pastorales.

Nous avions aussi analysé les déclarations du CSPNB présidé par Yvan Le Maho scientifique à la retraite : LOUP, LE CONSEIL SCIENTIFIQUE DU PATRIMOINE NATUREL ET DE LA BIODIVERSITÉ EST IL GUIDÉ PAR LA SCIENCE OU PAR L'IDÉOLOGIE?
Lire aussi la déclaration de la Fédération Nationale Ovine à propos de l'expertise dirigée par Yvon Le Maho : LOUP, ENTRE INCERTITUDES SCIENTIFIQUES ET RÉALITÉS DE TERRAIN.