BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

jeudi 24 août 2017

LA SOUFFRANCE ANIMALE C'EST "SENS UNIQUE" POUR BRIGITTE BARDOT

Quand Brigitte Bardot devient pathétique (au sens péjoratif du mot) :

Extrait d'une lettre qu'elle adresse au Président de la République:
Page 1
Page 2

"Par contre si en lisant cette lettre ,  vous pensez pouvoir apporter certaines améliorations rapides et concrètes au sort dramatiques des animaux en France..."

Monsieur le président, nous comptons sur vous pour améliorer le sort de nos animaux :
Nos chiens au service de la protection des troupeaux comment comptez vous améliorer leurs conditions de vie?

Brigitte, regardez bien leur expression ! Que vous inspire t"elle ? Et surtout comment osez vous nous imposer ça et leur imposer ça?



Malgré la présence de Clôture Chiens et Berger les loups attaquent vers banon
Les chiens ont fait de leur mieux. Mais voudrons t'ils retourner au combat demain et les jours suivants? Qui sont ils ceux qui nous imposent ça?




Regardez comme ils ont l'air épanouis ces chiens que vous nous obligez à transformer en chien de combat. Des chiens qui deviennent fou, de véritables dangers ambulants pour les randonneurs après quelques sutures dues aux carnages sans cesses renouvelés.
Et l'homme dans tout ça? La souffrance du berger qui l'a élevé et qui culpabilise de ne pas avoir pu le protéger. Mais bon, un berger... ce n'est pas un acteur connu du grand public avec un salaire délirant. Le berger, c'est juste un inconnu qui a choisi de vivre de et avec la nature, en se promettant de la respecter pour pouvoir la partager avec les générations futures... Mais comment osez vous lui demander à ce berger seul face à vos fantasmes du tout sauvage, le partage à n'importe quel prix? Car pour vous et vos amis "évangélistes défenseurs de la nature", pas question de subir l'ombre d'une contrainte.

J'ai bien noté dans vos revendications et celle de vos amis :
"Le loup, plus encore que d’autres animaux, vient nourrir notre imaginaire et nos représentations des espaces sauvages. Les émotions que suscite la marche dans une forêt habitée par le loup sont inexistantes dans une forêt aseptisée et contrôlée par l’homme."

Et d'un ces espaces sauvages n'existe que dans votre imaginaire. En fait de sauvage, Il s'agit de zones d’élevage privées et exemplaires, tant pour la biodiversité que le pastoralisme enrichi, que pour les paysages qu'il crée, la vie sociale qu'il engendre et les produits de qualité qu'il met à la disposition des consommateurs.
Et de deux, il ne s'agit pas de respecter le loup, mais bien de satisfaire des désirs refoulés.  Et lorsque l'on sait la représentation symbolique qui fait du loup un écran pour évoquer les pulsions qui sont en nous, les plus puissantes de ces pulsions étant les pulsions sexuelles, eh bien si j’osais, je dirais qu'a votre age et au vu de la vie dissolue que vous avez eu, je comprends que désormais la marche dans une forêt habitée par le loup soit pour vous la dernière image qui vous fasse bander.
Mais encore une fois, de là à nous imposer ça, il y a des limites qu'un être humain digne de ce nom ne  doit pas franchir.

Dormez bien MME Bardot, nous en plus de travailler  365 jours par ans, il nous faut désormais veiller aussi 365 nuits et affronter la souffrance de nos animaux, la tristesse insupportable de leur regard, la vindicte et les diffamations afin que vous et vos amis puissiez, comme vous l'avez revendiqué, "ressentir l'émotion de marcher dans une foret habitée par le loup!"

Lao tseu








Vous trouverez ici une vidéo faite par Arté qui permettra de mieux comprendre le personnage Bardot


Pour écrire votre commentaire veuillez cliquer ici


mercredi 23 août 2017

ÉCOLOGIE ET FASCISME, DEUX INGRÉDIENTS QUI S'ASSEMBLENT

Les éleveurs et bergers de Lozère ont placé un panneau d'information au mont Aigoual, à l'intention des usagers de la montagne
Un panneau participatif, qui explique avec humour, sans haine et sans prétention, la réalité du retour des loups dans les zones d’élevages de nos régions. Des informations qui sont systématiquement occultés par les environnementalistes et qui ont le mérite de permettre à tout un chacun de pouvoir se faire sa propre idée en comparant ce qui peut l’être.

Mais écologiste n'a peut etre pas vocation de pouvoir rimer avec liberté d'expression, ni avec humour, ni avec humilité, respect, sagesse, intelligence, empathie, finesse, lucidité...
pour lire cliquer ici puis sur l'image et utiliser le zoom.

Non écologiste semble rimer plutôt avec haine, xénophobie, censure, fanatisme, sectarisme...

Citoyens, ne l'oubliez pas devant les urnes, rappelez vous "les fascistes de demain s'appelleront eux même anti fascistes" Winston Churchill
Alors vous allez me dire "tous les écologistes ne sont pas à mettre dans le même panier". Peut etre avez vous raison. Mais tant qu'aucun mouvement se revendiquant de cette branche politique ne condamnera pas les exactions des mouvements fondamentalistes environnementaux, ils auront du mal à sortir de ce panier de crabes destiné à nuire aux acteurs ruraux.
Des exactions habituellement toutes en finesse, faites pour garder un image idyllique des évangélistes qui se prennent pour le peuple élus pour défendre la nature ;  Mais des exactions destinées à harceler et à provoquer la colère de ceux qui sont stigmatisés. De temps en temps certains éléments ne supportent plus de cacher leur vraie nature comme on peut le constater sur ce panneau vandalisé.


En conclusion, « Pour nous, la perception des écologistes est basée sur une vision de la nature symptomatique des pays riches, urbanisés et coupés de leurs racines paysannes. Ils s'en tiennent à leurs position d’idéalisation d'un animal qu'ils veulent mythique. Position hypocrite et irresponsable qui consiste à faire croire que la société et la nature ne tireront que des bienfaits d'une protection totale du loup, quitte à sacrifier l'élevage pastoral, son patrimoine humain et culturel et la biodiversité qui lui est lié. » D'après la réponse de Margaux,

C'est dire si tous ces gens biens intentionnés sont ignorants de nos pratiques, de nos vies et de nos ressentis. C'est aussi comprendre leur étroitesse d'esprit permettant à ceux qu'ils sont censés combattre de les utiliser pour arriver à leurs fins.
 Vouloir la disparition d'une pratique agricole reconnue par les Nations Unies, je cite :
"comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte" peut etre considéré comme un acte majeur d'incompétence et d'irresponsabilité notoire. 
Illustration :
Voici la photo choisie par EELV pour expliquer au peuple Notre avenir, notre biodiversité, notre Europe ---->

 Ci dessous une photo choisie par la journaliste Audrey Garic pour illustrer l'importance du loup dans notre nature:

Et ci contre, à droite, le logo d'une association espagnole pour la défense du loup sauvage
---->




Ci contre, une illustration saisie sur le site du clan du loup qui en dit long...---->
La il s'agit de la photo d'un grand défenseur du loup qui se plaint aujourd'hui de ne plus etre pris au sérieux!

jeudi 17 août 2017

LOUP, L'ONCFS et les défenseurs du loup RATTRAPÉ PAR LA RÉALITÉ

Quand la réalité devient officielle, que vont pouvoir inventer les associations fondamentalistes pour désinformer le public?

ALPES MARITIMES.

Communiqué de Presse de L'ONCFS concernant les 3 Jeunes Loups abattus le 9 Août dernier dans les Alpes Maritimes (06). 

"Abattage de trois loups dans les Alpes-Maritimes*

Trois loups ont été tirés dans les Alpes-Maritimes, le 9 août, par la brigade nationale loup, lors d’une opération de protection d’un troupeau décidée par le préfet des Alpes-Maritimes.
Ces tirs sont intervenus lors d’une attaque sur le troupeau de Cipières dans les Alpes-Maritimes, déjà attaqué 40 fois depuis le début de l’année 2017. Les services de l’Etat suspectant fortement qu’une meute de loups spécialise son alimentation sur ce troupeau, il a été fait appel à la brigade nationale loup en complément des mesures de protection mises en place par l’éleveur : chiens de protection présents lors de l’attaque, gardiennage renforcé, parc de regroupement nocturne.
Aussi, deux agents de cette brigade et un lieutenant de louveterie étaient présents depuis le début de la semaine. A la nuit tombée, ils ont aperçu une meute de 5 loups qui se dirigeait au contact du troupeau. Un des brigadistes en poste, pour défendre le troupeau, a alors procédé réglementairement à un tir successif de 4 cartouches, à plus de 100 m, en essayant de cibler prioritairement les jeunes loups, suffisamment âgés pour participer à l’attaque du troupeau. Le tir de jeunes loups est en effet recommandé notamment parce que ces tirs ne risquent pas de déstructurer la meute en place.
Ce prélèvement s’inscrit dans le cadre de l’arrêté ministériel autorisant un plafond de prélèvement de 40 animaux pour la campagne 2017-2018, dans le respect des instructions du Préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet coordonnateur pour le loup. Dans les Alpes-Maritimes, ces prélèvements associés aux mesures de protection habituelles, participent à une stabilisation, voire une légère régression du nombre d’attaques de troupeau et de victimes. Après une hausse régulière de près de 20% par an entre 2012 et 2015 le nombre d’attaques semble stabilisé depuis 2016.
Enfin, cette opération s’inscrit dans un ensemble de mesures de gestion du loup en France qui vise à la fois la bonne conservation de l’espèce (dont les effectifs sont en augmentation avec 60 loups en plus en 2016 soit 20 % d’augmentation l’année dernière) et le maintien du pastoralisme dans les espaces montagnards."


Le billet d'Ouragan :
Les troupeaux sont attaqués malgré les mesures de protections contrairement aux affirmations des spécialistes de la désinformation.

Pour la première fois, l'ONCFS sous haute pression suite aux prélèvements ADN effectués par des éleveurs, se pose en protecteur du pastoralisme.  Des prélèvements ADN qui pourrait laisser entrevoir sinon une volonté de masquer la réalité par les autorités, au minima une incapacité notoire.

Seule la régulation des loups, même non ciblée, a permis de faire baisser le nombre d'attaques.

Nous demandons depuis des années les prélèvements des meutes à problème et voici qu'aujourd'hui l'ONCFS  suspecte "fortement qu’une meute de loups spécialise son alimentation sur ce troupeau"
la biologie du loup est pourtant assez claire : "Dans certains cas un loup ou une meute peut se spécialiser sur une proie. Cette spécialisation est liée à plusieurs facteurs : le nombre d’individus de la meute, le chevauchement des habitats respectifs proie/prédateur, l’abondance et l’accessibilité des proies, la probabilité de rencontres avec la proie, la densité ou la biomasse relative d’une proie potentielle, la probabilité de succès de la chasse, le risque de blessure, la profitabilité de la proie, les conditions environnementales." Toutes les caractéristiques des troupeaux en pâturage libre sont donc réunies pour satisfaire cette spécialisation!
Il aura fallu plus de 25 ans à des spécialistes pour admettre ce qui est tout simplement la nature du loup, connue et reconnue depuis toujours par ceux qui coexistent ou ont coexister avec eux!

Pour écrire votre commentaire veuillez cliquer ici

mardi 15 août 2017

LOUP, L'EUROPE S'EMBRASERA LE 15 SEPTEMBRE.

L'ensemble des associations environnementales l'affirme, il n'y a que en France que le loup pose problème.

FRANCE

Évidemment, comme pour tout le reste de leurs affirmations idéologiques, la réalité est toute autre:

PAYS DE L'EST

FLAMMAND

ITALIE

ESPAGNE

ROUMANIE

ET UNE VERSION ANGLAISE UNIVERSELLE

jeudi 10 août 2017

LOUP, LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE, STÉPHANE TRAVERT, SE DIT PRÊT À AGIR

 Stéphane Travert  -  « je travaille en étroite concertation avec le ministre de la Transition écologique et Solidaire » afin d’apporter « des solutions à nos éleveurs. »
Merci d'avoir changé votre discours Monsieur le ministre, dans lequel les solutions étaient pour le loup :« Nous travaillons ensemble, nous sommes complémentaires. Chacun est dans son rôle et on essaie de trouver des accords gagnant-gagnant. C’est ce qu’on a fait pour le loup ».
Nous avions aussi remarqué que pas une fois vous n'aviez cité l'importance du pastoralisme, peut etre avez vous lu mon article? LOUP, LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE N'EST "PAS SON ENNEMI"

Vous allez lancer une étude sur « l’avenir du pastoralisme en présence du loup. ». le titre est sans ambiguïté Monsieur le ministre car il ne peut pas y avoir de pastoralisme au sens contemporain du mot en présence des loups. D'ailleurs le WWF, l'UICN et l'Institut pour les Grands Carnivores en Europe, partenaires privilégiés du ministre de l'environnement sont formels: Les loups n'ont pas vocation à s’installer partout :
  • -Inclus dans Des territoires confortés, adaptés et soutenus face à la présence de loups. Ces espaces pourraient correspondre aux massifs montagnards colonisés actuellement (Alpes du Nord et du Sud) et en colonisation prévisionnelle (Jura, Vosges, Pyrénées) ! Dans ces zones (définies par les dirigeants sans aucune concertation avec la population concernée ndlr), sont inclus les secteurs où doivent être établies de fortes restrictions à l’élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l’élevage ne perturbe pas les carnivores. /…/ »
  • - exclus dans Des territoires inadaptés à sa présence: Secteurs du centre et de l’ouest de la France particulièrement axés sur l’élevage intensif ( vous commencez a comprendre?Ndlr) où sa présence sera inappropriée. /…/renforcement du prélèvement rendant le loup inapte à son installation /…/.! 
Comme vous pouvez le constater Monsieur le ministre, le pastoralisme traditionnel  ne peut cohabiter avec les grands prédateurs. Tous les défenseurs du loup en sont conscients et l'affirment avec empressement.

La totalité des associations environnementales partenaires tout aussi privilégiées du ministère de l’environnement sont encore plus incisives : 
 
"Si nous faisons le choix de ne pas maintenir de pastoralisme dans certains endroits de montagne très reculés et très difficiles, la biodiversité ne s’en portera pas plus mal"


C'est justement dans ces endroits de montagnes très reculés que le pastoralisme trouve sa justification. Au même titre que L’UNESCO a classé" les Causses", patrimoine mondial, les paysages de montagne que nous connaissons et que nous aimons, sont eux aussi le fruit de la présence de nos troupeaux bienveillants envers la biodiversité.  C'est d’ailleurs les alpages qui ont donné leur nom aux Alpes et non l'inverse.


 Stéphane Travert -  « tendre vers le zéro attaque, tout en préservant la biodiversité à laquelle nous sommes très attachés. »
Monsieur le ministre, la préservation de la biodiversité passe avant tout par la préservation et le développement du pastoralisme : "Le pastoralisme est aujourd'hui considéré comme une solution durable à l'entretien des milieux en faveur de la biodiversité. Il est également un outil de préservation des milieux contre les incendies. Par ses multiples vocations, le pastoralisme est donc présent dans de nombreux documents de planification territoriale comme les documents d'objectif des sites Natura 2000 mais également les plans départementaux de défense de la forêt contre les incendies." (Référentiel pour le redéploiement du pastoralisme)
"Tendre vers le zéro attaque" c'est, soit enlever les loups des zones d'élevage, soit enlever touts les animaux domestiques du pays : brebis, chevaux, vaches, chiens, ânes, lama, chèvres...
"Tendre vers le zéro attaque" est encore une fois un terme politique destiné à noyer le poisson! Que ceux qui s'en réjouissent le face avec modération.

Monsieur le ministre, il est grand temps d'ouvrir les yeux : Le loup n'est pas  l'«espèce parapluie», la «clé de voûte de la biodiversité», ni l'«indicateur de la qualité ou de l’intégrité d’un habitat» ... Derrière le mythe se trouve un simple animal. Voici ce que disent les deux plus grands scientifiques défenseurs du loup, Luigi Boitani pour l'Europe et David Mech pour les USA: «Les loups ne méritent pas de tels labels. Si ceux-ci ont été de formidables moyens pour déclencher les émotions, obtenir et réunir rapidement des soutiens au rétablissement des loups, il nous faut prendre conscience que ce furent là des raccourcis pour vendre un produit, plutôt que de bonnes bases scientifiques.» Ils ajoutent enfin : «La gestion des populations en expansion doit recourir désormais à des arguments solides, cohérents, plutôt qu’à des poussées émotionnelles.» En tout état de cause : «Le loup devra être contrôlé partout où il revient. Dans la plupart des cas, le contrôle direct par destruction est habituellement l’unique voie possible.»

Monsieur le Ministre, vous pouvez le constater, l'objectif n'est pas, comme vous l'avez dit précédemment, de trouver un accord avec "celles et ceux qui défendent les loups "  sans en subir les contraintes et guidés par l'affectif  . L'objectif est d'avoir le courage de permettre au pastoralisme d'exercer sa vocation, comme vous l'avez énoncer  "d'atout pour le tourisme, la biodiversité, et l'agriculture de qualité". Sans oublier qu'il est aussi carte maîtresse contre les incendies et les avalanches, grand  pourvoyeur de vie sociale,  d'emplois durables et respectueux, de produits de qualité qui font le renom de la France dans le monde...

Quand au loup, il n'est ni en danger ni en voie de disparition ni dans le monde ni en Europe. Vouloir des grands prédateurs dans les zones d'élevage de pays à forte densité humaine n’aurait jamais dû être envisagé. En France, 84 % des surfaces classées en " haute valeur naturelle " correspondent à des zones d'élevage en plein air (CNRS).  Elles l'étaient avant le retour des loups, elles ne pourront plus le rester sans la présence du pastoralisme. 

lundi 7 août 2017

LOUP, GRANDEUR ET DÉCADENCE

Pour bien comprendre comment on en est arrivé à cette ubuesque situation, il faut faire un petit saut en arrière, lorsque les autorités "compétentes" en matière de protection du loup ont décidé en secret de vouloir protéger les hybrides au même titre que les loups.

LOUP, LES APPRENTIS SORCIERS ESSAYENT DE CORRIGER LEURS ERREURS


À l'origine la législation envers les hybrides était SIMPLE : Veiller à éliminer les hybrides par tous les moyens possible.

Pour l'ONCFS la situation semble claire comme de l'eau de roche:
"La mesure de l’hybridation « in situ » reste un diagnostic complexe le long d’un gradient allant de la mise en évidence de l’héritage ancestral (le chien et le loup ont la plus grande partie de leur ADN en commun) jusqu’au croisement actif entre deux individus chien et loup donnant une descendance dite « F1 ».
"En France, depuis le début du suivi génétique sur le loup en 1995, plus de 5 000 analyses génétiques ont été pratiquées.
"Elaborée pour répondre à la question de la différentiation des loups entre eux, la méthode utilisée n’était pas purement dédiée à la problématique de l’hybridation.
"Elle permet cependant de détecter des incohérences de profils génétiques individuels.
"A ce titre, l’ensemble des typages individuels réalisés n’a révélé jusqu’à aujourd’hui aucun cas atypique pouvant indiquer la présence d’une hybridation active et récurrente entre les deux espèces.Source : Info Loup N°13 de décembre 2016 page 9
L'oncfs précise aussi que seuls des loups issus de la souche Italienne sont présents en France.
On ne peut pas faire plus parfait, tellement parfait que cela donne envie de voir si il n'y aurait pas anguille sous la roche de cette eau si claire!

Pour débusquer cette anguille les éleveurs confrontés à la prédation ont décidé de ne pas croire aux affirmation de l'ONCFS. Sur les conseils de Bruno Lecomte qui a eu cette idée en rencontrant des éleveurs allemands ayant mis cette pratique en vigueur, ils donc décidé de faire eux aussi des prélèvements ADN sur des animaux prédatés et de les envoyer à Bruno. C'est lui qui se charge ensuite de les transmettre au laboratoire allemand FORGEN qui pratique la génétique médico légale à Hambourg . Labo certifié iso 17025 et expert auprès des tribunaux. Ils en recueille les données et en fait la synthèse.

Mieux qu'un long discours, l'analyse de ces tableaux comparatifs réalisés dans l'Aveyron, nous montre que la réalité n'est pas celle idyllique de l'ONCFS quand à l'hybridation, l'origine des loups, le nombre de loups et la qualité des analyses lors des constats.



Les écologistes fervents défenseurs du loup, vont surement arguer que puisque ce sont des hybrides qui nous attaquent nous ne sommes plus éligibles aux indemnisation. Seulement voilà, il y a des hybrides parce que il y a des loups. Donc le plus simple est encore et toujours d'en revenir à l’exclusion des loups dans les zones d’élevage et de laisser éleveurs et bergers régler le problème des hybrides comme ils l'ont toujours fait pour les chiens "errant". 
Reste  à savoir pourquoi avec plus de 5000 analyses l'ONCFS n'a jamais trouvé d’hybrides.
Vous constaterez aussi qu'il y a trois races de loups d'origines différentes alors que l'ONCFS précise qu'il n'y a en France que des loups d'origine Italienne.
Partout ou ces analyses sont faites, on constate grace aux différents ADN, que le nombre de loup est fortement supérieur (jusqu’à 5 fois dans l’Aveyron)  à celui annoncé par l'ONCFS.

En conclusion: Les analyses ADN permettent :
1) de savoir si c'est du loup ou de l'hybride
2) combien il y a de loups dans un secteur, combien de loups sur une attaque(une signature génétique à chaque loup qui mange)

3) certifier que c'est bien un loup ( ou plusieurs) qui a attaqué ( intéressant  pour tous ceux qui ont des refus - loup exclu- mais l'ADN peut parler si vous faites les prélèvements, voir Annette pour les écouvillons)

Il faut absolument les multiplier, à chaque attaque et sensibiliser vos voisins.

Obtenir les INSTRUCTIONS DE PRÉLÈVEMENTS

DERNIÈRE MINUTE.
Devant la pression exercée par les éleveurs qui se rebiffent, L'ONCFS vient de débloquer 500 000€ à rajouter aux 26 millions que le loup à coûté en 2016, pour un appel d’offre afin d'établir des analyses ADN fiable pour l'ours et le loup. Cela suffira t'il pour redorer l'image de cet organisme aux yeux du public? Laissez moi en douter.

mercredi 2 août 2017

LOUP, UNE MISE AU POINT DE LA RÉALITÉ CE SAMEDI 5 AOÛT

En conclusion de cette affaire, aux souffrances atroces qui peuvent et doivent être épargnées aux hommes comme aux animaux, nous pouvons dire que n’importe qui peut se réjouir à l’idée que le mythique loup vive libre, à coté de nous ....
Que le loup vive ! oui, au milieu de ses proies sauvages à chasser, en agissant pleinement selon sa nature. Mais bien loin des humbles brebis, parce que, quand il est à son tour dévoré par les affres de la faim, il est obligé de se transformer de merveilleux chasseur en misérable cambrioleur assassin qui pénètre dans les espaces où sont enfermées ses victimes, et - célébrant son rite de tuerie - il en vi-vi-sec-tion-ne des dizaines, dans le sens qu’il les dévore encore vivantes, sous les yeux des compagnes terrifiées qui ne peuvent s’enfuir.
Et il n’y a pas de réparations pour le dommage, la douleur et le stress des humains et des animaux, et pas non plus de dissuadeurs (rapidement ridiculisés par l’intelligence des prédateurs), de chiens de troupeau (dévorés) ou d’enclos avec des treillis soudés (franchis en creusant sous les bordures de béton enterrées) qui tiennent. L’impossible projet, sur ces terres, n’aurait même pas dû être une hypothèse, si sa faisabilité avait été évaluée avec une approche réaliste et une responsabilité de compétences. Lucia Morelli,psychosociologue