BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

dimanche 23 juin 2013

LE LOUP, UN ANIMAL MERVEILLEUX



en gras ce que les écolos oublient de dire aux écoliers quand ils font leur propagande.
Propagande digne de certaines pratiques des pages noires de l'histoire,
ou l'endoctrinement des populations débutait dés le plus
 jeune age, *car les enfants sont malléables*

*extrait d'une phrase utilisée par un intervenant sur le loup dans les écoles de nos jours!

en jaune, mes réflexions personnelles

«Il y a une hiérarchie dans la meute en captivité comme en pleine nature, explique Marc. A l’époque du rut au mois de mars, il y a au sein de la meute des bagarres sévères, les vainqueurs vont composer le couple dominant (appelé alpha), vient ensuite l’animal béta jusqu’au dernier, l’omega. C’est sur lui que va se déverser le trop plein d’agressivité des autres…



extrait du blog http://mathieuerny.unblog.fr/2013/08/24/le-loup-est-un-loup-pour-le-loup/
"C’est assez drôle de voir comment depuis des années on présente le loup comme un symbole de liberté tout en nous faisant savoir qu’il n’y a pas plus tyrannique et castrateur qu’une meute de loup". cela aurait il à voir avec la conception de la société que nous proposent les écologistes?


Un loup a besoin en moyenne de consommer chaque jour 17% de son poids en viande, soit 4 à 5 kg pour un loup européen. Et il n’hésite pas à consommer des fruits, sources de vitamines, et de l’herbe utilisée surtout comme purgatif.( dixit le site de l'état consacré au loup)Soit pour 250 loups fin 2011, 1 tonne de biodiversité par jour, sans compter les restes non consommés, soit entre 2 et 3 tonnes de biodiversité détruite chaque jour! A titre de comparaison . A voir cette vidéo sur la réintroduction des loups a yellostonne  Vous pourrez y constater que les restes sont conséquents et que le loup est une calaminté pour la biiodiversité!   En 2010, la population adulte (âgée de 18 ans et plus) consomme en moyenne
390 g/semaine (55 g/jour) de viande de boucherie.! 


Le loup prélèvera plus facilement des espèces dont les capacités de défense et de fuite sont limitées comme le mouflon dans la neige. 


Le loup gris aime particulièrement le Cerf élaphe, Chevreuil, Chamois et Isard, Mouflon, Bouquetin, plus rarement le jeune sanglier qui n'est pas une proie facile comme le prouve cette vidéo . Encore un revers pour ceux qui affirme que le loup pourra réguler la population de sanglier
 le loup, comme tous les prédateurs, frappe toujours le maillon faible de la chaîne alimentaire ; c’est pour ça que quelque soit le nombre d'ongulés sauvages, le loup préfère toujours les brebis, les chèvres, les chevaux et les bovins (quand ce ne sont pas les chiens)."
 Il s’attaque de préférence aux individus jeunes, âgés, malades ou les individus qui sont un peu gênés dans la neige pour se déplacer, les femelles en fin de gestation payent un lourd tribut et il sait aussi s’attaquer aux animaux en pleine santé. Donc exit l'endoctrinement selon lequel le loup ne mange que des proies malades ou âgées!


Il peut arriver qu'un loup vive seul -- exclu de la meute -- malade ou bien repoussé par le couple alpha.La place de loup oméga s'avère donc plus sécurisante car elle est garantit, à l'inverse de celle du loup exclu.


Bien que les loups ne chassent en général que le nombre de proies qui leur est nécessaire pour survivre,on observe dans certaines conditions un phénomène de surchasse appelé "surplus killing" ou "over-killing". C’est notamment le cas des hivers très enneigés pendant lesquels les ongulés ont du mal à s’échapper, leurs pattes s’enfonçant dans la neige. La majorité des cas de surplus killing sont cependant observés sur des troupeaux domestiques. Ils s’expliquent par le comportement de chasse inné du loup qui tue chaque fois que c’est possible, son taux de réussite étant très faible, de l’ordre de 10 à 15%. Lorsqu’il se met en chasse, il en résulte toute une série de comportements jusqu’à la mise à mort. En montagne, ces pertes peuvent encore être aggravées par la topographie escarpée qui est alors un facteur d’augmentation du nombre de victimes pendant une attaque

En fait les écologistes savent depuis toujours que le loup tue plus qu'il ne faut et tue tous les animaux : extrait d'un article paru en 1824 :" "Ce sont surtout les bêtes à laine qui étaient la proie des loups, mais aussi les jeunes bêtes à cornes et les chevaux. Salaberry signalait cet aspect au ministre, en 1824 : "le bétail à laine et les chèvres sont les plus exposés à ses ravages ; les porcs , les ânes, même les génisses et les bouvillons jusqu'à l'âge de deux ans sont de sa partie. Le cheval le plus fougueux se laisse surprendre par l'adresse : le loup, appuyé sur son derrière , le saisit au museau pendant qu'il le flaire et, à force de le faire tourner, il parvient à l'abattre et à en faire sa proie". A la différence des ours , les loups égorgent toute une partie des troupeaux sans vrai motif alimentaire et il peut se trouver cinquante à soixante brebis mortes."
en savoir plus sur le loup de nos ancêtres

 L’espèce majoritaire du régime alimentaire d’un loup est en général l’espèce la plus abondante de la région, à condition que sa prédation ne soit pas trop dangereuse.


Dans certains cas un loup ou une meute peut se spécialiser sur une proie. Cette spécialisation est liée à plusieurs facteurs : le nombre d’individus de la meute, le chevauchement des habitats respectifs proie/prédateur, l’abondance et l’accessibilité des proies, la probabilité de rencontres avec la proie, la densité ou la biomasse relative d’une proie potentielle, la probabilité de succès de la chasse, le risque de blessure, la profitabilité de la proie, les conditions environnementales. (donc adieu le mythe du loup qui se nourrit d’espèces sauvage. Quand il a goutté aux proies faciles plus rien ne le fera dévier)


La reproduction est réservée au couple alpha (et parfois au mâle bêta) : il est le seul à s’accoupler et produire des louveteaux afin de limiter les besoins énergétiques de la meute tout en assurant son avenir. Pour empêcher les autres femelles de se reproduire, la femelle alpha devient très agressive et effectue ainsi une véritable castration psychologique des autres femelles dont l’œstrus est alors bloqué. Qu'elle belle vie sociétale que les écolos rêvent de mettre en pratique sur les humains: « On ne devrait pas rendre facile et trop avantageux d'avoir des enfants, ce qui pousse à la multiplication des individus inférieurs. Avoir des enfants devrait être un privilège et non un mérite.

(Expansion et nature, op. cit.)

Selon des associations écologistes et de défense des grands carnivores, le loup tue pour manger et ne fait pas souffrir ses proies. En voyant ces images, issues d'attaques certifiées loup, comment peut-on y croire ?




Vidéo montrant 2 loups dévorant un cerf- mulet vivant (soufre t'il?)

à part le cheval, tout les autres animaux sont encore vivant.Le veau en bas a droite a perdu toute l'èpaule et la jambe (mais rassurez vous il ne souffre pas). Certains ont du être euthanasiés, d'autres, comme la brebis en haut a gauche, qui a été soignée par les enfants de l'éleveur qui n'ont pas accepté de s'en séparer et qui vient de mettre bas un petit agneau n'a pas reçut la fameuse indemnité. Prime dont les défenseurs du loup à tout prix nous précisent que l'éleveur est très content des attaques de loup, voire même qu'ils les organisent : reportage sur canal + ici


L’entraînement des jeunes à l’automne est en revanche la cause d’une augmentation des dégâts sur les troupeaux, notamment des blessés. (qui ne souffrent toujours pas)


Bien que l’importance des pertes dues au loup dans les troupeaux domestiques soit encore parfois contestée par certains, la prédation sur le cheptel domestique est bien réelle. Aux victimes directes lors des attaques (morts ou blessés) s’ajoutent des pertes indirectes parfois plus importantes (dérochements, animaux perdus, stress entraînant des pertes de poids ou des avortements, arrêt de la lactation…). Le nombre d’attaques est variable en fonction des régions et des saisons. Elles sont évidemment plus nombreuses en été lorsque les troupeaux sont présents sur les alpages.

Quand aux prétendu "le loup n'attaque pas l'homme:  à part un loup enragé,
le loup n'attaque pas un homme en bonne santé*" (hé oui, pour Moriceau, récemment - si l'homme est faible on peut excuser le loup ..(?!) ce qui nous ramène aux extrémistes écolos de race supérieure qui souhaitent "contrôler les naissances des gens de qualité inférieure (peut être la population rurale qui doit laisser sa place aux loups), supprimer les débiles mentaux et les drogués,...... EN SAVOIR PLUS


Nos enfants, comme les vôtres certainement, nous les avons élevés hors de la contrainte des temps anciens, comme celle de garder le troupeau pour le protéger du loup pendant que les parents vaquent à leurs occupations agricoles. Ils se sont épanouis dans une nature accueillante et ont appris à la respecter. Aujourd'hui nos petits enfants sont confrontés à la réalité de l'horreur des charniers causé par le loup, alors que les enfants, à qui l'on enseigne les bienfaits du loup, ne doivent surtout pas voir de telles abominations en photos! Comment  éviter les conflits entre ces deux visions du problème? (extrait de Mon témoignage)



CE QU'ILS NE MONTRERONT JAMAIS


Les contradictions des écolos pros loups a n'importe quel prix!

Les écologistes arméniens en colère 
Cette initiative a été dénoncée par des écologistes arméniens. "On tue illégalement des mammifères qui servent de nourriture aux loups. Alors, ces derniers deviennent plus agressifs et viennent chercher de la nourriture dans des villages, en attaquant des chevaux, des vaches et des moutons", explique le « Fonds pour la protection de l'environnement ».

La face cachée des intégristes pros loup

lundi 10 juin 2013

LOUP, CONSIGNES DE SÉCURITÉ POUR LE CAMPING À LA FERME

LE CAMPING POUR PROTEGER LE TROUPEAU

Haute-Loire. Contre les attaques de loup, le camping au troupeau a planté sa première tente. plus 


voici les consignes appliquées outre atlantique pour les campeurs et promeneurs en présence du loup ou de l'ours:

 Maintenez votre campement propre, ne vous débarrassez pas de la nourriture en la jetant dans votre feu.
- Ne laissez pas les ustensiles de cuisine sales autour de votre campement
- Gardez les aliments pour animaux de compagnie dans des contenants à toute épreuve.
- Ne laissez pas traîner de déchets qui ne sont pas mis à l’abri de façon sûre.
- Ne cuisez pas les aliments à proximité de votre tente ou aire de couchage.
- Ne laissez pas les animaux de se déplacer librement à partir de votre campement.
- N’enterrez pas les ordures empaquetez-les.

Dans les rares cas où vous rencontreriez un loup agressif :

- Ne courez pas, mais agissez de manière agressive : avancez vers le loup en criant ou tapant dans vos mains si il essaye d'approcher
- Ne tournez pas le dos à un loup agressif, mais continuez à le regarder directement. Si vous êtes avec un compagnon et que plusieurs loups soient présents, placez-vous dos à dos et éloignez vous lentement .
- Reculez lentement tout en faisant face au loup et manifestez votre agressivité.
- Maintenez votre position si un loup vous attaque et luttez avec tous les moyens possibles (bâtons,
roches, bâtons de ski, cannes à pêche ou ce que vous pouvez trouver).
- Utilisez les trompes à air ou autres engins bruyants.
- Utilisez une bombe de répulsif à ours ou des armes à feu si nécessaire.
- Grimper à un arbre si nécessaire, les loups ne peuvent pas le faire.
Les enfants peuvent-ils jouer dehors quand des loups ont été aperçus à proximité?
Il est important de se rappeler que nous vivons dans le pays du loup et l'ours. Normalement, loups et ours peuvent circuler à travers nos bois, nos quartiers, nos chantiers à notre insu, parce que la plupart des animaux sont discrets. Ce phénomène est normal et n’a rien d'alarmant.
Cependant si à plusieurs reprises on a vu des loups ou s’ils font preuve d'un comportement inhabituel
comme attaquer les chiens, s'approcher des maisons, ou ne pas avoir peur, alors voici quelques précautions de bon sens:
- Gardez vos enfants à l’intérieur quand vous savez que des loups ou des ours sont à proximité de votre domicile. À l'extérieur, les enfants (particulièrement les petits enfants) devraient rester près des adultes. La probabilité d'une attaque prédatrice d’un loup sur un enfant est très faible, mais plus élevée pour les enfants seuls, à proximité d’une végétation ou d’un relief qui les dissimule.
- En camping dans les zones de nature sauvage, gardez les enfants à l’intérieur. Ne laissez pas les enfants seuls dans les camps, même si votre camping-car est stationné dans un terrain de camping, un parc, une aire de loisirs.
- Bien que des milliers d'enfants d’Alaska attendent dans l'obscurité aux arrêts de bus scolaire, ou, dans les villes et villages, se rendent à pied à l'école sans incident, il vaut mieux qu’ils soient encadrés par un adulte quand des ours ou des loups ont été aperçus à proximité.
- Des engins bruyants (corne de brume, klaxon à air comprimé) peuvent être utiles et doivent être placés dans des endroits d’accès facile si vous vivez dans une zone fréquentée par des loups ou des ours.

télécharger la plaquette complète en anglais


alors que les loups attaquent en présence du berger armé, de jour comme de nuit, les troupeaux accompagnés de chiens de protections, comment imaginer que des campeurs vont résoudre le problème! voir aussi : la bergère n'a pas eu froid aux yeux!
Et quelques archives dans les Pyrénées 




vendredi 7 juin 2013

LES DEFENSEURS DU LOUP CONTRE-ATTAQUE

DECRYPTAGE – Pour les associations de défense du loup, la coupe est pleine, alors que 24 loups pourraient être tirés en France. Et ce toute l’année, de jour comme de nuit, en montagne comme dans les vallées, à proximité ou non des troupeaux… Une spécificité bien française.
(les textes entre parenthèses sur fond vert clair et les liens sont d'Ouragan!)

Loup trouvé mort à Échirolles en mai 2010 © P-E Briaudet - ONCFS
Loup trouvé mort à Échirolles en mai 2010 © P-E Briaudet – ONCFS Echirolles aglomération de 40 000 habitants

« On aura le droit de tirer le loup même quand il n’y aura pas de moutons dans les alpages », (seulement après l'autorisation du préfet dans le cas de très forte prédation et pour le seul quota des 24 loups décision prise démocratiquement et ne sont concernés que certains départements) s’insurge Pierre Athanaze, président de l’association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS). « Avec ce plan, le loup peut être chassé, y compris en période de reproductionII.  –  (Toutes  les  opérations  de  tirs  de  prélèvement  sont  suspendues  du  1 er mars  au  30  avril  pour  ne  pas perturber  le  cycle  de  reproduction  de  l’espèce). et avec des armes utilisées en temps de guerre par des snipers ! (voir le texte de loi au lieu d’interpréter)  On se retrouve avec une espèce protégée qui est plus maltraitée qu’une espèce nuisible ou du gibier, avec l’organisation de battues comme on le faisait aux XVII et XVIIIe siècle. » (ce qui aidait a rendre la vie pastorale supportable)
L’ASPAS a donc décidé de porter plainte auprès de la Commission européenne pour non respect de la directive Habitats. Comme elle l’a fait pour l’ortolan, oiseau migrateur prisé des gourmets.(comparaison déplacée, les éleveurs veulent simplement sauver leur outil de travail reconnu d’intérêt général par le parlement européen) La France a, depuis, été mise en demeure de prouver qu’elle luttait contre le braconnage et le commerce très lucratif de cette espèce.
La cohabitation avec le loup semble décidément impossible dans l’Hexagone. Entre régulation et protection, les pouvoirs publics peinent en tout cas à trouver une position.(aux protecteurs du loup de mettre ma main au porte monnaie et de proposer des solutions qui marchent) Comment calmer la colère des éleveurs qui réclament plus de tirs, alors même que l’espèce est protégée par la Convention de Berne ? (La convention de Berne, tout état qui veut en sortir peut le faire sans qu'aucun reproche ne lui soit fait par les autres membres) Du coup, assise entre deux chaises, la France tente tant bien que mal de contenter les deux parties. « On n’aura pas la paix sociale, prévient Pierre Athanaze. Avec ce type de plan, on ne fait que reculer la cohabitation obligatoire (et qui vas renforcer les élevages industriels qui ne risquent pas la prédation et qui a terme ne gêneront plus les écolos Français puisque pour des raisons de rentabilité, ils seront délocalisés) entre l’homme et les grands prédateurs ».
Le Petit Chaperon Rouge DR
Le Petit Chaperon Rouge DR
Peur du loup
Comment expliquer que la France ne parvienne pas à gérer ses 250 loups (chiffre officiel Français 2011), quand l’Italie et l’Espagne, qui en comptent respectivement 1500 et 2500, ont semble-t-il trouvé un terrain d’entente (les écolos utilisent le chiffre minimisé officiel en France et les chiffres officieux maximisés ailleurs ?) Par le poids de l’histoire tout d’abord. En France, l’Eglise a joué un grand rôle dans sa stigmatisation, le loup étant associé à Satan. Loin, bien loin de la louve nourricière romaine de Rémus et Romulus…
La peur du loup ? Une tradition bien française. Le Petit Chaperon Rouge est passé par là, sans parler de la Bête du Gévaudan. En France, pays très cartésien, le loup incarne donc la peur d’une nature sauvage. Alors que ce dernier y a été chassé par l’homme jusqu’à disparaître, avant de revenir à la fin des années quatre-vingt-dix, en Italie et en Espagne, il n’en est jamais parti.
Et puis, il y a le type d’élevage. Un élevage laitier en Italie et notamment dans les Abruzzes (ou depuis janvier  13 loups ont été retrouvés morts par balle ou empoisonnement, c'est dire si les Italiens prennent les choses en main), où les bêtes sont rentrées tous les soirs, limitant de fait le risque de prédation. Ce d’autant plus que les éleveurs ont su s’entourer de meutes de chiens de protection.(exactement comme chez nous, ils constatent les difficultés liées à ces chiens, très coûteux en soins et nourritures, dont efficacité est loin d’être probante et les problèmes qu'ils causent aux randonneurs!) « Le fonctionnement n’est pas le même, explique un spécialiste du loup. La main d’œuvre est moins chère là-bas. Il y a plus de monde autour des troupeaux ».(la proposition de la cohabitation est donc la diminution des maigres acquis sociaux des éleveurs bergers pour réduire le coup de la main d'oeuvre. Cela sous entends aussi l'acceptation de la délocalisation de tout ce qui gène le loup a nos chers écolos Français qui ne tiennent aucun compte de l'aspect stratégique de garder une autonomie en produit vitaux. Libre a eux d'être dépendant de la soumissions des peuples exploités!)
Louve allaitant les fondateurs de Rome, Romulus et Rémus. DR
Louve allaitant les fondateurs de Rome, Romulus et Rémus. DR ce qui n'est qu'une fiction
Forte pression politique
En matière de régulation, chaque pays sa technique. Quand la France veut tout encadrer, tout maîtriser, l’Espagne mise sur un système de régulation très libre… avec des battues. « En fait, elle laisse les éleveurs régler la question du loup par eux-mêmes. »( vous pouvez vous inscrire sur la longue liste d'attente pour abattre un loup, sachant que la moitié des département en Espagne n'ont pas ratifié la convention de Berne et considère donc le loup comme exploitable!)
Dans ces différentes façons d’appréhender la place du loup, les associations de défense pointent aussi et surtout le système d’indemnisation mis en place en France. «  En Italie  l’État ne rembourse pas les dégâts, seulement la prime d’assurance contractée par les éleveurs, poursuit Pierre Athanaze.(En France aucune assurance n'accepte de couvrir les même dégâts a répétitions même si vous n'êtes pas responsable) En France, on parle de 6000 attaques en 2012, mais combien sont réellement causées par les loups ? (voir les études des chercheurs français et étranger) Ici, on rembourse tout, même quand le troupeau n’est pas protégé. C’est comme si vous vous faisiez voler votre voiture avec les clés dessus ! Et puis, en Italie, on s’en fiche que le conseiller général ou le député du coin hurle. En France, la pression politique est très forte.  »

On s'aperçoit que ce texte bourrés d'inexactitudes, reflète bien l'esprit des défenseurs du loup prêts à endoctriner la population pour arriver a leurs fins, au mépris des gens qui soufrent de la prédation et qui n'ont strictement rien contre le loup en tant que tel!

mercredi 5 juin 2013

LE LOUP ET LA PAUVRETÉ DE LA BIODIVERSITE

En effet la biodiversité c’est pas du tout ce qu’ils disent, c’est même le contraire et c’est au nom de la biodiversité qu’on peut combattre loups et ours. Comme je l’ai dit à la réunion de Caille, les milieux où nous vivons ne sont pas « naturels » mais « semi naturels », le Grenelle de l’Environnement l’a fortement souligné à propos justement de la biodiversité : «  tous les paysages, réputés naturels ou non, sont le fruit d'une coévolution du travail de la nature et de l'homme ». C’est à dire qu’ils sont le fruit de ce que permet la nature et de ce que le travail de l’homme y a fait. Pour le pastoralisme dans nos montagnes on sait que ce travail a commencé au néolithique, il y a 5000 ans. Leur biodiversité ne serait pas ce qu’elle est sans le pastoralisme. S’il disparaît, disparaît aussi cette biodiversité exceptionnelle qu’on veut préserver !

En supprimant peu à peu les grands prédateurs parce qu’ils étaient incompatibles avec le pastoralisme, c’est pas Tchernobyl que les éleveurs ont créé. Au contraire c’est un milieu d’une très grande richesse parce que le passage du bétail a peu à peu contribué à le modifier dans le sens d’une biodiversité remarquable. Se battre contre l’ensauvagement de ce milieu, ce qui est le programme réel avec loups et ours, c’est se battre pour préserver cette richesse reconnue scientifiquement.

Par exemple, le site « Science et Décision » du CNRS + Université d’Ivry propose une synthèse des connaissances scientifiques qui confirme cette analyse (http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/31155):
« Les paysages qui abritent la plus forte biodiversité sont composés d'habitats semi-naturels. /…/ Les principaux types sont les prairies exploitées de façon extensive ou peu intensive, les vergers traditionnels, les zones boisées (haies, bosquets champêtres, berges boisées). /…/ En France, 84 % des surfaces classées en " haute valeur naturelle " correspondent à des zones d'élevage en plein air (Alpes, Corse, Franche-Comté, Massif central, Pyrénées…). »

La Société espagnole d'étude des pâturages rassemble des spécialistes de l’élevage et des milieux. 2008, conclusion du colloque scientifique de Cordoue :
 « L'immense majorité de la biodiversité qu'il est indispensable de conserver (paysages, habitats, espèces, biodiversités génétique, culturelle) est l'effet d'une influence anthropique /= de l’homme/ très forte. Pour la conserver il faut la gérer. Un pastoralisme adéquat permet de maintenir et même d'augmenter la biodiversité végétale.  »
Même analyse au niveau planétaire. FAO 2009. Livestock keepers – guardians of biodiversity. ( = Éleveurs – gardiens de biodiversité) In Animal Production and Health Paper. No. 167. Rome
« Les paysages créés par la coévolution de l'élevage et de la végétation ressemblent souvent à des zones sauvages pour les étrangers /alors que/ la disparition des systèmes traditionnels de pâturage tend à s’accompagner de pertes importantes de biodiversité. »
(en anglais, télécharger à http://www.fao.org/docrep/012/i1034e/i1034e00.htm, page 11, §2)

B. Besche-Commenge ASPAP/ADDIP - 20 mai 2013

a voir aussi ce que disent

Programme Life Nature , cher aux écolos
réferentiel technique et économique sur le redéploiement du pastoralisme...

Le pastoralisme est aujourd'hui considéré comme une solution durable a l'entretien des milieux en faveur de la biodiversité. Il est également un outil de préservations des milieux contre les incendies. Par ses multiples vocations, le pastoralisme est donc présent dans de nombreux documents de planification territoriales comme les documents d'objectif des sites Natura 2000 mais également les plans départementaux de défense de la forêts contre les incendies.

CNRS ,: conférence Vaches, brebis et chevaux, acteurs de la préservation de la biodiversité des prairies

Au Royaume-Uni, la NSA met en garde contre les risques de sous-pâturage et rappelle que, grâce au pâturage, les ovins permettent de maintenir la biodiversité.

Au cours des 20 dernières années, le gouvernement australien a acheté plus de 11 000 hectares de terres agricoles dans le nord de l’État de Victoria, afin d’arrêter le pâturage des moutons. Ils se sont aperçus que la biodiversité a été mise à mal, avec par exemple la baisse inquiétante des effectifs de certaines espèces animales comme le « Plains-wanderer », une espèce d’oiseau proche de la caille et certaines espèces végétales qui ne peuvent pas rivaliser avec des graminées dominantes et envahissantes. Ils ont donc fait machine arrière, encourageant le retour des ovins.

Voici ce que dit le code rural et de la pêche maritime au chapitre agriculture:Par leur contribution à la production, à l'emploi, à l'entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l'agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d'intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l'espace montagnard.
En conformité avec les dispositions des traités instituant la Communauté économique européenne, le Gouvernement, reconnaissant ces rôles fondamentaux de l'agriculture, du pastoralisme et de la forêt de montagne, s'attache à : Lire les alinéas 

Didier Galop. Chargé de recherche au CNRS :  « la conservation de la biodiversité passe par des activités socio-économiques, comme l'agriculture et l'élevage ». 

dans biosphére L'élevage est à l'origine d'une grande diversité de races domestiques et de produits typiques, et a une grande capacité d'entretien de vastes surfaces d'espaces naturels. Il peut ainsi participer au maintien de prairies humides, de pelouses sèches ou de prairies d'altitude. Il peut aussi être efficace dans la prévention des incendies de forêt. Le MAB France encourage donc le développement d'activités d'élevage basées sur la conservation de races locales, sur l'élaboration de produits issus d'un savoir-faire spécifique, et sur des pratiques favorables à l'amélioration de l'environnement. voir quelques articles de mab


JUSQU’OÙ IRA T'ON ?

Insupportable d’entendre tel jeune éleveur, au bord des larmes, raconter ses jours et ses nuits à monter
une garde épuisante et inutile parce que le loup, de toute façon, est invisible et quand on s’en rend compte c’est trop tard ; se forcer à manger parce qu’on sait bien sûr qu’il le faut même si on n’en a plus du tout  envie ; se réveiller  en  sursaut  la  nuit  même  lorsqu’on  n’est  plus  en  territoire  du  loup  parce  que  la  peur  est  devenue  la première compagne ; la copine qui finit alors par partir parce que pour elle aussi c’est invivable.
Et  pour  tous  :  ne  plus  savoir  parler  de  rien  d’autre  que  ça ; les  gosses  qu’on  ne  voit  pas  grandir  parce qu’on vit en permanence « au cul » du troupeau ; le sentiment d’impuissance et d’inutilité qui vous envahit.


 il faudrait être pire qu’une pierre pour ne pas être empoignés par les témoignages des éleveurs, sur l’estrade comme dans la salle, beaucoup de femmes, qui ont exprimé leur profonde souffrance et l’usure physique et morale face à la situation.


extrait du compte rendu « Protéger les troupeaux contre la prédation, de l’alpage à l’exploitation »,  à Valdeblore le le 3 et 4 juin 2013


voici un témoignage de Anne Vallaeys très bien documenté, écrit en 2011, ou vous pourrez y apprendre entre autre l'impuissance et l'ignorance des fonctionnaires chargés de prêcher la bonne parole de l'administration otage des intégristes. Une belle leçon d'humilité pour ces pros loups qui ne maîtrisent rien, mais qui imposent leur dictât;
c'est ici

Témoignage de Jacques Courron, éleveur de 400 brebis dans les Alpes-Maritimes, 34 ans
J’ai des Patous, des parcs de nuit, plus rien n’y fait. Aujourd’hui, je n’ai plus de vie de famille, je suis tout le jour à garder mes brebis, chercher des cadavres, faire des constats… c’est usant cette vie avec le loup. On a l’impression de se faire cambrioler tous les jours. Pour vous dire, on est le 5 février, j’ai déjà eu quatre attaques depuis le début de l’année, six bêtes tuées, six autres disparues. Mais le pire, c’est quand je sors mes petits agneaux au printemps, le loup fait un massacre là-dedans. Il me mange 3 à 4 agneaux par semaine sans compter ceux que je ne retrouve jamais.

Extrait de 

IbriWolf, MedWolf...: quand les tentatives de solution deviennent le problème

" il n'y a pas de réparations pour le dommage, la douleur et le stress des humains et des animaux, et pas non plus de dissuadeurs (rapidement ridiculisés par l'intelligence des prédateurs), de chiens de troupeau (dévorés) ou d'enclos avec des treillis soudés (surmontés en creusant sous les bordures de béton enterrées) qui tiennent. L'impossible projet, sur ces terres, n'aurait même pas dû être une hypothèse, si on en avait évalué la faisabilité avec une approche réaliste et une responsabilité compétente.
De la part des animalistes, fomenter une «guerre» contre les éleveurs, en leur envoyant des projectiles aux connotations négatives infamantes, est un moyen qui ne sert qu'à exalter la dynamique émotive de fond du problème, celui du besoin de trouver un ennemi à abattre, après l'avoir défini à ses propres yeux et aux yeux des autres comme «coupable» et donc méritant une «juste» punition. Exactement ce que faisait le loup de la fable de Phèdre qui, pour légitimer son agression sur l'agneau, l'accusait de lui salir l'eau du ruisseau où tous les deux buvaient, sourd au fait que l'agneau buvait en aval par rapport à lui, en amont."


A lire pour comprendre

L'IMPOSSIBLE RÉALITÉ DE LA SURVIE NATURELLE DU LOUP

L'inéxorable déclin de la population de loups finlandaise

Loup finlandais © Pascal Etienne
Une étude publiée le 24 mai vient de mettre la lumière sur l’inexorable déclin qui touche la population de loups finlandaise depuis plusieurs années.
Après avoir augmenté, passant de 95 individus en 1998, à plus de 185 en 2004, et finalement culminer à 250 individus en 2006, la population de loups finlandaise s’est mise à décliner, petit à petit : en 2010, d’après l’Institut Finlandais pour la Pêche et la Chasse, la population de loup chute à 180 (150 pour la fourchette basse) et à l’heure actuelle, on ne compterait plus qu’entre 120 et 135 individus.
Plusieurs explication à ce déclin :
- la chasse (autorisée) : en 2010, 22 loups ont pu être tués par des chasseurs. Des permis de chasse sont attribués à la demande des éleveurs de rennes (en 2011, le gouvernement a versé 1,3 million d’euros de dédommagements aux éleveurs) ;
- le braconnage : d’après le chercheur Samuli Heikkinen, une douzaine de loups seraient tués illégalement chaque année (source).
L’appauvrissement génétique menace durablement la population de loups finlandaise
Deux raisons à cet affaiblissement génétique :
  • Du fait du faible nombre de loups, les accouplements entre individus de premier ou deuxième degré de parenté se multiplient et engendrent des problèmes de consanguinité (malformations osseuses et la baisse de la fertilité) qui vont eux-mêmes fragiliser la population : plus de mortalité et moins de naissances.
  • finlande carélieEn plus de cela, l’apport de sang neuf venant de loups russes se fait de plus en plus rare. La chasse intensive de loups en Russie (en particulier en Carélie) compromet fortement les échanges génétiques avec la population finlandaise.
Selon Erkki Pulliainen, chercheur et défenseur des loups depuis un cinquantaine d’années, la nouvelle étude révèle une situation très triste. « Cela a pris des décennies d’efforts pour arriver a rétablir la population de loups en Finlande, et maintenant les choses sont en train de dérailler complètement », a-t-il déploré à l’AFP.
Le loup est classé en Finlande comme une espèce menacée d’extinction.

Voilà qui prouve que les écologistes partisans "du loup à tout prix", ne maîtrisent rien. Ils se prennent pour Dieu, persuadés que le Loup peut coloniser les territoires Français qui ne sont plus ensauvagés, mais où s’épanouissent au contraire des femmes, des hommes et des enfants qui vivent de et en accord avec la Nature.
galipette ramène du bois pour l'hiver
              Nature Rurale, qui a été façonnée, au même titre mais sans excès, qu'a été façonnée la vie urbaine et périurbaine, pour pouvoir être accessible à la majorité des populations qui éprouvent le besoin de communier avec elle.
communion entre ville et campagne
        Nature Rurale qui a été préservée par ces femmes, ces hommes et ces enfants qui y vivent en la respectant!
la collecte des doryphores sans insecticides
        Nature Rurale que veulent s'approprier les écologistes qui culpabilisent sur les erreurs et les exactions commises par nos sociétés, et dont ils se targuent d’être le peuple élu qui doit réparer les fautes, quitte à sacrifier une catégorie de la population !



Comme le recommande l'UICN monde : alors que les budgets dans chaque pays ne sont pas extensibles, il est important de les utiliser pour sauver des espèces vraiment menacées mondialement, et le loup n'est menacé ni dans le monde ni en Europe. L'argent engouffré là serait bien mieux utilisé pour les vraies espèces en péril.



"protéger la biodiversité c'est normal et nécessaire mais avec le loup on est complètement à côté de la plaque et c'est même contre productif pour la biodiversité puisque l'argent engouffré là n'est pas utilisé pour ce qu'il faudrait vraiment faire".(bruno besche commenge)