BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

mardi 31 décembre 2013

MEILLEURS VŒUX,

QUE L’ANNÉE 2014 VOUS SOIT ¨PROPICE.......


MONTAGNE DE L'AUPE DANS LE HAUT DIOIS


-------------------------------------
POUR CETTE NOUVELLE ANNEE.
-------------------------------------

Pour que nos enfants vivent et travaillent au Pays.

Pour que nos arrières pays méditerranéens continuent d'être entretenus en prévention des incendies.

Pour que nos montagnes soient de moins en moins endeuillées par les avalanches.

Pour que nos coqs, cloches, sonnailles et clarines continuent de résonner dans nos campagnes.

Pour que nos services publics et services de proximité, commerces, écoles, santé, pompiers, déneigement, se maintiennent auprès de nous.

Pour la défense de la qualité de nos produits, de notre terroir ainsi que de nos traditions.

Pour que nous puissions faire front commun face à l'adversité.

Pour au moins toutes ces raisons, sous cette forme et sous d'autres:

Nous ne devons pas accepter que des prédateurs à quatre comme à deux pattes viennent nous dicter notre façon de vivre et de travailler au Pays.

Aucun combat n'est perdu d'avance, ne pas l'engager... promet la défaite.


Bonne Année à tous !

Yéty 05 berger salarié

Bonne et heureuse année !
Buon anno !
Feliz año nuevo !
Glückliches neues Jahr !
Gott Nytt År !
Godt Nyttår !
Onnellista uutta vuotta !

samedi 14 décembre 2013

TÉMOIGNAGE DE BERGERS ITALIEN

BERGERS, LOUPS ET BREBIS
Les bergers exigent un rôle social et culturel pour la montagne
LOUPS ET BERGERS : laquelle des deux espèces est en voie d’extinction?
Quelques réflexions sur les conséquences du retour des loups sur les Alpes
occidentales.

Nous sommes par vocation des bergers de brebis. Nous sommes des gens de
montagne, les porteurs d’une culture, d’une langue ancestrale, d’un héritage millénaire.
En même temps que les bergers et leurs brebis, c’est la montagne dans son
ensemble qui est en train de mourir, une culture qui ne saura jamais être remplacée. Les
loups ne tuent pas seulement des brebis et des veaux. Les loups font disparaître une
culture, notre culture alpine.
Nous considérons que c’est le devoir de ceux qui nous représentent en politiciens
et en syndicalistes de faire un choix qui assure la survie de la vie montagnarde.
Du point de vue démographique il en restent très peu de nous, mais néanmoins
nous relevons toujours le défi et nous ne nous considérons des perdants. Nous ne quêtons
non plus des remboursements ou des subventions. Tout simplement nous demandons de
continuer à demeurer des bergers sur nos montagnes, tout comme nous le sommes depuis
toujours, les porteurs d’une culture, d’une langue, d’une identité qui constituent une
richesse pour l’Italie et pour l’Europe entière.
Les loups tuent nos animaux, mais la faute n’est pas aux loups, elle est à ceux qui
ont choisi de protéger les loups en oubliant de protéger les bergers; la faute est à un choix
politique, qui se soucie de la seule facette écologiste, mais a tout à fait oublié ceux et
celles qui ont toujours vécu et continuent de vivre sur la montagne. La faute est aussi aux
associations de catégorie, qui nous ont quelque peu oubliés, dans notre rôle de bergers et
de gens de montagne, car nous comptons pour très peu point de vue numérique et
économique.
Nous considérons que le choix de réintroduire les loups, qui plaît tellement aux
gens qui demeurent dans des villes, n’a pas de conséquences néfastes seulement pour les
bergers. Nous demandons à être respectés et protégés en tant que bergers et gens de
montagne parce que c’est bien nous, les bergers, qui sommes la véritable espèce en voie
d’extinction.
Nous le demandons au nom de toute la montagne et de notre civilisation alpine
dont nous nous considérons les héritiers.

Mario Durbano
Anna Arneodo



DU NOUVEAU DANS LA MANIPULATION

FAUNE. Vingt ans après sa réapparition, la France crie au loup


Lire l'article sur LE PROGRÈS  Publié le 17 décembre 2012

Eric Marboutin  en decembre 2012 "« Il se plaît en France, indique Eric Marboutin, responsable des études sur les loups et les lynx à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Aujourd’hui, on estime à 250 le nombre d’individus qui sont installés sur le territoire français. Ce chiffre progresse d’environ 25 % par an. Biologiquement, l’espèce peut faire mieux, mais c’est davantage qu’en Espagne ou en Italie par exemple. »"

A comparer avec juillet 2013 Eric Marboutin, chef de projet du Réseau loup de l'ONCFS .  Selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), la présence de groupes de loups sédentarisés est ainsi attestée dans l'Oisans, le nord de Belledonne, le Vercors et le Taillefer. «On ne peut donner qu'un nombre minimum d'animaux détectés car on suit les empreintes et ils marchent parfois dans les mêmes traces, explique Eric Marboutin, chef de projet du Réseau loup de l'ONCFS250 loups sont aujourd'hui recensés en France, dont 95 % dans les Alpes. On a environ 20 % d'accroissement annuel

En juillet 2013, 95% dans les alpes ( donc 13 loups hors des alpes), en décembre 2012 ils sont en pleine expansion "« Si l’on excepte l’homme, le loup n’a pas de concurrent direct, poursuit Eric Marboutin. La place est libre. Cela explique en partie son expansion. C’est aussi un animal qui s’adapte bien à de nouvelles conditions de vie."
Et le journal de poursuivre "L’aire de répartition ne cesse de s’étendre. Le nombre de zones de présence permanente (ZPP), là où le loup est observé pendant au moins deux années consécutives, est passé de 27, l’an dernier, à 29 dans le dernier bilan de l’ONCFS. Parmi elles, 19 abritent des meutes bien constituées. Des Alpes, des individus ont notamment rejoint les Pyrénées Orientales et de nouveaux foyers sont apparus dans les Vosges."

Toutes ses informations sont peut être des erreurs de transcriptions des journaux, mais je vous conseille de les comparez avec l'article paru dans 20 Minutes le 10 juillet 2013

La réponse de M. Eric Marboutin: "A l'attention d'Ouragan: je n'y suis pour rien si certaines années les effectifs de loups augmentent plus ou moins que d'autres années: c'est une grande banalité "biologique" observée sur toutes les espèces sauvages qui vient de la variabilité d'une année à l'autre du bilan des naissances, et de la survie des animaux. La croissance moyenne de 20% (avec un intervalle de confiance qui va de 7% à 33%, donc oui, celà peut augmenter bien plus que 20% certaines années, ou bien moins d'autres)est le résultat de l'analyse de la série des valeurs d'effectifs faites par l'équipe suédoise sur les données françaises durant la période 1995 - 2012; cette analyse était la phase préalable au calcul des "quotas" de loups réalisés aussi par cette équipe suite à la venue de l'expert suédois Olof Liberg en France en fin d'année dernière (le tout su demande du ministère en charge de l'environnement).

On ne se mouille pas trop a l'ONCFS

Suite a une réunion avec les administrations, début août 2011 les représentants de l'association des éleveurs et bergers du Vercors drome Isère ont présenté ce tableau à monsieur Eric Marboutin pour savoir si ils avaient bien compris le taux de 29,5 %
 La réponse fut par l'affirmative, mais il convient d'émettre les réserves du bas de ce tableau car c'est du vivant

année effectif de loup taux 29,50% 
1992           2             0,295 
1993           2,59        0,295 
1994           3,35405  0,295 
1995          4,34349   0,295 
1996          5,62483   0,295 
1997          7,28415   0,295 
1998          9,43297   0,295 
1999        12,2157     0,295 
2000        15,8193     0,295 
2001        20,486       0,295 
2002        26,5294     0,295 
2003        34,3556     0,295 
2004        44,4905     0,295 
2005        57,6152     0,295 
2006        74,6117     0,295 
2007        96,6221     0,295 
2008      125,126       0,295 
2009      162,038       0,295   effectif officiel retenu: 164 (source DREAL) 
2010      209,839       0,295   194 ( officiel ministère de l'écologie et de l'agriculture)
2011      271,741       0,295      la population totale estimée via la méthode dite de capture marquage recapture (CMR) est d’environ 250 individus (hiver 2011/2012 ), ( officiel ministère de l'écologie et de l'agriculture)

Jusqu'en fin 2011 début 2012, les chiffres sont très proches entre organisme d'état et calcul sur le tableau validé par l'oncfs. 

Hors mystère, depuis fin 2011 il y a toujours 250 loups. Malgré le taux de croissance revus à la baisse par l' oncfs en 2012 à 25%, puis à 20% en 2013 ( voir en début d'article)le nombre de loup devrait enregistrer une augmentation, même moins importante???  
Quand on parle de taux de croissance, on tient compte de la mortalité, des variations peuvent intervenir car ce sont des données sur des animaux sauvages difficiles à maîtriser, mais pas un loup de plus?  Toujours 250 et officiellement dans le double de départements et plus du double d'attaque . Chercher l'erreur ne devrait pas poser de gros problème!

Voir l'ensemble du tableau de croissance sur la F.A.R.

Le comble vient d’être atteint le PARIS, 10 avr 2014 (AFP) : Mais soulignant que la population des loups en France, actuellement d'environ 250 bêtes, « s'accroît très rapidement, autour de 20 % par an » 

ci dessous on voit bien l'évolution des attaques alors que le nombre de loup reste à 250 dans les 2 dernières annèes

une autre vue de la preuve de la manipulation


les derniers chiffres qui confirment:
Chiffre officiel du nombre de loup en France et chiffres officiels des victimes loups:

Fin 2011 = 250 loups dans 13 départements pour 4913 victimes (8,5% de refus) soit 5354 constatés
Fin 2012 = 250 loups dans 15 départements pour 6021 victimes (8,5% de refus) soit 6667 constatés
2013 = 250 loups dans 22 départements pour 6195 victimes (9% de refus) soit 6786 constatés
2014 = 301 loups dans 31 départements pour 8226 victimes ( 9% de refus) soit 9033 constatés

Merci de m'avertir en cas de changement!

De plus en plus de fuite émanant du milieu officiel, par des agents qui prennent conscience de la gravité de la situation, font état de la présence de plus de 750 loups sur notre territoire.  

lundi 2 décembre 2013

QU'EN EST IL DU LOUP EN 1897

A propos de ce loup qu'un chasseur brestois a vu ou cru voir aux environs de Crozon, nous constations l'autre jour que, depuis plusieurs années, les loups avaient entièrement disparu de notre département. 
Il n'y a pourtant pas si longtemps encore que ces fauves étaient la terreur des campagnes bretonnes. Malheur aux fermes qu'ils visitaient! Leurs visites étaient aussi désastreuses qu'une épizootie pour les malheureux paysans dont ils décimaient les troupeaux. Et quelles émouvantes rencontres ils menageaient la nuit aux passants attardés! Au coin du feu, les histoires de loups faisaient suite aux histoires de revenants dans le programme des longues veillées d'hiver. 

La réalité fut autrefois au moins aussi terrible que les contes.

Et dire que les histoires de loups ont effrayé notre enfance ! C'est tout au plus si nos enfants voudront croire à l'existence des loups.

écrit en 1897

Lire l'article sur Crozon - Bretagne

Autre son de cloche dans les Pyrénées:

ce passage résume tout ce qui pose problème aujourd'hui à l'inverse de ce que veulent nous faire croire les intégristes pros loups:
 "Ce sont surtout les bêtes à laine qui étaient la proie des loups, mais aussi les jeunes bêtes à cornes et les chevaux. Salaberry signalait cet aspect au ministre, en 1824 : "le bétail à laine et les chèvres sont les plus exposés à ses ravages ; les porcs , les ânes, même les génisses et les bouvillons jusqu'à l'âge de deux ans sont de sa partie. Le cheval le plus fougueux se laisse surprendre par l'adresse : le loup, appuyé sur son derrière , le saisit au museau pendant qu'il le flaire et, à force de le faire tourner, il parvient à l'abattre et à en faire sa proie". A la différence des ours , les loups égorgent toute une partie des troupeaux sans vrai motif alimentaire et il peut se trouver cinquante à soixante brebis mortes."

ESPAGNE EN 1900 On comprend sans peine que les communautés rurales d’Asturias, de Cantabria et de Castilla-León soient encore aujourd’hui fréquemment en contact avec les deux espèces. Dans cette zone rurale à hiver rude, les dégâts causés par les deux « grands prédateurs » sont remarquables — précisons qu’en 1924, sur la seule « province de Santander [située dans l’autonomia de Cantabria] qui couvre 5 300 km2, la perte de 1712 moutons, 679 chèvres, 677 chevaux et ânes, 437 vaches et 21 porcs » fut attribuée aux loups (Delibes 1990, 47 : 22). source :  http://librairie.immateriel.fr/fr/read_book/9782738010223/e9782738010223_c03