BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

lundi 27 octobre 2014

DROME, ÉLEVEURS ET BERGERS REFUSENT DE SE FAIRE MANIPULER

F.D.O. 26


Chers adhérents, 

La FDO de la Drôme a pour devoir d'informer ses adhérents des diverses formations en lien avec le mouton. Ainsi, nous vous avons transféré un mail concernant une formation chien de protection assurée par la DDT, il y a quelques jours. 

Or, l'intervenant principal de cette formation est connu et malheureusement reconnu pour son attachement à notre "ami" canis lupus dont il a fait son fond de commerce. 


Nous ne pouvons cautionner une telle intervention dans notre département. 


Des bergers locaux de terrain confrontés au loup et à la gestion des chiens de protection au quotidien ne seraient ils pas plus à même de témoigner lors de cette intervention ? 

C'est pourquoi nous vous invitons à ne pas participer à cette formation. 


Bien cordialement, 



Nicolas Peccoz et François Monge, 
Co-présidents de la FDO 26 


ASSOCIATION DES ELEVEURS ET BERGERS DU VERCORS DROME-ISERE

Michel CURT Président 04 75 02 97 78
Contact : Secrétariat 04 76 36 04 30

Madame,
Nous connaissons tous JM Landry et son parcours.
Il a eu et a probablement encore la prétention de préparer le retour du loup, son implantation et la prétendue cohabitation. Son but n’est autre que d’aider à préserver le loup grâce à la cohabitation.

Nous avons essentiellement retenu qu’il est membre de la LCIE, pro-loup depuis toujours.
Il travaille entre autres pour le KORA, (projet de recherche pour la gestion et la protection des carnivores).
Il nous a enseigné, il y a plus de 10 ans que les « patous » seraient la solution à tous nos problèmes. Cependant, 100% des troupeaux sont protégés dans les Alpes-Maritimes ce qui n’empêche pas le nombre d’attaques et de victimes de continuer à augmenter chaque année de façon exponentielle.

Il apparait, que tous les moyens de protection étudiés depuis 20 ans en France et dans le monde entier s'avèrent d’une efficacité toute relative comme l'a montré le CERPAM au cours de son séminaire à Valdeblore le 4 juin 2013.

En effet dix ans après la mise en place des chiens de protection, les loups tuent les Patous, ces mêmes «  Patous », qui mordent les touristes car les «  spécialistes », comme Landry n'ont pas su trouver une méthode de dressage efficace contre le loup et sans danger pour les randonneurs, ce qui n’est pas le cas de tous les dresseurs de chiens.
Le résultat est : toujours plus de patous pour toujours plus de prédations.
JM Landry s’est trompé et il nous a trompé, ce qui ne l’empêche pas de continuer à rechercher des financements partout où il y a de l’argent à prendre et donc sur le dos des éleveurs.
Il est regrettable que l’Etat fasse le choix d’un pro-loup notoire pour  «  former » les éleveurs et les bergers, businessman de surcroît qui depuis 20 ans nous assène des affirmations que l’expérience contredit.

De «Monsieur Loup», le spécialiste est aujourd’hui devenu «Monsieur Patou» commerce beaucoup plus lucratif.
Il se prétend aussi le promoteur de la technique des «TURBO fladry » lignes de petits drapeaux flottants rouges que l'on érige autour du bétail (efficacité de quelques heures à 75 jours). Les Fladry existent depuis des siècles. On les utilisait surtout dans l'Europe de l'Est et en Russie  - soit, pour rabattre les loups vers les filets à loups, soit pour arrêter les loups qui craignaient traverser les Fladry, afin de les abattre plus facilement. Pas la peine d'essayer le "turbo fladry" (électrifié), un enfer à installer et ça ne marche au mieux que quelques jours de plus que le fladry tout court….et pourtant là aussi il nous avait assuré de l’efficacité. Une façon de plus de gagner du temps, ce temps si favorable à la prolifération des loups.
Plus récemment, son imagination l’entraine à vouloir équiper des milliers de brebis de collier répulsif et de cardio-fréquence ( ne pas oublier d’épiler le poitrail de la brebis à équiper )agissant à distance, de façon à les protéger contre les loups ... Et qui permettrait d’interrompre la prédation du loup et d’infliger à ce dernier une expérience négative. «Qui l’éduquerait, précise Jean-Marc Landry, ce que ne font pas les chiens de protection. » … et JM Landry de reconnaitre les limites des chiens… : Le collier anti loup pourrait servir dans de nombreux cas. «Dans certaines régions touristiques, la présence des chiens de protection est une source fréquente de problèmes avec les autres utilisateurs de la montagne ». Notre dispositif pourrait apporter une solution là où les patous ne peuvent pas être engagés.» ILS ETAIENT POURTANT LA SOLUTION MIRACLE IL Y A QUELQUES ANNES….
Bien entendu le projet est « soutenu » financièrement…
En réalité, les éleveurs sont des cobayes d'expérimentation de coexistence ...car, comme John Linnell 2014 (LCIE) écrit  .... «  cette expérience n'a jamais été tentée auparavant" .../...
... / ... "Nous essayons maintenant de trouver un moyen de coexister avec eux
(les grands prédateurs ndlr), même si personne ne sait à quoi cette coexistence va ressembler à la fin" .
Nous pensons avoir démontré – rapidement- que le choix de JM Landry pour « former » les éleveurs et les bergers de la Drôme, n’est pas un bon choix et que nous le contestons.
Veuillez croire, Madame, à l’assurance de nos sincères salutations.


CURT Michel

      Landry:  séduction?, commerce?, études scientifiques?, opportunités?, idéologie?

L'affaire des Alpes maritimes est emblématique. Les associations "écologistes", qui ont fait du loup un totem, avaient intérêt à faire adopter des chiens de protection aux bergers et éleveurs. Pour pouvoir ensuite, vu que pour elles avec ces chiens de protection "il est possible de cohabiter avec les loups", rejoindre leur objectif : empêcher les bergers et les éleveurs de se plaindre du loup. 
S'ils se plaignent quand même, ils sont accusés de ne pas savoir gérer leurs chiens, de ne pas bien installer leurs enclos, étant donné que ces moyens sont considérés comme infaillibles. Mais la réalité est autre. Non seulement ces moyens ne sont pas infaillibles, mais ils créent d'autres problèmes. EN SAVOIR PLUS

LOUP, SOUTIEN A FRANCE INTER, tome II

Alors que France Bleu a diffusé une interview totalement à charge et surréaliste concernant le loup, avec pour unique interlocuteur des représentants d'associations qui relayent ou essaient de relayer de fausses informations, lire le chapitre : 
"une émission de radio enfonce le clou du mensonge et de la désinformation : France bleu dans l'article" http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2014/10/gap-le-loup-de-beaux-jours-devant-lui.html

Une fois de plus les écologistes hurlent lorsqu'une émission consacrée à l'impact de la prédation sur le moral des bergers ne fait pas intervenir des écologistes qui ne subissent aucune contrainte physique, morale, financière et psychologique liées a la prédation! Qu'aurait il donc à y développer, si ce n'est leur ignorance du problème sur "les bergers malade du loup" 

Une fois de plus les éleveurs et bergers tiennent à montrer leur soutien à France Inter qui a résolument pris le parti de révéler la réalité sur la prédation et les problèmes engendrés par le loup!

http://www.franceinter.fr/emission-interception-les-bergers-malades-du-loup-0
http://www.franceinter.fr/emission-le-rendez-vous-du-mediateur-loup-y-es-tu-et-surtout-entends-tu

Une fois de plus, montrant qu'ils n'ont plus d'arguments, les associations de défense du loup écrivent leur détresse à France Inter:
Dans la lettre de réclamation envoyée par Cap loup, toujours le même souci de vouloir désinformer! Le plus simple serait de savoir dans quel but, bien que se profile à l'horizon la volonté de la main mise sur une partie du territoire à des fins beaucoup moins réjouissantes que la rédemption pour les actes de destructions commis par nos sociétés occidentales:
"... obtenir un abaissement des normes environnementales, favoriser l'élevage industriel transformé en unités de méthanisation et faire entrer davantage d'OGM en Europe. L'élevage à l'herbe est ainsi sacrifié, d'autant plus que sa disparition serait "rentabilisée" par l'ensauvagement des territoires (bois énergie, marché carbone..;). Enfin, c'est tout du moins ce qu'ils croient, ou ce qu'on les pousse (pas besoin de trop fort) à croire!"

Nombreux sont les points  (en italique) de cette lettre qui méritent que l'on s'y attarde:

1-"le loup avait été « réintroduit » en France. C’est évidemment faux, les loups présents en France sont issus d’un retour naturel à partir de l’Italie où l’espèce avait pu se maintenir."

 Toutes les auditions de la commission parlementaire française (Assemblée Nationale) sur l'arrivée du loup en France font état d'introductions possibles et/ou clandestines. Mais personne n'affirme. Au pire, les personnes auditionnées tentent de minimiser le phénomène. Curieusement le rapport parlementaire ne conclut rien. Pourquoi ?

Une enquête réalisée en 1990 par la Direction de la nature et des paysages (DNP) évoque quant à elle des lâchers clandestins de loups, sans pourtant s’en émouvoir — ce qui fait bondir la commission d’enquête : « Il est pour le moins surprenant que le ministère de l’Environnement ait officiellement recensé des lâchers clandestins de loups (et d’autres espèces), opérations par définition illégales, sans s’inquiéter outre mesure des auteurs et des conditions de ces pratiques illégales.

Coté Italien, même son de cloche:
"Et ils ne proviennent pas des Apennins mais des Alpes, c'est à dire de la souche à partir de laquelle la population s'est constituée après les libérations répétées faites sur le versant français de la part des amoureux de cet animal, qui pour l'avoir n'ont pas hésité à libérer ceux qu'ils détenaient dans leurs propres enclos d'au-delà des Alpes, sans faire dans la finesse quant à leur pureté génétique et à la provenance géographique, comme l'a montré une Commission d'enquête du gouvernement français datant de quelques années (avec un rapport documenté de trois volumes pour un total de presque 1000 pages, dont tout le monde ici en Italie ignore l'existence, ou fait semblant de l'ignorer)."

Alors qui peut être sûr de quoi que ce soit ? :

LOUP 20 ANS APRES SA RÉINTRODUCTION?


2-"un représentant agricole explique que « le loup n’a plus peur de l’homme ». C’est évidemment faux,..../.../...(de l’aveu même des bergers interrogés), "

Alors que tout le milieu concerné par la prédation s'accorde pour reconnaître que le loup attaque désormais de jour en présence des bergers et des chiens de protection, les fameux bergers  interrogés  sont-ils ceux là? :


LOUP, A DEUX DOIGT DU DRAME


Une fois de plus, le lecteur pourra constater sans toutefois arriver à le comprendre, "la volonté envers et contre tout, ainsi que la focalisation à vouloir diffuser de fausses informations". Le lecteur donc est en droit de se poser toujours la même question "DANS quel but" ?

3-"Vous auriez pu rappeler que l’élevage ovin, qui s’effondre dans des régions où l’espèce n’est pourtant pas présente, résiste mieux dans le sud-est où elle est installée depuis vingt ans."


Ce sont toujours les mêmes propos, à croire que les écologistes sont incapables d'évoluer, à moins que, comme je le dis très souvent, ils ne soient privés de libre arbitre!
La filière ovine est en difficulté comme tout secteur économique en France, seuls les petits éleveurs extensifs proposant des produits de qualité, de proximité et de durabilité, souvent en commercialisation directe, tirent leur épingle du jeu de la loi du marché: 
 "L’agneau de Sisteron se porte bien. Tellement bien, que la progression continue,  ces trois dernières années, des agneaux présentés au label, labellisés puis vendus a atteint le plafond de l’offre. L’heure est donc à la réflexion pour les coopératives qui devront trouver des solutions pour remonter l’offre d’agneaux, ce qui revient à trouver de nouveaux éleveurs."
Or ce sont seulement ces éleveurs qui sont victimes de la prédation et dénigrés par les écologistes!

4-"...vous pourriez montrer aussi les éleveurs les plus nombreux qui s’en sortent bien en présence des loups."

Dans les Alpes, on a recensé de janvier à septembre 2014, 516 attaques sur des troupeaux ayant mis en place les mesures de protection, c'est exactement ce qui arrivera dans les autres régions lorsque les meutes auront fini de s'installer! Alors il sera très difficile d'en trouver "des bergers qui s'en sortent bien face aux loups".

En conclusion, il serait important, si cela leur est possible, que les associations intransigeantes revoient leurs discours et puissent se détacher de l'emprise qui les contraint à ne divulguer que de la propagande idéologique en lieu et place de propos scientifiques!

Dans la même rubrique:

LOUP, SOUTIEN A FRANCE INTER


A lire aussi, un recueil de propagande signé par des associations qui n'ont peur de rien:

peur de rien comme par exemple la LPO, cosignataire du document ci dessus, qui demande des subventions pour entretenir un troupeau de brebis afin de, je cite "garder les paysages ouverts"
PETIT RAPPEL :  "Le pastoralisme n’est pas forcément synonyme d’entretien du paysage  L’idée que le bétail serait utile pour " entretenir " la montagne renvoie à une image symbolique de celle-ci, mais ne correspond à aucune réalité biologique ou écologique." difficile de croire que l'on puisse demander des subventions pour entretenir la biodiversité avec un troupeau de Brebis, après de telles déclarations, et oui, ils n'ont peur de rien!




jeudi 23 octobre 2014

GAP, LE LOUP A DE BEAUX JOURS DEVANT LUI

"Un des gros problèmes dans la cohabitation entre les bergers et …les écologistes pro-loup est que ces derniers ce sont donnés une mission que personne ne leur avait demandé : être les juges du travail des éleveurs et bergers, particulièrement concernant la protection des troupeaux. Or ces associations n’ayant quand à elles aucune responsabilité, rien à prouver, aucune justification à donner , cela ne leur donne pas une grande crédibilité."

Pari réussi pour la SAPN (Société alpine de protection de la nature).
 A son initiative, associations environnementalistes et syndicats agricoles (FDSEA et Confédération paysanne) ont dialogué, durant toute la journée de ce mercredi, sur le thème du loup et du pastoralisme, sujet éminemment polémique.
Le pari est tout a fait réussi pour les écologistes et le résultat pour les éleveurs et bergers va se faire sentir dans les mois à venir.



SAPN dont le président est candidat E.E.L.V. dans le 05
E.E.L.V. qui utilise cette image pour la campagne européenne dans le grand Est
choisir une image émotionnelle, qui n'a rien à voir avec la réalité,  à des fins idéologiques, nous montre l'ampleur de la perte de libre arbitre des écologistes et leur mépris envers la population à laquelle s'adresse le message!
on comprend mieux l'enjeu de ce pari!

Pari réussi:
Éleveurs, le problème du loup est insignifiant : Férus a ainsi considéré que « la prédation reste quelque chose de minime sur le plan économique, même si ça peut être un problème évidemment pour chaque berger ou exploitant touché. "  Eleveurs, bergers, de quoi vous plaignez-vous? En effet, vous pourrez constater sur mon blog, des dizaines de commentaires précisant que la prédation est insignifiante et que nous sommes indemnisés!

Pendant la table ronde où la réaction des éleveurs laisse à penser que finalement le problème est mineur, 
  une émission de radio enfonce le clou du mensonge et de la désinformation : France bleu dont voici une analyse rapide:

la FNE nous explique:
"Le loup s'installera tôt au tard partout où il y a des ongulés sauvages car c'est son régime alimentaire principal, donc si il ne s'attaquait pas aux animaux domestiques il passerait inaperçu! "
Histoire de confirmer que 6102 victimes en 2012, puis autant en 2013 pour 250 loups déviants, ayant pris l'habitude de se nourrir d'animaux domestiques, ne représente pas grand chose!

Histoire aussi de nier la réalité de la génétique et de l'acquis des prédateurs qui font que: Dans certains cas un loup ou une meute peut se spécialiser sur une proie. Cette spécialisation est liée à plusieurs facteurs : le nombre d’individus de la meute, le chevauchement des habitats respectifs proie/prédateur, l’abondance et l’accessibilité des proies, la probabilité de rencontres avec la proie, la densité ou la biomasse relative d’une proie potentielle, la probabilité de succès de la chasse, le risque de blessure, la profitabilité de la proie, les conditions environnementales." vous saisissez la nuance!

Histoire aussi de confirmer ce que recommandent les études demandées : « des réserves naturelles de faune sauvage limitées ne sont pas suffisantes pour les grands carnivores. C’est la totalité du paysage qui doit être incluse dans les plans de gestion. Dans ces zones sont inclus les secteurs où doivent être établies de fortes restrictions à l’élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l’élevage ne perturbe pas les carnivores/…/»

Et Férus de rajouter:
"Le problème c'est la non-protection des troupeaux, les pouvoirs publics ont mal joué, car si tout avait été anticipé et fait dés le début, 300 loups en France on en entendrait même pas parler!"

Comme d’habitude, Férus se distingue : en réalité, un petit groupe de fonctionnaires et de militants ( Férus et tous les participants écologistes de la table ronde de Gap?) savaient bien avant 1992 que le loup était là! « Bienvenue au loup ! Il est de retour en France », s’exclame la revue naturaliste, terre sauvage, qui admet avoir « gardé le secret aussi longtemps que cela serait nécessaire à la sécurité des loups». Et ce, avec la bénédiction et des «responsables du parc du Mercantour et ceux du ministère de l’Environnement », nulle part il est sous-entendu que la sécurité des troupeaux ait été  une préoccupation, surtout lorsque l'on sait que "alors qu'un loup a déjà été tué par erreur au cours d'une battue en 1987," les gardiens du parc ne disent mot face aux éleveurs qui se plaignent d'attaques de chiens . L'administration se justifiera plus tard :" Nous avions pris la décision de ne pas officialiser cette présence de loups avant d'avoir définitivement écarté l'hypothèse qu'il s'agissait de chiens errants ensauvagés"
Il aura donc fallu plus de 6 ans, de 87 a 92, pour être sûr que ce ne soit pas des chiens, tout en sachant que les responsables du parc du Mercantour, le ministère de l'environnement et les associations écologistes ont "gardé le secret pour la sécurité des loups" 

Malgré tout, les éleveurs et bergers des Alpes qui ont joué le jeu -je rappelle que la plupart d'entre eux étaient à l'époque pour la cohabitation- ont subi 516 attaques de janvier à septembre 2014 sur des troupeaux ayant mis en place les mesures de protections! Jamais, au grand jamais, un défenseur du loup n'en parle, ni n'en parlera, la politique étant de faire de ceux qui subissent la prédation, des coupables!


La FNE de conclure : "le loup est très peureux et ne s'approche pas de l'homme"
Traduction: il est aujourd'hui établi que le loup attaque de jour en présence des bergers et des chiens de protections" De nombreux exemples cette année sont la preuve formelle que le loup n'a peur de rien lorsqu'il a faim.
7 loups entourent le troupeau, le berger a pu en fixer 6 sur la photo

Pour la petite histoire, nous noterons que lorsque une émission traite du pastoralisme et du loup, sans donner la parole à "ceux qui détiennent la vérité", c'est un tollé chez les écologistes. Une fois de plus le lecteur électeur se fera une opinion!

Mais retournons à Gap:

http://www.dici.fr/actu/2014/10/22/hautes-alpes-eleveurs-ecolos-ils-se-sont-enfin-parles-497265#sthash.HgK9kwUs.dpuf

"Un certain fatalisme se ressentais au colloque de la SAPN "parlons prédation" ce mercredi à Gap. Les discussions ont été constructives et les avis moins extrêmes , toutefois, peu de solutions semble se dessiner." ( L'europe l'a déja trouvée: la suppression du pastoralisme afin de ne pas gêner les grands prédateurs. ndlr)  

Comme il fallait s'y attendre, cette rencontre est positivée du côté écolo. Tous ceux qui ne partageront pas ce succès ne seront que des arriérés.

Sur le plan médiatique, sauf revirement de situation demain, ce soir les écologistes ont gagné. Peu importe ce qui aura été dit. Le contenu n'a aucune importance c'est le ressenti immédiat qui est retenu.

Reste à savoir si derrière cette rencontre il s'agit :

D'une simple opération de communication ?  De qui ?

D'une tentative de préparer le protocole de la convention alpine en mettant l'élevage sous la coupe de l'écologie (entre autres pour faire main basse sur une partie des crédits de la PAC et la gestion des territoires) ? 
Car d'après les derniers communiqués du COPA-COGECA,  l'agriculture intensive joue à fond la compensation et la financiarisation de la biodiversité et veut profiter du marché carbone.


Une première démarche de certains syndicalistes agricoles pour faire passer la pilule de la plateforme européenne ?

Leur attitude conforte l'idée qu'il y a eu un deal entre la profession agricole et l'écologie intégriste via le COPA-COGECA pour obtenir un abaissement des normes environnementales, favoriser l'élevage industriel transformé en unités de méthanisation et faire entrer davantage d'OGM en Europe. L'élevage à l'herbe est ainsi sacrifié, d'autant plus que sa disparition serait "rentabilisée" par l'ensauvagement des territoires (bois énergie, marché carbone..;). Enfin, c'est tout du moins ce qu'ils croient, ou ce qu'on les pousse (pas besoin de trop fort) à croire!

Et cerise sur le gâteau, le COPA-COGECA réclame l'ouverture de l'Europe à de nouveaux OGM....
Lire le communiqué de la copa sur les OGM, en anglais en attendant la traduction

Tout ce beau monde peut dire merci aux écologistes , qui comme je le dis souvent, ont perdu tout libre arbitre et toutes possibilités de raisonner!

Je me demande ce que fait la conf dans cette galère...bien que!

Nous n'avons pas de réponse précise dans les bribes glanées sur le net. Dommage. Une communication plus claire était pourtant nécessaire pour éviter toutes les interprétations possibles. 

Savourons tout de même une fois de plus,  l'optimisme (il y a de quoi) et l'arrogance de Ferus ... C'est normal, ils détiennent LA vérité.
À part ça, tout s'est très bien passé, il n'y a pas eu de chaises cassées...
Une rencontre entre gens bien élevés.

Et les loups peuvent continuer à se développer, tout est en ordre pour la cohabitation.... 
du moins dans les Hautes-Alpes.
 A chacun d'en tirer les conclusions qu'il souhaite....

 Après 20 ans d'acceptation de l'inacceptable et aujourd'hui le débordement sur toute la France du fait d'un laxisme passé, " les écolos avaient largement diffusé le message que tout allait se réguler sans problèmes comme dans d’autres pays ou « tout se passe si bien » et beaucoup de bergers les ont entendus. Mais qui a envie de vivre comme un berger roumain ou albanais? En se rendant compte de ce que les écologistes entendaient par cet équilibre idéal, bien des pâtres se sont sentis floués, particulièrement ceux qui se sont le plus investi dans une forme d’élevage proche de la nature." en Italique extrait de Les dix stratégies de manipulation de masses


Mais si tout le monde est content....Le loup, les ogm, l'agriculture et  l'élevage industriels,  y trouveront sans doute leur compte!

Merci les écologistes!


COMPRENDRE POURQUOI LE DIALOGUE EST IMPOSSIBLE

Une Fatwa contre le « monde agricole »






mercredi 22 octobre 2014

LOUP, DEVENIR CHASSABLE NE RÉGLERA RIEN !



Merci J.P. Gené pour cet excellent article rafraîchissant sur la réalité du loup:


Il y a un point néanmoins, sur lequel je serais moins optimiste :

 "Le loup devrait retrouver le statut de gibier de chasse, réglementé comme les autres animaux, seul moyen d'en contrôler efficacement la population."

Cela n'est pas tout aussi simple, car le loup vit en meute avec des règles de société très strictes, dictées par la génétique et par l'acquis. Suite à des tirs et des prélèvements, si la meute se sent menacée ou se destructure, des mécanismes automatiques peuvent s'enclencher dits "épi-génétiques" (provoqués par l'environnement, des facteurs extérieurs).
C'est alors que 2, voire 3, femelles d'une même meute peuvent mettre bas, saillies par un mâle dominant ou plusieurs mâles. C'est ce qu'on appelle une meute à portées multiples, comme celle photographiée récemment en Saxonie.

photo qui réjouit les associations de défense du loup, montrant leur totale perte d'objectivité et la dangerosité de laisser à des apprentis sorciers, le soin de s'occuper de la faune sauvage dans une nature anthropophile*

Un autre phénomène épi-génétique connu en cas de déstructuration, est celui de produire de plus grandes portées: plus de louveteaux par mise bas, pour assurer la descendance.
Également, si le loup dominant a été prélevé et que la meute ne dispose plus ou pas assez de mâles en âge de procréer ou si une louve ayant quitté la meute ne trouve pas de mâle, il peut même arriver que des femelles s'accouplent avec des chiens si elles côtoient des zones habitées ou pastorales. C'est l'hybridation, un fléau important en Italie (programme LIFE Ibriwolf). " l'hybridation serait moins une menace dans les endroits où les meutes sont plus stables, en l'absence de braconnage, et où l'habitat est moins transformé par l'homme. (il n'a pas été dit "prélèvement" puisqu'ils ne sont pas autorisés)" conclusion de la conférence internationale sur l'hybridation anthropogénétique  

On en arriverait donc à une situation en France qui pourrait s'apparenter à celle des sangliers et cochongliers, que la chasse n'arrive pas du tout à contrôler, à la différence près que ce sont les prélèvements eux-mêmes qui deviendraient la cause d'hybridation et d'un surpeuplement et non le résultat d'anciens croisements ou de lâcher.

Pour exemple, dans tous les pays où la chasse aux loups est autorisée (chasse à quotas donc), la population se porte à merveille, les problèmes de cohabitation sont récurrents et les hybrides prolifèrent. Cependant on peut noter qu'ils prolifèrent aussi dans des pays où la chasse n'est pas autorisée, comme en Italie, faisant suiteaux prélèvements non autorisés exercé par les éleveurs et bergers excédés par la prédation, contrairement aux affirmations (mensonges?) des «spécialistes du loup Français», comme quoi la cohabitation en Italie est sereine!


DERNIÈRE MINUTELes chercheurs ont découvert que les loups les plus exposés à la menace des chasseurs ont de plus hauts taux d'hormones de stress et d'hormones reproductrices. Cela altère la structure sociale complexe des meutes et pourrait même avoir des conséquences sur l'évolution de l'espèce.
Le professeur de l'Université de Calgary et coauteur de l'étude Marco Musiani explique que les changements hormonaux pourraient donner lieu à une hausse accidentelle des taux de reproduction et à une altération de la structure génétique des loups.
D'autre part, si le loup devenait espèce chassable, les sociétés de chasse seraient responsables des dégâts causés par l'animal. Or, à ma connaissance, les chasseurs ne sont pas prêts à assumer cette responsabilité.

Sans que personne, y compris moi même, ne puisse proposer de solution viable pour la cohabitation entre le pastoralisme extensif, source de biodiversité, respectueux des animaux, de la nature,  et les prédateurs, très utiles dans une immense étendue sauvage, quelle autre alternative que de constater l'impossible viabilité de cette cohabitation ? C'est un échec qui n'est pas davantage souhaité par les défenseurs des prédateurs que par les éleveurs et bergers eux-mêmes, qui dans leur grande majorité, ont été favorables à la cohabitation. Ne possédant malheureusement que les avis tronqués des "protecteurs des prédateurs", la réalité leur a vite fait comprendre que cette cohabitation n'était pas aussi simple que ce qui avait été annoncé par les «écologistes apprentis sorciers» qui se sont lancés tête baissée dans la protection à outrance des prédateurs dans un milieu anthropisé**, (cas de toute la France)  quitte à en faire des animaux déviants, dans un environnement qui ne correspond pas du tout à leur besoins vitaux!
LA CONCLUSION DÉMOCRATIQUE S'IMPOSE D'ELLE MÊME:  l'autonomisation des éleveurs à travers le partage des connaissances et le respect de leur consentement préalable, libre et éclairé.


*anthropophile : designe une plante ou un animal vivant dans un milieu habité par l'homme
**anthropisé : Qui est modifié par la présence humaine.

mardi 21 octobre 2014

EN ITALIE TOUT VA BIEN, TOME II


En Italie, c'est la même chose qu'en France ! Le maire de Vérone en Italie vient de publier un décret permettant aux fermiers de tuer les loups pour protéger leur bétail. Une décision qui a provoqué la colère des groupes écologistes. L‘édile s’est justifié en expliquant que ce décret visait à provoquer une intervention du gouvernement alors que les attaques de loup affaiblissent l‘économie locale.


                                  reportage en Italien avec photo sur le massacre des bovins



EN REMERCIEMENT À MARIE SABOTIER, POUR LE TRAVAIL QU'ELLE A ACCOMPLI,


VOICI UN RECUEIL DE TRADUCTIONS DE TEXTES ITALIENS, ÉCRITS PAR DES ITALIENS (OU DES SUISSES), POUR QUE LA VÉRITÉ SUR LE LOUP (ET L'OURS) EN ITALIE SOIT RÉTABLIE.


Chaque sous titre vous conduira vers un texte extrait du blog "le loup des voisins"

Un recueil qui sera un précieux guide pour les journalistes ou les écologistes honnêtes,
si il en reste encore, ainsi que à tous ceux qui s’intéressent au pastoralisme et aux prédateurs chez nos voisins.

Un recueil pour mettre fin à des années de mensonges et de manipulations.

Dans le Piémont aussi on voudrait le droit de tirer sur les loups qui attaquent

Colère dans la Province de Vérone

.
Un extrait de la réponse du Club WolfAlps (le bouquet final)

Eleveurs, bergers, alpagistes ne s'inclinent pas devant les "Seigneurs du loup”


De la France au Trentin, ours et loups promeuvent l'agriculture industrielle


Chiens de protection et tourisme dans les Alpaloups occidentales


Deux personnes attaquées par un loup à Montottone


Cohabitation bénie...


Prédation et végétation pastorale dans les Alpes piémontaises


Les loups reviennent et chassent l'homme


Ailleurs aussi on voudrait déplacer les loups


La dangerosité : toujours une question à ne pas poser ?


Déclaration d'amour au projet Life WolfAlps


Déclaration de Poschiavo pour une montagne et une campagne


 européenne libre de grands prédateurs


La province demande de déplacer les loups !

Réflexions sur les loups dans les Alpes....


Adopte un loup, élève une brebis ! 


Eh oui ! Encore les loups . Article de Marzia


Lettre ouverte de Dino Mazzini


Brebis enfermées et loups...au pâturage


Prise de position ferme des organisations agricoles au sujet des grands prédateurs


Une publication collective qui met à mal la stratégie des lupologues


Le pecorino toscan AOP en danger


Etonnante lettre ouverte de bergers des Abruzzes !


Pas de Parcs, pas de loups, mais pouvoir vivre et travailler en harmonie ..


Quand les tentatives de solution deviennent le problème (IbriWolf, MedWolf, etc)

Les meutes de loups descendent jusqu'à la plaine


Dernières brèves sur le loup- Communiqué de Franco Zunino


Voilà à quoi sert le loup - Une autre vision du Projet WolfAlps


Le Poney d'Esperia menacé d'extinction à cause des loups


Le Problème Loup en Italie, par Franco Zunino



A lire aussi LE TOME I