BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

vendredi 28 novembre 2014

LOUP, FERUS A BOUT D'ARGUMENTS

comme d'habitude, les plus intransigeants défenseurs du loup a tout prix sont a bouts d'arguments!

Remettons les pendules à l'heure, ad vitam eternam:

"Le loup n’est pas responsable des difficultés économiques"
Hors le loup s'attaque uniquement aux petits élevages respectueux , proposant des produits de qualité, dans le respect et la durabilité, souvent en commercialisation directe.
"L’agneau de Sisteron se porte bien. Tellement bien, que la progression continue,  ces trois dernières années, des agneaux présentés au label, labellisés puis vendus a atteint le plafond de l’offre. L’heure est donc à la réflexion pour les coopératives qui devront trouver des solutions pour remonter l’offre d’agneaux, ce qui revient à trouver de nouveaux éleveurs."
Et oui, le loup participe au développement de l'élevage industriel!


"La France doit protéger le loup"
alors que l'union internationale pour la conservation de la nature, stipule que le loup en Europe et dans le monde est "least concern" moins préoccupante, 
En France, la population est classée "viable", donc "moins préoccupante" (LC) en principe ! mais le LCIE a inclut la population française dans une population Alpine qu'il classe "EN" (espèce en danger). pourquoi? Dans quel But?   passer outre le principe de subsidiarité?  de mélanger les populations?
source:
Bien que le loup gris soit toujours confronté à des menaces, son espèce est relativement répandue. La tendance à la stabilité de la population signifie que les espèces, au niveau mondial, ne répondent pas à l'un des critères pour les catégories menacées. Par conséquent, il est évalué comme Préoccupation mineure (LC) . 
Cependant, au niveau régional, plusieurs populations de loups sont gravement menacés. En Amérique du Nord, certaines des populations réintroduites sont toujours menacées; 
et en Europe    http://www.iucnredlist.org/details/3746/1 , http://www.iucnredlist.org/details/3746/3 , l'espèce est classée comme LC globalement  mais plusieurs populations régionales, telles que la population de l'Ouest-Alpes centrales, sont classées comme menacées d'extinction  ( http://www.lcie.org/ ). 


"Les citoyens ont leur mot à dire"
Mais lorsqu'ils aperçoivent un gros chat, il faut fermer les écoles, réquisitionner les hélicos, mettre l'armée sur le pied de guerre et trouver normal que les ruraux se débrouille seuls avec le loup, pieds et poings liés par les lois qui protègent les prédateurs!
Refaisons le sondage sans manipulations ""Etes-vous pour le maintien d'une population de loup sur l'ensemble du territoire, sachant que chaque citoyen, en âge légal de le faire, devra participer à son épanouissement en offrant une heure quotidienne de travail bénévole, y compris les jours fériés et les weekends,  le loup n'étant pas assujetti au code du travail !"
sondage IFOP septembre 2013 pour l’ASPAS et One Voice

Ce que les citoyens sont en droit de faire c'est d'exiger l'application de l'alinéa 8 de l'article L113-1 du code rural:
Par leur contribution à la production, à l'emploi, à l'entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l'agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d'intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l'espace montagnard.
En conformité avec les dispositions des traités instituant la Communauté économique européenne, le Gouvernement, reconnaissant ces rôles fondamentaux de l'agriculture, du pastoralisme et de la forêt de montagne, s'attache à :
Assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l'ours dans les territoires exposés à ce risque.

En fait, au vue de toutes ces catastrophes qui assaillent le pays, les écologistes s'en donnent a cœur joie en stigmatisant la seule population qui impacte très peu la nature:
Elevage extensifs, en liberté, sans engrais, ni produits chimiques, mécanisation réduite au minimum, proposant des produits de qualité, dans la durabilité, la proximité et le respect, facilement traçable, souvent en commercialisation directe, créateur d'activité touristique familiale et raisonnable ne nécessitant pas de structures industrielle....
Contribuable écologistes, consolez vous, finalement vos impôts qui nous subventionnent, sont certainement mieux placés chez nous que dans n'importe quelle autre activité. Les autres contribuables le savent évidemment déjà, comme il est précisé dans le grenelle de l'environnement:
" Enfin, l’agriculture de montagne, avec un certain nombre de spécialités parmi les plus réputées, contribue au renom de la production agricole et alimentaire française et à la richesse nationale. 
Nul ne conteste l’intervention de l’Etat, puis celle de l’Europe depuis plus de 30 ans. L’approfondissement de la politique de développement durable apporte une nouvelle légitimité aux aides à la montagne, qui « rémunèrent » les externalités positives de l’entretien de la nature, de la biodiversité et des paysages par l’agriculture ..."

LOUP, HYBRIDES? OU EN EST ON?

Voici une petite récapitulation de ce qui se fait en France et en Europe pour contrer la folie des financiers qui se cachent derrière la protection de la nature!

DANS L'ORDRE DE PUBLICATION/ sauf erreur de ma part? avec des extraits de chaque publication:

LE LOUP DES VOISINS
"... L'hybridation entre différentes espèces, ou entre individus appartenant à des sous-espèces de la même espèce, se produit dans la nature depuis des temps immémoriaux. Quand elle est causée par l'intervention de l'homme, l'hybridation peut produire des individus susceptibles d'avoir un impact sur les animaux sauvages correspondants ou sur les activités humaines qui se déroulent en milieu anthropisé. C'est le cas de l'hybridation entre loup et chien.

LE LOUP DANS LE HAUT DIOIS:
Les apprentis sorciers s'apercevant qu'ils ne maîtrisent rien, essayent aujourd'hui de réparer leurs incompétences par le biais de la modification de la convention de BERNE, sur le dos du pastoralisme, comme il se doit, mais aussi sur celui de la biologie et de la sécurité publique. Mais, comme dit le proverbe, quand on aime on ne compte pas!

Si cette modification est adoptée, elle devient transposable immédiatement dans la directive habitat et ne pourra plus être retirée.  5 mois après la signature pour la cohabitation par les syndicats qui s'engagent à respecter et appliquer cette directive habitat!

LE MONDE DES PYRÉNÉES/ 
Face à la prolifération des loups, essentiellement hybrides, en Europe, les apprentis sorciers tentent de de couvrir leurs méfaits ayant conduit à la prolifération incontrolable de ce prédateur. Compte tenu du développement de la contestation des populations humaines hostiles au loup dans pratiquement tous les pays d’Europe et d’une volonté d’éliminer ces loups dont, dans de nombreux cas, les origines proviennent d’élevages prévus à larecommandation n°17 de la Convention de Berne non reprise dans le projet de recommandation de conservation des hybrides, certains fanatiques de l’ensauvagement des territoires tentent de renforcer leurs actions par une nouvelle recommandation de la Convention de Berne qui constituerait un arrêt de nombreuses activités humaines. Mais à quel coût humain, social, économique et environnemental ? Quel avenir pour la notion de développement durable ? Est-ce vraiment compatible avec les objectifs d'origine prévus dans cette convention notamment son article 2 ?

FÉDÉRATION DES ACTEURS RURAUX/
5) l'administration semble avoir été au courant dès le début car il suffit de lire la convention de berne pour s'en douter, la collaboration avec le corpo forestale et les équipe de Boitani semble accréditer les certitudes sur une connaissance il y a plus de 20 ans par l'administration française de la pollution des populations de loup par des batards, pour la ligné italienne, mais aussi pour d'autres qui ne sont donc pas protéger.

ÉLEVEURS ET BERGERS DU VERCORS/
Nous sommes consternés d'apprendre les propositions visant à clarifier les dispositions et obligations de la Convention de Berne (art. 6) et à accorder, dans les législations nationales, un niveau de protection aux "hybrides du loup et du chien" équivalent à celui du loup.

A savoir ; le projet de classer les hybrides en protection stricte pour la majorité des pays signataires

Encore une fois, les propositions ont été réalisées avec la collaboration des spécialistes partiaux du LCIE qui, jusque-là, ont pourtant montré toute leur incompétence à gérer l'impossible cohabitation entre loups et élevages extensifs, y compris le problème incontournable d'hybrides en zones pastorales.

L’Union internationale de conservation de la nature (UICN) et le lobby européen en faveur des grands carnivores (LCIE) veulent étendre la protection du loup aux hybrides, autrement dit aux loups chiens et chiens loups.  Comment y parvenir ? Tout simplement en modifiant  la Convention de Berne portant sur la protection des espèces sauvages. Un projet de modification écrit sous leur dictée sera en effet présenté au Comité permanent de la Convention de Berne, qui doit se réunir du 2 au 5 décembre prochain à Strasbourg.
L’affaire serait passée inaperçue sans la vigilance du réseau des éleveurs
Pourquoi une telle précipitation ? Parce que l’imposture commence à être dévoilée : les loups qui recolonisent l’Europe ne sont pas sauvages, mais de vulgaires hybrides. Non pas issus du croisement entre espèces naturelles (comme le coyote et le loup donnant le loup rouge aux Etats-Unis), mais du croisement entre une espèce sauvage et une espèce domestique.  Ces hybrides sont donc pollués génétiquement, comme l’est le « cochonglier »  issu d’un porc domestique et d’un sanglier. 

Vendredi 28 novembre, à 17h, les éleveurs et bergers tiennent une conférence de presse exceptionnelle réunissant en urgence et pour la première fois tous leurs représentants à la Maison Régionale de l'Elevage;
Du 2 au 5 décembre, sera étudié à Strasbourg un projet d'extension du statut de protection de la Convention de Berne aux hybrides du loup. Les éleveurs demandent l'abandon immédiat de ce projet mené sans concertation, dans le plus total déni démocratique. Contraire à la défense de la biodiversité, il constitue une menace inacceptable pour l'élevage. On sait que ces hybrides attaquent davantage les élevages et peuvent même être dangereux pour l'homme.

je constate tout d’abord que cette recommandation est en totale contradiction avec l’annexe de la recommandation 17 de la Convention de Berne : « les populations de loups se sont peu à peu différenciées en sous-espèces qui sont génétiquement adaptées aux différents types d’environnement. Il est capital que ces populations locales soient maintenues à l’état sauvage dans leur milieu naturel. »
L’Italie, où l’hybridation est déjà bien présente, a constaté des comportements de prédateurs déviants et encore plus agressifs que les loups purs. Il sera par ailleurs concrètement impossible de déterminer et donc de surveiller un degré de croisement entre les espèces. Cette modification reviendra donc à terme à protéger également les loups et les chiens errants.
ÉLEVEURS ET MONTAGNES/
Vendredi 28 novembre, les éleveurs ont tenu une conférence de presse exceptionnelle, en présence des organisations et associations suivantes :
Association Eleveurs et Montagnes, Fédération Nationale Ovine, Fédération Régionale Ovine Sud-Est, Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles, Jeunes Agriculteurs PACA, Confédération paysanne, Coordination rurale, Associations des Bergers de Provence et des Alpes du Sud, Chambre régionale d'agriculture PACA, Maison régionale de l'élevage et avec le soutien total de ceux qui sont trop loin pour être présents: le CNRH, l'Association Le Cercle, Jean Lassalle, président de « Des racines et des Hommes » et José Bové, député européen EELV. 

Nous demandons la mise à disposition publique des analyses génétiques et de toutes les données scientifiques permettant de justifier qu'il s'agit de loup ou non. Nous demandons la transparence totale sur l'analyse de référence permettant de prétendre qu'il s'agit d'un loup italien.
Nous exigeons la même transparence sur le loup italien. Nous demandons la réhabilitation des chasseurs et des éleveurs qui, dans le passé, ont été condamnés.


HAUTES PROVENCE/
"Aujourd'hui le loup est dans toute la France, et les éleveurs, sont tous solidaires, car si cela continue il n'y aura plus de mouton, plus de berger, et toute une filière va disparaître", a expliqué Francis Soldaprésident de la FROSE (Fédération Régionale Ovine Sud-est).  Leur crainte va au-delà aujourd'hui et un texte européen pourrait accroître leurs problèmes.
En effet, le Comité Permanent de la Convention de Berne qui se tiendra à Strasbourg du 2 au 5 décembre, étudiera un projet d'extension de la convention sur les croisements entre les loups sauvages et les chiens, les loups hybrides. C'est-à-dire que les loups hybrides seraientprotégés, au même titre que les loups sauvages.

FEDERATION DES ACTEURS RURAUX/
Il est donc évident que si ce texte est adopté, il n'y aura qu'un seul et unique article qui sera applicable, l'article 4, qui donnera aux « croisés » une protection égale à celle du loup aujourd'hui. Ce sera une épine de plus dans le pied des éleveurs et des bergers, qui n'auront désormais plus le droit de se défendre contre les attaques de canidés qui ne sont pas des loups, de peur que après analyses, on puisse déceler un « gène  »qui les classeraient immédiatement: hybrides protégés .

A SUIVRE



lundi 24 novembre 2014

LOUP, AU CANADA COMMENT ÇA SE PASSE?

Samedi dernier, à la poste, j'ai entendu des gens bien informés, dire que la cohabitation avec le loup était exemplaire au Canada, qui je le précise ne compte que 4 h au KM². Ceci pourrait expliquer cela!

Mais il en est tout autrement, quoiqu’en disent les colporteurs de la bonne parole, dans le but de discréditer les éleveurs et bergers Français confrontés a la prédation


"Depuis 2005, dans le nord-ouest de la province, des loups ont été tués en masse pour protéger les quelque 70 caribous de la harde de Little Smoky qui ont survécu au développement forestier et pétrolier de la région. En 2012, 841 loups ont été empoisonnés ou abattus d'un hélicoptère.



Dave Hervieux, un des auteurs de l'étude, estime toutefois que sans cet abattage sélectif des loups, les hardes de caribous seraient sûrement disparues depuis longtemps. Il précise que la restauration de leur habitat pourrait prendre jusqu'à 30 ans."
http://www.lapresse.ca/environnement/especes-en-danger/201411/23/01-4821764-tuer-des-loups-ne-protegera-pas-les-caribous-a-long-terme.php

L’Alberta a tué environ 1000 loups depuis 2006 à Little Smoky, le territoire d’un troupeau de caribous dans le centre-ouest de la province. Environ 95% de l’habitat de ce troupeau a été perturbé par des activités industrielles, ce qui expose l’animal aux attaques des loups.
Selon les scientifiques, plusieurs générations seront nécessaires pour repeupler ces aires de répartition. Le seul moyen d’y parvenir est d’empoisonner les loups ou de les abattre par hélicoptère.
http://journalmetro.com/actualites/national/698017/sus-aux-loups-en-alberta-dit-une-note-interne/

Au canada des environnementalistes qui ont le's pieds sur terre:
Le groupe environnementaliste et de protection de la faune Wildsight appuie un controversé projet d'abattage de loups dans les montagnes de South Selkirk et dans la région de South Peace, en Colombie-Britannique.
http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2015/01/26/002-loups-projet-abattage-caribous-montagnes-kootenay.shtml

Le territoire en question est l'objet d'une forte industrialisation qui finira certainement par détruire aussi les caribous, mais en attendant les autorités ont choisit des les protéger aux dépends du loup, contrairement à l'état Français, aidés par les écologistes, qui ont choisit de sacrifier le pastoralisme sur l'autel du loup!
Que ce soit dans n'importe quel pays, la cohabitation pose des problèmes dés que les activités humaines sont nécessaires, alors que dire de la cohabitation en France ou la densité de la population est  30 fois supérieure à celle du Canada!


mercredi 19 novembre 2014

LOUP, LES APPRENTIS SORCIERS ESSAYENT DE CORRIGER LEURS ERREURS



Les apprentis sorciers s'apercevant qu'ils ne maîtrisent rien, essayent aujourd'hui de réparer leurs incompétences par le biais de la modification de la convention de BERNE, sur le dos du pastoralisme, comme il se doit, mais aussi sur celui de la biologie et de la sécurité publique. Mais, comme dit le proverbe, quand on aime on ne compte pas!

Extrait de : Hybrid project
4 - [...] d’accorder dans la législation nationale aux hybrides du loup et du chien présents dans la nature, là où le loup bénéficie d’une protection spéciale en vertu de l’Article 6 de la Convention, un
niveau de protection équivalent à celui du loup contre les abattages, la capture et les autres
agissements interdits par l’Article 6, indépendamment de l’élimination prudente, sous le contrôle
du gouvernement, de tels hybrides qui vivraient dans les populations sauvages du loup.

Si cette modification est adoptée, elle devient transposable immédiatement dans la directive habitat et ne pourra plus être retirée.  5 mois après la signature pour la cohabitation par les syndicats qui s'engagent à respecter et appliquer cette directive habitat!

En effet, tous ces gens bien intentionnés, s'aperçoivent qu'ils ne possèdent pas la base génétique permettant d'identifier un loup de race pure!

Ceci s’explique par le fait que la base génétique a été extraite de la centaine de loups peuplant le sud italien, à l'époque fortement infestée de chiens errants, et donc soumise à l'hybridation. Cette soi-disant référence génétique pour différencier un hybride d'un loup "pur", est en fait à coup sûr, comme l'indique "monsieur loup", L.Boitani, une référence tronquée, comprenant déjà des gènes d'hybridation. Le problème des "apprentis sorciers" étant aujourd'hui que : c'est cette base génétique issue de loups vivant dans un espace restreint et dont le niveau d'hybridation était considérée comme le premier facteur de risque sur l'avenir de l’espèce pure, qui a donné la totalité des loups de France, de Suisse et d'Italie, que nous connaissons actuellement.

Qu'à cela ne tienne, il s'agit maintenant de renier tout ce qui était les uniques raisons de la protection de la souche pure de l'espèce, histoire de continuer de faire joujou avec le loup, mais aussi avec les subventions.
Majorant de fait la pression exercée sur le pastoralisme et le maintien de la vie rurale, par, disons-le maintenant, des loups hybrides, voire des chiens hybrides!

La finalité, en contradiction totale avec les précédents alinéas de la convention de Berne et incompréhensible sur le plan biologique, étant de changer cette convention de Berne, afin de sur protéger, à l'identique du loup, une entité qui a fortement contribué à faire accepter la protection du loup. Une entité dont les textes  aujourd'hui,   et jusqu'au changement demandé, ordonnent d’éviter son existence et d'assurer son élimination. Une finalité pour convaincre les militants manipulés de protéger, non plus le loup, mais les multiples hybrides. Reste à savoir dans quel but? Question que ne se poseront pas les futurs défenseurs des chiens hybrides, habitués qu'ils sont à relayer la bonne parole de leurs gourous, sans se poser la question, la seule et véritable question: DANS QUEL BUT?

Bref, on ouvre une nouvelle polémique en prônant la protection des Hybrides. Risque se voulant aujourd'hui inexistant, alors qu'il a été la première marche de la mise en place de la vertueuse protection des loups de souche pure, en argumentant qu'il était impératif d’éviter cette hybridation.

En conclusion, il serait équitable de réhabiliter tous ceux qui ont été condamné pour avoir tué des hybrides, car il s'avère aujourd'hui que la défense du loup sauvage n'a jamais eu lieu d'être.

EXEMPLE TYPE DE CE QUI LEUR FAIT PEUR :

Après une instruction qui a duré plus de 15 jours, le procès des 15 chasseurs s'ouvre en Finlande.
Les chasseurs sont accusés d'avoir tué 3 loups.

La défense prétend que les canidés tués n'étaient pas des loups mais bien des hybrides et donc pas davantage protégés qu'un chat haret (!)

Cette semaine le procureur présente les témoins à charge et leurs preuves du 17 au 20 nov.La semaine prochaine ce sera le tour de la défense.
D'après les experts sollicités par la défense, on ne peut pas se fier aux 400 échantillons ADN dont disposent les autorités.

Le Procureur déclare que les données de comparaison d'ADN sont fiables et qu'elles correspondent bien à l'ADN des animaux tués.
Mais les avocats des prévenus ont demandé des informations complètes sur les échantillons (ex :phénotypes correspondants) et les autorités ont annoncé qu'elles ne disposent pas de telles données !

Depuis l'instruction, à la grande surprise, le procureur demande des peines bien moins lourdes que celles requises au départ - emprisonnement avec sursis (au lieu de 5, 6 ans de prison ferme), des amendes et 6 années d'interdiction de chasser.

La défense s'efforcera d'obtenir des peines encore plus clémentes.

2 articles de presse d'aujourd'hui.

http://online.vasabladet.fi/Artikel/Visa/45013

http://svenska.yle.fi/artikel/2014/11/17/jagade-de-varg-eller-hundvarg



Quel avenir pour le loup-chien d'Europe ?

"... L'hybridation entre différentes espèces, ou entre individus appartenant à des sous-espèces de la même espèce, se produit dans la nature depuis des temps immémoriaux. Quand elle est causée par l'intervention de l'homme, l'hybridation peut produire des individus susceptibles d'avoir un impact sur les animaux sauvages correspondants ou sur les activités humaines qui se déroulent en milieu anthropisé. C'est le cas de l'hybridation entre loup et chien.



Face à la prolifération des loups, essentiellement hybrides, en Europe, les apprentis sorciers tentent de de couvrir leurs méfaits ayant conduit à la prolifération incontrolable de ce prédateur. Compte tenu du développement de la contestation des populations humaines hostiles au loup dans pratiquement tous les pays d’Europe et d’une volonté d’éliminer ces loups dont, dans de nombreux cas, les origines proviennent d’élevages prévus à la recommandation n°17 de la Convention de Berne non reprise dans le projet de recommandation de conservation des hybrides, certains fanatiques de l’ensauvagement des territoires tentent de renforcer leurs actions par une nouvelle recommandation de la Convention de Berne qui constituerait un arrêt de nombreuses activités humaines. Mais à quel coût humain, social, économique et environnemental ? Quel avenir pour la notion de développement durable ? Est-ce vraiment compatible avec les objectifs d'origine prévus dans cette convention notamment son article 2 ?

Refus du classement des Bâtards

5) l'administration semble avoir été au courant dès le début car il suffit de lire la convention de berne pour s'en douter, la collaboration avec le corpo forestale et les équipe de Boitani semble accréditer les certitudes sur une connaissance il y a plus de 20 ans par l'administration française de la pollution des populations de loup par des batards, pour la ligné italienne, mais aussi pour d'autres qui ne sont donc pas protéger.



Nous sommes consternés d'apprendre les propositions visant à clarifier les dispositions et obligations de la Convention de Berne (art. 6) et à accorder, dans les législations nationales, un niveau de protection aux "hybrides du loup et du chien" équivalent à celui du loup.

A savoir ; le projet de classer les hybrides en protection stricte pour la majorité des pays signataires

Encore une fois, les propositions ont été réalisées avec la collaboration des spécialistes partiaux du LCIE qui, jusque-là, ont pourtant montré toute leur incompétence à gérer l'impossible cohabitation entre loups et élevages extensifs, y compris le problème incontournable d'hybrides en zones pastorales.

mardi 18 novembre 2014

LOUP, MANIF A PARIS


MANIF A PARIS

Arrêtons le massacre !

Face à l’ampleur des attaques de loups de ces dernières semaines, de la souffrance et du profond désarroi des éleveurs ovins,

Face à l’inefficacité évidente des mesures de prélèvement et du plan loup en général,

Face à l’immobilisme des pouvoirs publics par rapport aux attaques incessantes de ces prédateurs sur les troupeaux,

La Fédération Nationale Ovine a décidé d’organiser une manifestation les 25, 26 et 27 novembre prochains en régions et à Paris.

Le message est simple : nous demandons une exclusion des loups des zones d'élevage par une application immédiate des promesses du gouvernement ou par la mise en place d'un nouveau plan loup efficace !
En effet, la prédation par le loup continue de faire chaque jour des dégâts catastrophiques. Au 31 octobre 2014, le bilan fait peur : ce sont plus de 7 500 animaux qui ont péri entre les dents de ces prédateurs !

Imaginez-vous vous lever, chaque matin, avec la peur au ventre de découvrir vos brebis, ces animaux dont vous vous occupez nuits et jours tout au long de l’année et dont vous prenez soin, à moitié dévorées par un prédateur ou parfois même encore vivantes mais tellement blessées qu’il faut les faire euthanasier pour abréger leurs souffrances. Ce n’est pas là le métier d’éleveur !

Cette situation est intolérable ! Alors que la pression de la société sur les éleveurs se fait toujours de plus en plus forte en ce qui concerne le respect du bien-être animal dans les exploitations, il semble inconcevable que l’Etat ne laisse pas la possibilité aux éleveurs de défendre leur troupeau. L'Etat français serait t'il dépassé par les plus de 300 loup?

Les éleveurs ovins se mobiliseront donc les 25, 26, et 27 novembre et organiseront deux transhumances avec pour point de convergence, le Champs de Mars à Paris.
Une première transhumance partira de Bar le Duc le 25 novembre à 11h. Une halte aura lieu à Chalons le 26 novembre à 11h

Une deuxième transhumance débutera au Puy en Velay le 25 novembre à 10h. L’étape suivante aura lieu à Moulin le 25 novembre à 16h. Les brebis repartiront le 26 novembre à 8h et feront une dernière halte à Orléans le 26 novembre à 14h.

Les deux troupeaux se réuniront le 27 novembre sur le Champs de Mars, à Paris, à 10h.
Une conférence de presse aura lieu à …h en présence de Serge PREVERAUD, président de la FNO, 
Xavier BEULIN, président de la FNSEA, de ….


Contacts presse : Michèle Boudoin : 06 88 74 26 91
Frank Dieny : 06 81 01 37 48
Mylène Foussier : 06 16 13 36 50
Mylène FOUSSIER
Chargée de mission
Fédération Nationale Ovine
149 rue de Bercy - 75595 Paris Cedex 12

01 40 04 51 32 / 06 19 13 36 50


LE RÉVEIL DES SYNDICATS

Après avoir signés à travers le COPA COGECA, avec les défenseurs du loup, un accord de cohabitation, sans aucune concertation avec la base, FNO (La FNO préside le groupe ovin Copa-Cogeca) et FNSEA (le président de la FNSEA est un des vice-présidents du même Copa-Cogeca.) , vont ils réussir à convaincre!

Créer des zones d'exclusions ? Par quels moyens ? 

Surtout après avoir signés un accord qui stipule : "Les signataires reconnaissent que "les loups font partie intégrante des paysages" (zones de pâturages et d'élevage / zones habitées / zones de loisirs comprises)"

Accord (L'accord) signé le 10 juin:
*
Les signataires reconnaissent le cadre législatif existant de la Directive Habitats.

"Le « principe » de non-régression en matière d’environnement, « selon lequel 
les dispositions (…) nécessaires pour protéger l’environnement et la 
biodiversité ne doivent pas entraîner de recul dans le niveau de protection "

 au député Michel Dantin qui avait saisi le Commissaire à l’Agriculture Dacian Ciolos. Il lui faisait part de ses préoccupations sur la présence du loup et des vautours dans les alpages.

""En conclusion, "la Commission européenne ne voit pas la nécessité de changer la législation"

il suffit, selon Janez Potocnik (commissaire de l'Environnement) de prendre les mesures de protection des troupeaux qui s’imposent (chiens, clôtures etc…). Pour cela, les éleveurs bénéficient d’un soutien financier européen "et ce dernier "se fait un plaisir de rappeler à la fin de sa lettre, que la profession agricole s’est engagée dans la même voie en signant le 10 juin dernier, via le COPA-COGECA". Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/francoise-degert/070914/l-europe-privilegie-les-loups-et-les-vautours-aux-eleveurs"

Pour comprendre ce qui se trame à Bruxelles: 

COMPRENDRE LE MÉCANISME DE L’ÉLIMINATION PROGRAMEE DU PASTORALISME



Car d'après les derniers communiqués du COPA-COGECA,  l'agriculture intensive joue à fond la compensation et la financiarisation de la biodiversité et veut profiter du marché carbone.


Une deuxiéme démarche de certains syndicalistes agricoles pour faire passer la pilule de la plateforme européenne ?
Leur attitude conforte l'idée qu'il y a eu un deal entre la profession agricole et l'écologie intégriste via le COPA-COGECA pour obtenir un abaissement des normes environnementales, favoriser l'élevage industriel transformé en unités de méthanisation et faire entrer davantage d'OGM en Europe. L'élevage à l'herbe est ainsi sacrifié, d'autant plus que sa disparition serait "rentabilisée" par l'ensauvagement des territoires (bois énergie, marché carbone..;). Enfin, c'est tout du moins ce qu'ils croient, ou ce qu'on les pousse (pas besoin de trop fort) à croire!

Et cerise sur le gâteau, le COPA-COGECA réclame l'ouverture de l'Europe à de nouveaux OGM....
Lire le communiqué de la copa sur les OGM, en anglais en attendant la traduction



SALUONS MALGRÉ TOUT LA PRISE DE CONSCIENCE DES SYNDICATS, ET REGRETTONS LE MANQUE DE CONCERTATION!

Soyons nombreux à montrer aux Parisiens la réalité de ce que nous vivons tous les jours,mais restons vigilant sur la manière dont va se négocier le sort du pastoralisme face aux enjeux de l'ensauvagement. 

Les éleveurs ovins se mobiliseront donc ces 25, 26, et 27 novembre 2014 et organiseront deux transhumances avec pour point de convergence, le Champ-de-Mars à Paris. 

En Auvergne, une transhumance partira de la Haute-Loire et une étape aura lieu dans l’Allier :
- le mardi 25 novembre à Brioude (43) :
11 h 00 : rond-point de Lamothe : départ de la transhumance ; traversée de Brioude
12 h 30 : fin de la transhumance à la Sous-Préfecture de Brioude ; conférence de presse
13 h 00 : départ des brebis
- le mercredi 26 novembre à Moulins (03) :
10 h 00 : point presse devant la DDT (Direction Départementale des Territoires à Moulins)

Le troupeau auvergnat convergera à Paris, sur le Champs de Mars, place Jacques-Rueff, le 27 novembre à 10 h.
De 10 h à 12 h, des éleveurs des différents départements touchés par le loup témoigneront.
A partir de 14 h, tous les éleveurs présents emmèneront des brebis du Champ-de-Mars jusqu’au Ministère de l’Ecologie, 246 boulevard Saint-Germain.
http://www.zoomdici.fr/actualite/Une-transhumance-anti-loup-de-Brioude-a-Paris-id140241.html?#

Attention : Les écologistes ont prévu une contre-manifestation non autorisée notamment une association animaliste belge Prévoir appareils photos, téléphones, etc... pour prendre des photos, filmer et rester zen face aux provocations.

lundi 17 novembre 2014

LOUP, LA SOLITUDE DE CEUX QUI PARTICIPENT A LA COHABITATION

URGENT
------------

En vue du procès d'une de nos collègues, suite a la mort de 2 Yorkshires tués par ses Kangals on recherche:

Tout article, source, témoignage concernant la mort de 

-chiens de protection 

-chiens de chasse

-chiens de compagnie

tués par les loups.

Merci de vos réponses.




pas de tribunal pour le loup
Sauf erreur de ma part, 380 euros d'indemnité + frais d'éducations pour un chien avec facture, sinon aucune indemnité pour un chien de protection ou de conduite que vous avez fait naître ou qui vous a été donné et donc vous n'avez aucun justificatif de paiement. Merci de m'éclairer sur le sujet

Voila, de nombreux bergers et éleveurs sont confrontés aux problèmes des chiens de protections. 

Ils sont condamnés à payer des amendes et verser des indemnités à des touristes ou voisins, souvent pros loups. 

En effet, les prédateurs oui, mais sans aucune conséquence pour ceux qui n'accepteront jamais l'ombre d'une  contrainte physique, morale, financière ou psychologique liée à la présence des loups dans nos montagnes.




Le berger, la bête noire de l’écologie, montré du doigt si il n'a pas de chien, montré du doigt si il en a, mais abandonné de tous face à la réalité voulue par des inconscient qui ont perdu tous sens des réalités, en voulant la cohabitation avec les prédateurs dans un petit pays sans aucun espace resté sauvage et comptant plus de 120 habitants au km²

dimanche 16 novembre 2014

LOUP, LES DÉLIRES ÉCOLOGISTES

Loup : l’expérimentation de Ségolène Royal tourne à la boucherie - See more at: http://www.aspas-nature.org/10607/loup-lexperimentation-de-segolene-royal-tourne-a-la-boucherie/#sthash.Y4pVMOEG.dpuf

Pour le moment, le cota des 24 loups décidé démocratiquement avec la Groupement National LOUP,  n'est toujours pas atteint!
Seul quelques loup tués proprement avec des fusils spécialisé

Rien sur les milliers d'animaux massacrées par le loup chaque année ?



Cas de mortalité du loup en France, après l'arrêté du 30 juin 2014 qui couvre la période du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015 (plafond de 24 loups + 12 spécimens supplémentaires éventuels)
29 août 2014 - Guillaumes (Alpes-Maritimes 06), une jeune louve, Tir de prélèvement => Décompté n° 1.
22 septembre 2014 - Aiguines (Var), un jeune loup, Tir de prélèvement => Décompté n° 2.
29 septembre 2014 - Valmeinier, vallée de la Maurienne (Savoie), une louve de 5 mois, Tir de défense => Décompté n° 3
7 octobre 2014 - Entrages (Alpes-de-Haute-Provence), une louve d'un an, Tir de défense => décompté n°4
10 octobre 2014 - Larche (Alpes-de-Haute-Provence), un loup, Tir de défense => décompté n°5
12 octobre 2014 - Dévoluy (Hautes-Alpes), Tir de prélèvement par un chasseur => décompté n° 6
18 octobre 2014 - Beuil (Alpes-Maritimes), un loup de 36 kg, Tir de prélèvement par un chasseur => décompté n° 7
22 octobre 2014 - Monges (Alpes-de-Haute-Provence), un loup, Tir de prélèvement => décompté n°8
25 octobre 2014 - Roubion (Alpes-Maritimes), une louve de 31 kg, Tir de prélèvement par un chasseur => décompté n° 9
12 novembre - Canjuers (Var), 2 males 1 Femelle. Tirs de prélèvement par des chasseurs.
Empoisonnement : 0
Tir illégal/braconnage : 0
Tir de prélèvement (officiel) : 9
Tir de défense (officiel) : 3
Total : 12 loups éliminés.
Dernière mise à jour : 14 Novembre 2014
Loups tues Loups détruits durant une période donnée
L'administration effectue le suivi du nombre de loups détruits sur la période de validité des arrêtés fixant le nombre total maximum de spécimens de loups dont la destruction pourra être autorisée. Si on prend par exemple l'arrêté du 30 juin 2014 fixant le nombre maximum de spécimens de loups (Canis lupus) dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2014-2015 : il fixe à 24 le nombre de loups qui peuvent être détruit entre sa date de publication et le 30 juin 2015. Le nombre fixé pourra être révisé après avis du Conseil national de la protection de la nature, dans la limite de douze spécimens supplémentaires, à compter de la date éventuelle à laquelle vingt loups auront été détruits. Le suivi se fait donc sur la période 1 juillet 2014 au 30 juin 2015.